Fédérale 1 – Castanet et Bagnères dos à dos

0
906

C’est une rencontre entre deux sérieux prétendants aux phases finales du Trophée Jean-Prat qui se déroulait ce dimanche au Complexe Sportif de Lautard. Après une défaite inaugurale à Saint-Sulpice sur Lèze, l’Avenir Castanéen avait bien réagi et restait sur deux succès consécutifs (dont un à Rodez, où il n’est jamais facile de s’imposer). Pour cette reprise, les Rouge et Blanc recevaient les premiers de cette poule 3, le Stade Bagnérais. Des Bigourdans intraitables à domicile mais s’étaient inclinés lors de leur unique déplacement, à Trélissac. De quoi mettre du baume au cœur des hommes des coprésidents Gilles Manent et Ramon Eskuquiza, et s’attendre à un match équilibré… (par Marco Matabiau).

Cette rencontre commençait par une longue séquence de jeu, les deux équipes s’évertuant à faire vivre le ballon et dévoilant par-là même leurs intentions. Même si Castanet dominait quelque peu l’entame, les quelques imprécisions et autres passes hasardeuses allaient jouer un bien mauvais tour aux hommes de Jean-Louis Bouladou et Thierry Fossat. En effet, suite une passe sautée mal assurée, le troisième ligne bigourdan Seite récupérait le ballon et poussait au pied. L’ailier Datier poursuivait et allait aplatir en bonne position. Avec la transformation, Bagnères menait donc 7 à 0 (8è). Loin de s’affoler, Castanet réagissait. Après une belle conquête en touche et un renversement de jeu, l’ouvreur Quarendon allongeait la passe vers Bélières. Le véloce ailier se jouait de trois défenseurs et permettait aux siens, après la transformation de Folliot, de revenir à hauteur (7 – 7, 14è).

Néanmoins, le jeu des locaux restait trop approximatif. Il faut dire que les visiteurs, bien emmenés par l’omniprésent Seite, gagnaient le plus souvent la bataille des rucks. Les Bagnérais se procuraient les meilleurs occasions et allaient concrétiser sur une nouvelle pénalité de Datier (10 – 7, 35è). La mêlée de Castanet allait alors mettre son homologue en difficulté. La pénalité obtenue semblait dans les cordes de Folliot mais Verdier choisissait de jouer vite. Sur l’action, le centre visiteur Dubarry recevait un carton jaune pour plaquage haut (40è). Quelques instants plus tard, dans le sillage du toujours virevoltant Bélières, les locaux inscrivaient leur deuxième essai par Vergé: 14 – 10, score à la pause. Le deuxième acte promettait d’être tout aussi accroché.

SAM_5861
Les deux équipes se sont livrées un rude combat dans les phases de conquête, notamment les rucks. (Photo RugbyAmateur).

Bagnères opportuniste, Castanet porté par Folliot…

Si Datier connaissait son second échec de l’après-midi peu après la reprise, les minutes suivantes allaient être plus que favorables à ses coéquipiers. A la 46è, le pilier castanéen Tarroque recevait un carton blanc (faute en mêlée) et les Bigourdans allaient mettre à profit ces dix minutes en supériorité numérique. C’est tout d’abord Datier qui rajoutait trois points (14 – 13, 47è). Quelques instants plus tard, l’arrière Vincent venait à hauteur de Dubarry, prenait l’intervalle et concluait une belle action collective. Après transformation, Bagnères prenait six longueurs d’avance (20 – 14, 54è). Castanet dynamisait davantage (grâce aux relances de Verlet et Martin) et recollait rapidement, sur deux maîtres coups de pieds de Folliot (59è, 62è): 20-20.

