Fédérale 3 – Léguevin et Sor Agout dos à dos après un gros face à face

1

La poule 10 de Fédérale 3 proposait ce weekend un duel entre postulants aux places qualificatives. A domicile, le Coq Léguevinois (6è, 33 points), auteur de deux succès consécutifs, souhaitait prolonger sa série et conforter sa place dans la première moitié du classement. Néanmoins, l’adversaire du jour ne l’entendait certainement pas ainsi. En effet, le Sor Agout XV (3è, 43 points), fort de ses 10 victoires (dont 4 à l’extérieur) en treize journées, comptait bien démontrer qu’il restait une équipe des plus coriaces à manœuvrer… (Par Marco Matabiau/ Photos Bedi, Bernard Papet, et Sab).

Léguevin démarrait pied au plancher dans le sillage du pilier Imacht et du troisième ligne Carré, tous deux auteurs de solides charges autour des zones de ruck. Suite à deux fautes au sol (2è, 4è), Bosc, le demi de mêlée local, et capitaine, donnait 6 points d’avance aux siens (6-0, 4è). Les Tarnais réagissaient dans la foulée: attaque au large côté droit, renversement côté gauche sur lequel l’ouvreur Dupont délivrait un superbe coup de pied transversal pour Nazarenko. L’ailier s’en saisissait mais repris par son vis-à-vis, il servait à son intérieur son talonneur Cristol. Ce dernier mettait les gaz et s’en allait inscrire le premier essai de l’après-midi. “Naza” rajoutait la transformation (7–6, 9è). Les locaux repassaient devant sur une nouvelle pénalité de Bosc consécutive à une belle percée de Carré (9–7, 14è). Cependant, le talonneur Faure, touché à la jambe, devait quitter ses coéquipiers. Antony entrait en 8 et Carré passait au talonnage.

Leguevin
D’une belle passe vissée, le deuxième ligne Ceratti alerte ses trois-quarts.

Les Tarnais conservaient par la suite davantage le ballon mais Léguevin faisait front, imposant un rideau défensif imperméable et récupérant quelques ballons, à l’image de ce grattage au sol du seconde ligne Ceratti dans ses 22 (23è). Sur un de ces ballons, le trois-quart centre Barboteau perçait côté droit, Gay et Darche prolongeaient l’action mais le demi de mêlée tarnais Fabian se mettait à la faute et écopait d’un carton jaune. Bosc convertissait la pénalité (12–7, 26è). Désormais en supériorité numérique, les joueurs du Coq continuaient d’accélérer: Gay décalait son ailier Bos qui débordait sur le flanc gauche et obtenait une pénalité. Celle-ci était jouée vite par l’intenable Barboteau: il s’engouffrait et servait son compère du centre Everhard à hauteur. Ballon bien calé sous le bras, raffut, accélération: toute la panoplie y passait pour l’essai entre les barres. Bosc transformait (19–7, 30è). Le capitaine des rouge et bleu rajoutait trois points quelques minutes plus tard après un bel enchainement entre Barboteau, le seconde ligne Boué et Carré (22–7, 35è). De nouveau à 15, Sor Agout faisait l’effort en défense et récoltait une pénalité pour un ballon gardé au sol par les attaquants léguevinois. Des 25 mètres en bonne position, Nazarenko ramenait les siens à distance plus raisonnable (22–10, 38è). Une dernière initiative des locaux entre Gay, Carré, Antony et Imacht échouait quand ce dernier laissait échapper le cuir au plaquage (40è). M. Sabathier sifflait alors la pause.

Sor Agout
Mis au sol par Gay (casque rouge), Marquié peut tout de même compter sur le soutien de son coéquipier Delpas.

Sor Agout s’offre un superbe come-back

Peu après la reprise, Bosc, des 45 mètres, avait l’occasion d’augmenter l’avance des siens mais sa tentative de pénalité heurtait le poteau gauche (43è). L’ouvreur était plus en réussite quelques instants plus tard, certes en meilleure position (25–10, 46è). Les visiteurs sortaient de leur torpeur dans les minutes qui suivaient : l’ouvreur Dupont tentait de refaire le coup du premier acte, délivrant un nouveau coup de pied transversal pour son ailier Nazarenko mais Le Boeuf, même s’il commettait un en-avant à la réception, faisait bonne garde (49è). Sor Agout revenait ensuite au score: l’expérimenté troisième ligne Burdalski jouait vite une pénalité à proximité de la ligne et, bien soutenu par son paquet d’avants, progressait. Derrière le ruck, le pilier Willig ramassait et passait la ligne. Nazarenko rajoutait les deux points de la transformation. Le match était relancé (25 – 17, 54è). A l’heure de jeu, les Tarnais réalisaient un enchainement XXL, balayant le terrain de fond en comble. La défense léguevinoise ne lâchant rien, ils devaient se contenter des trois points de Nazarenko (25 – 20, 61è). Sur le renvoi, le Coq obtenait à son tour une pénalité. Des 40 mètres, Bosc avait l’occasion de redonner un peu d’air à ses couleurs mais ratait la cible (64è).

