XIII : Arthur Gonzalez-Trique, un mental d’acier contre la blessure

0

Victime d’une rupture des ligaments croisés antérieurs du genou pour la troisième fois (!) de sa jeune carrière, Arthur, 20 ans, est actuellement au Médipôle de Toulouse où il travaille intensément pour retrouver ses pleines capacités. Un exemple de volonté pour celles et ceux victimes de ce genre de blessure.

Arthur travaille sur son genou blesséLe 30 août dernier, lors de la deuxième rencontre du Challenge Georges AILLERES qui opposait le Toulouse Olympique à la Royal Artillery, une formation militaire anglaise, le jeune demi Arthur GONZALEZ-TRIQUE, qui avait réalisé jusque là une excellente intersaison, sort sur blessure. Verdict deux jours plus tard : rupture des ligaments croisés antérieur du genou droit. Malheureusement habitué à ce genre de blessure, Arthur a déjà démontré qu’il avait le mental pour surmonter cette nouvelle épreuve. Pour preuve, de retour à la compétition après une blessure de ce type en janvier 2014, il a ensuite pris part aux 13 rencontres suivantes avec succès, et a été récompensé par les deux titres. Ainsi, une fois le verdict tombé, l’Olympien a rapidement digéré la nouvelle et s’est de suite projeté vers son retour sur les terrains. Soutenu par sa famille, et notamment par son frère Théo, qui a retrouvé la compétition le week-end dernier après avoir connu la même blessure en septembre 2013, mais aussi par ses coéquipiers, le staff et l’ensemble du club Bleu et Blanc, Arthur est aujourd’hui du dimanche soir au samedi midi au Médipôle de Toulouse où il effectue sa rééducation. Spécialisé dans la prise en charge des sportifs de haut niveau, le Médipôle Garonne dispose de tout l’équipement et du personnel nécessaires pour permettre à Arthur de se remettre sur pied au plus vite. Déterminé, il travaille ardemment pour pouvoir retrouver rapidement toutes ses aptitudes physiques. Il reste également actif au sein du TO puisqu’il étudie toutes les vidéos de match et livre ses analyses et son ressenti de demi au staff Olympien.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here