L’issue de cette rencontre restait pour le moins indécise. Alors que la mêlée locale avait jusque là globalement dominé son adversaire, elle était pourtant sanctionnée d’une pénalité. Il n’en fallait pas plus à Datier pour redonner l’avance aux siens (23 – 20, 67è). Cinq minutes plus tard, Folliot avait l’opportunité de ramener son équipe à hauteur mais connaissait son unique échec de l’après-midi. Les visiteurs, ainsi que leurs nombreux supporters, pensaient certainement tenir la victoire. Mais la mêlée castanéenne se refaisait la cerise et reprenait le dessus sur sa rivale, la poussant à la faute. C’est ensuite sur un en-avant volontaire d’un défenseur bigourdan que les Rouge et Blanc obtenaient une nouvelle pénalité. Cette fois-ci, « Aldo » Folliot ne tremblait pas et égalisait (23-23, 76è). Le score n’évoluerait plus.

SAM_5877
L’ailier castanéen Simon Bélières a tout tenté et a plus d’une fois affolé la défense bagnéraise. (Photo RugbyAmateur).

En recevant le leader, Castanet voulait certainement s’étalonner, ne pas griller le joker gagné de haute lutte à Rodez et se positionner, d’ores et déjà, dans la course à la qualification. Cependant, contrairement à ses habitudes, l’équipe n’a jamais vraiment réussi à enchainer les temps de jeu, à balayer le terrain et à imprimer le rythme qui lui sied si bien. Il faut bien avouer que la tâche n’a pas été facilitée par une belle équipe de Bagnères, solide sur les fondamentaux (malgré quelques difficultés en mêlée fermée par moments), dure à manœuvrer sur les rucks et opportuniste, notamment quand il s’est agi de tirer avantage du carton blanc reçu par les locaux. Les hommes du duo Fourtané – Bentayou peuvent même nourrir quelques regrets, la victoire ne leur ayant échappé que dans les cinq dernières minutes. Un résultat encourageant quoi qu’il en soit avant de recevoir Lavaur, une des grosses cylindrées de la poule. Pour sa part, Castanet s’attend à un déplacement compliqué à Graulhet, toujours en quête de son premier succès de la saison.

Réactions

Thierry Fossat (Entraîneur, Castanet): « Déçu parce qu’il fallait confirmer notre victoire à Rodez. Le match nul est néanmoins équitable. On a eu beaucoup de mal à constituer une équipe avec, sur le banc, quatre joueurs blessés que je n’ai pas pu faire entrer. Malgré tout, on a eu une super conquête que ce soit en touche ou en mêlée. En revanche, derrière, on n’a pas été capables de conserver les ballons et de balayer comme on l’avait demandé. On s’est débarrassé trop vite des ballons. Il faut se remettre au travail. On avait dit aux gars qu’il fallait se remettre en question et oublier ce match de Rodez. On n’était pas loin d’avoir raison. J’estime qu’il y a eu un peu de suffisance de la part du groupe, on va y remédier dès mardi (…) On a eu du mal à conserver parce qu’on est tombés sur une équipe qui est venue contester tous les rucks. On avait bien dit qu’il fallait y être en permanence. On aime bien jouer les ballons mais on n’aime pas venir mettre la tête. A partir de là, les retours sont compliqués. »

SAM_5851
Thierry Fossat s’avouait déçu par les résultat et par le contenu. Il a pourtant donné de la voix pour faire réagir ses joueurs. (Photo RugbyAmateur).

Patrick Bentayou (Entraîneur, Bagnères): « Une guerre stratégique, avec une première partie où Castanet a essayé de nous faire déjouer sur les fondamentaux, notamment sur la touche. On trouve la parade en début de seconde période, on les prend un peu à leur propre jeu, en marquant un bel essai suite à un maul qu’on pense que l’on va faire… mais que l’on ne fait pas. On passe devant, mais on fait preuve d’indiscipline, une faute bête devant nos 22, ce qui nous empêche de revenir avec la victoire. On est quand même satisfaits, le match nul à Castanet reste un bon résultat. On a fait un match propre mais on doit gagner en confiance. »