Sor Agout
En inscrivant le deuxième essai tarnais, Willig a redonné de l’allant à son équipe.

La fin de match allait à la fois tenir le public en haleine et vite devenir irrespirable. La mêlée tarnaise, un moment malmenée, se refaisait la cerise et prenait le dessus sur son homologue. Des 30 mètres en face, Nazarenko inscrivait trois points supplémentaires (25–23, 69è), puis Bosc lui rendait la pareille, sanctionnant une faute au sol de la défense visiteuse (28–23, 71è). Dans les minutes qui suivaient, Sor Agout obtenait une nouvelle pénalité sur mêlée et optait pour la pénal touche. Celle-ci ne donnait rien, une maladresse mettant fin à l’action sur le renversement côté droit (74è). Côté Léguevin, Hamda et Faure (sur une jambe) revenaient en jeu pour essayer de stabiliser quelque peu la mêlée. Quant aux Tarnais, ils ne désarmaient pas: placé en débordement, Nazarenko poussait Bayol à la faute. Le troisième ligne, auteur d’un plaquage haut, recevait un carton jaune (80è). La pénal touche qui suivait donnait lieu à un bel affrontement des deux packs mais l’essai n’était pas marqué. Ce n’était que partie remise puisqu’au bout des arrêts de jeu, Dupont négociait parfaitement le deux contre un en bout de ligne pour envoyer Oyharsabal inscrire l’essai égalisateur. La transformation, en position plus que délicate, était manquée par Nazarenko et les deux équipes se quittaient sur un match nul des plus équitables (28 – 28, 80è + 2).

Sor Agout
Sor Agout a souvent fait le siège de la ligne de but léguevinoise dans le second acte.

Portées vers l’offensive, les deux équipes nous ont ainsi offert un match des plus enlevés et indécis. Chacune d’entre elles a connu sa période de domination. La première période a été celle de Léguevin: très entreprenants en attaque et fringants en défense, les joueurs de Fabrice Vergé et Jean-Michel Gausseran ont longtemps mis à mal l’édifice tarnais. Devant, Imacht et Carré (fils de Mickaël et dont Laurent Boué, placé dans la petite tribune, disait le plus grand bien) ont donné le ton d’entrée de jeu et Bayol (Antoine, le jeune frère de Louis donc) a été omniprésent en défense. Derrière, Gay et Barboteau ont parfaitement su trouver des intervalles dans la défense adverse et assurer la continuité du jeu vers leurs coéquipiers. Enfin, comment ne pas citer le capitaine Bosc, auteur de 23 points (à 8 sur 10).

Leguevin
Gausseran (15) remonte le ballon mais Nazarenko, bien présent en défense, ne s’en laisse pas compter.

Après avoir laissé passer l’orage (ou l’avoir subi, c’est selon), Sor Agout a repris du poil de la bête après la pause et montré de belles aptitudes. Bien en place offensivement dans les pas de l’ouvreur Dupont, les protégés de Julien Rolland (frère de Matthias) et Pierre Albouy (frère d’Alexandre) ont également monté le curseur en défense, se montrant plus conquérants et déterminés. Ils ont ainsi pu contenir Léguevin dans son camp la majeure partie du second acte avant d’arracher,  dans les arrêts de jeu, un match nul tout à fait mérité. A l’aile de la troisième ligne, Jousserand a fait forte impression alors que Nazarenko, tant par sa vitesse que sa précision dans ses tentatives au but (13 points), a fait bien des misères à ses adversaires du jour.

Les deux équipes pourront profiter de la semaine de repos avant d’affronter, à une semaine d’intervalle, le même adversaire, à savoir l’AS Tournefeuille (le 8 février pour Léguevin, le 16 pour Sor Agout). Les Tarnais restent solidement accrochés à la 4ème place (avec 45 pts), tandis que Léguevin (7ème, 35 pts) s’est fait dépasser par la Vallée du Girou (6ème, 36pts).

Leguevin
Boué (ballon sous le bras) s’apprête à défier Navarrot et Rascol.

