Pierre Rouch (président Foix) : “Nicolas est dur dans ses plaquages, mais il est régulier !”

0

Le choc des extrêmes entre le premier de la poule 1 de première série, Foix, qui se déplaçait chez le dernier dimanche, Hers Lauragais, a aussi donné lieu à un choc sur le terrain. Si les Ariégeois l’ont emporté, ils ont effet fini le match à 14 suite à un carton rouge reçu par Nicolas Giestal. Le très massif 3ème ligne fuxéen, que nous avons surnommé “Hulk” en début de saison, en raison de ses biceps dignes de certaines cuisses (capable de soulever 220kg en développé-couché !) a été sorti pour un plaquage jugé dangereux. Ce que Nicolas Galy, entraîneur d’Hers a dénoncé dans nos causeries de la semaine. Pierre Rouch, le président de Foix, n’a pas forcément apprécié, et tenait à réagir. L’occasion d’évoquer les différences physiques et ses conséquences en séries, mais aussi de donner la parole au principal intéressé… 

nicolas giestal
Nicolas Giestal, qui reçoit ici le ballon, à mi chemin entre Picamoles et Parisse, a un physique qui détonne. De quoi faire des dégâts, surtout en 1ère série (photo club)

Le physique est évidemment une donnée importante dans un sport de combat. Le judo ou la boxe ont des catégories distinctes pour éviter de trop grosses différences, de poids. La technique, la vitesse et l’expérience sont d’autres paramètres dont il faut tenir compte dans un face à face. Si tout n’est pas comparable, le rugby reste malgré tout une succession de duels, et donc un cas à part à ce niveau, car les écarts de poids (on parle de muscle ici, et moins de gras), conjugués à un un impact impliquant un avant et un arrière, peuvent donc amplifier le piquant d’un plaquage, voire d’en accentuer la dangerosité.

Voici celle de Nicolas Galy (coach d’Hers Lauragais) avant hier : “La seconde période fut plus brouillonne de notre part, malgré un bel essai venu nous redonner de l’espoir à la 60ème. Là, un événement vient perturber le match, le 3ème ligne centre de Foix effectue un placage cathédrale très dangereux qui enverra notre joueur à l’hôpital. Le match se termine avec de l’inquiétude sur l’état physique de notre joueur. Le score final est très lourd et je tiens à féliciter mon équipe de la prestation et de l’implication mise sur ce match qui aura quand même permis de faire douter le premier de poule, ce qui démontre à tout le monde que ce groupe ne mérite vraiment pas cette place au classement”.

Et voici la réponse de Pierre Rouch (président Foix) : “J’ai lu avec stupeur le commentaire de l’entraîneur d’Hers Lauragais dans vos causeries d’après match. Je pense que nous n’avons pas vu la même action. Effectivement, notre joueur plaque durement un de leurs joueurs, qui retombe mal et accentue la blessure qu’il avait avant de rentrer sur le terrain. L’effectif d’Hers étant un peu juste, ce joueur a été obligé de jouer à la demande de son entraîneur. Le capitaine de cette équipe nous a confirmé que Nicolas Giestal, était dur dans ses plaquages de par son gabarit oui, mais qu’il était régulier. Ce que je confirme. Hers est à la dernière place de la poule, et ce n’est pas avec des polémiques qu’ils vont se sauver, ils feraient mieux de montrer sur le terrain au lieu de provoquer par des propos diffamatoires.”

Daniel Fabre, président d’Hers-Lauragais, nous a donné des nouvelles d’Amaury Daynac : “Il a fait l’objet d’un protocole, et a eu la chance de se faire remettre son épaule à chaud, sans quoi, c’était l’opération assurée. Il a trois semaines d’interruption de travail et 60 jours de repos complet à respecter. Sa saison est probablement terminée. Le plaquage est dangereux, puisque ses pieds sont par dessus les hanches, mais c’est un fait de jeu, et je suis convaincu que Nicolas Giestal n’a pas voulu lui faire mal. Notre pilier fait 120kg, donc il faut être costaud pour le retourner, et il l’est ! Mais il n’a pas contesté le carton rouge, qui selon moi, est incontestable. Il n’y a pas lieu de polémiquer plus que ça”.

Nicolas “Hulk” Giestal a bien voulu nous donner son sentiment sur l’action décriée. Cet ancien joueur de fédérale, âgé de 29 ans, a été écarté des terrains pendant 4 ans à cause d’une rupture du tendon rotulien. Il rappelle qu’il a repris cette saison le rugby dans le but de se faire plaisir, pas pour faire mal :“Mon plaquage n’avait rien de particulier, le but n’était pas de blesser le joueur, je l’ai retenu au maximum même. J’ai mis des plaquages durs tout le match mais dans les règles, pour faire voir qu’on était déterminés. Je suis dégoûté de mon carton rouge, j’espère ne pas prendre trop de matchs de suspension. J’ai l’impression qu’à ce niveau, par rapport à ce que j’ai pu connaître, on est vite pénalisés dès qu’on met un peu plus d’engagement. J’ai repris le rugby pour me faire plaisir, en aucun cas dans le but de faire mal à qui que ce soit”. 

Dont acte…

nicolas giestal2
Nicolas Giestal impressionne par sa carrure…et ses plaquages aussi.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here