Valentin Caillau (Troisième ligne, Castanet): « On savait qu’on allait affronter une solide équipe de Bagnères, costaud devant et joueuse. Ils restaient sur deux bonus offensifs à domicile et un défensif à l’extérieur. On s’attendait à un gros combat. Le score a été serré de bout en bout. On vire en tête à la pause. La consigne était de continuer à jouer, d’aller les épuiser sur les largeurs. On n’a pas forcément réussi. Cependant, il n’y a pas que du négatif. On a été solidaires. On leur a donné le premier essai, on a eu un coup de mou en seconde période, mais on a su relever la tête et aller chercher le match nul. A nous maintenant de bien travailler pour aller faire un bon match à Graulhet et rapporter des points. »

Jordan Datier (Ailier et buteur, Bagnères): « Un sentiment mitigé, à la fois content et déçu du résultat. On avait la place de gagner, on a laissé quelques points en route et on leur a donné des points aussi… d’où le match nul. Les entraîneurs nous avaient dits de nous lâcher, de venir sans pression, de prendre plaisir. Il nous manquait un match référence à l’extérieur. On ne l’a peut-être pas eu complètement aujourd’hui, mais il y a du positif. A nous de corriger certaines choses et d’être plus décisifs sur certaines actions pour pouvoir gagner de tels matchs (…) Il a manqué un peu de lucidité, on a eu quelques montées défensives un peu hasardeuses. On sait que, notamment à l’extérieur, la moindre erreur coûte cher. A nous d’être plus perfectionnistes sur certains détails pour améliorer tant le contenu que le résultat. »

SAM_5874
Jordan Datier, auteur de 18 des 23 points de son équipe, a su faire  preuve de précision dans ses tirs au but, réalisant un beau 5 sur 7. (Photo RugbyAmateur).

Feuille de match

A Castanet (Complexe Sportif de Lautard): Avenir Castanéen et Stade Bagnérais font match nul 23 à 23 (mi-temps: 14 à 10 pour Castanet).

Arbitrage: M. Sylvain Desvaux (Comité Normandie) assisté de M. Jean-Pierre Murguet et M. Nicolas Mestre (Comité Languedoc).

Pour Castanet: 2 essais Bélières 14è), Vergé (40è + 2) 3 pénalités (59è, 62è, 76è) et 2 transformations Folliot.

Pour Bagnères: 2 essais Datier (8è), Vincent (54è), 3 pénalités (35è, 47è, 67è) et 2 transformations Datier.

Cartons blancs : à Castanet, Tarroque (46è). Cartons jaunes: à Bagnères, Dubarry (40è).

Composition Castanet: Verlet; Belières, Ghirardo, Folliot, Martin; Quarendon (o), Verdier (m, cap); Vergé, Durbesson, Caillau; Allard, Mbodji; Gagnidze, Bonnot, Tarroque.
Sur le banc : Laffont, Cazes, Ceratti, Brody, Malabre-Coppolani, Girard, Guérin, Perles.

Entraîneurs : Jean-Louis Bouladou et Thierry Fossat.

Composition Bagnères: Vincent; Carbo, Barats, Dubarry, Datier; Daragnou (o), Cayrolle (m); Fuxan, Seite, Lopez (cap);Miro, Bonnan; Lisbani, Pujo, Pambrun.
Sur le banc: Dupuy, Szabo, Urbaïtis, Dutrey, Cazorla, Arnauné, Cabanne, Lambrot.

Entraîneurs : David Fourtané et Patrick Bentayou.

SAM_5847
Les supporters bigourdans étaient venus en nombre soutenir leurs protégés. Parmi eux, Roland Bertranne (au centre, comme souvent): 69 sélections, 17 essais et deux Grands Chelems avec l’équipe de France entre 1971 et 1981.
Partager

Réagir à cet article

Please enter your comment!
Please enter your name here