Réactions

Jean-Michel Gausseran (Entraîneur, Léguevin): «Il nous manque 20 minutes pour rester compétitifs et conserver un niveau de jeu qui nous a permis de scorer et de prendre de l’avance. Sor Agout est une équipe en place, très complète et organisée. La baisse d’intensité physique que nous avons connue fait qu’on a eu du mal à reconstruire une ligne défensive, à être dans l’avancée défensivement. Ils ont pu enchainer et prendre de la vitesse. Ils ont en plus été efficaces puisqu’ils ont scoré».

Julien Rolland (Entraîneur, Sor Agout): «On a bien corrigé le tir à la mi-temps. On est tombés sur une très belle équipe de Léguevin qui a très bien joué, bien utilisé le ballon. On les avait analysés avant de venir ici. On a su aller chercher les points à la fin, notamment en essayant d’exploiter les quelques points faibles qu’on avait pu observer (…)  On y croyait peut-être plus que les joueurs à la pause. On leur a dit de ne pas lâcher. Ce qui est agréable avec ce groupe, c’est justement qu’ils ne lâchent jamais. C’est un peu notre marque de fabrique. On est contents comptablement. Dommage que la dernière transformation ne passe, même si Léguevin ne méritait pas de perdre».

Louis Bayol (Troisième ligne, Léguevin) : «C’est terrible. On mène de 15 points et on va se faire rattraper. Un peu à l’image de la saison et même du match aller où l’on encaisse un drop sur la dernière action. C’est la cinquième ou la sixième fois de la saison qu’on est devant et qu’on se fait reprendre à la fin. C’est regrettable et cela fait beaucoup de points qui vont manquer si l’on veut prétendre à la qualification ».

Clément Nazarenko (Ailier, Sor Agout) : «On a une première mi-temps compliquée au cours de laquelle on prend beaucoup de points. Pendant 20 minutes, on défend très mal et on est loin au score. On se réveille bien après la pause. Cela fait du bien de faire un nul ici après une si mauvaise entame (…) On s’est bien ressaisi en défense. Quand ils ont commencé à nous rendre les ballons, on a pu mettre notre jeu en place, même si c’était parfois un peu brouillon vers la fin. Au final, le nul est un bon résultat».

Leguevin
Les deux paquets d’avants n’ont pas rechigné, notamment dans le secteur de la mêlée fermée.

Feuille de match

A Léguevin (Stade municipal): Coq Léguevinois et Sor Agout XV font match nul 28 à 28 (mi-temps:22 à 10 pour Léguevin).

Arbitrage: Damien Sabathier (Ligue Occitanie).

Cartons jaunes: à Léguevin, Bayol (80è); à Sor Agout, Fabian (26è).

Pour Léguevin: 1 essai Everhard (30è), 7 pénalités (2è, 4è, 14è, 26è, 34è, 46è, 71è)et 1 transformation Bosc.

Pour Sor Agout: 3 essais Cristol (9è), Willig (54è), Oyharsabal (80è + 2), 3 pénalités (38è, 61è, 69è) et 2 transformations Nazarenko.

Composition Léguevin: Gausseran; Le Boeuf, Everhard, Barboteau, Bos; Gay (o), Bosc (m, cap); Carré, Bayol A., Darche; Ceratti, Boué; Imacht, Faure, Hamda.

Sur le banc: Gisteau, Martin, Antony, Bayol L., Faraguna, Julia, Raux.

Entraîneurs: Fabrice Vergé et Jean-Michel Gausseran.

Composition Sor Agout: Santanach; Pelozo, Mercier, Combes, Nazarenko; Dupont (o), Fabian (m); Marquié, Jousserand, Burdalski (cap); Navarrot, Delpas; Willig, Cristol, Escande.

Sur le banc: Rascol, Asseline, Antoine-Dominique, Maurel, Bonnet, Escolano, Oyharsabal.

Entraîneurs: Julien Rolland et Pierre Albouy.

IMG_0310 (2)
Sor Agout s’est accroché jusqu’au bout (photo SAB)
IMG_0202 (2)
Le Coq Léguevinois risque de regretter ces points perdus (photo SAB)

1 COMMENTAIRE

  1. Sor agout est le seul club d’occitanie a avoir 3 equipes seniors. Une est engagée en série 4. Bravo. Une seule remarque… Il serait judicieux que cette dernière évolue sur des terrains de villages n’ayant plus de club senior (en sommeil) des alentours. Une bonne manière de tenter de relancer… Je dis bien tenter mais qui ne le fait pas n’a rien.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here