Nationale – Le leader, Nice, tombe pour la première fois, à Albi… à la 79ème minute !

0

Les équipes de Nationale retrouvaient le chemin des terrains pour la deuxième semaine consécutive. Après une mise à jour du calendrier le weekend dernier, ce dimanche donnait lieu à la première journée des matchs retour. Co-leader de la poule avec Bourg en Bresse (23 points), le toujours invaincu Stade Niçois (4 victoires, deux nuls), tout juste auréolé de son succès à Cognac/Saint Jean (23 – 21), passait un test grandeur nature au Stadium d’Albi. Les Tarnais (5è, 16 points), après un début de saison au cours duquel ils n’avaient disputé que quatre rencontres, avaient parfaitement négocié le match de reprise face à Aubenas (26 – 9), un succès agrémenté du point de bonus offensif. La rencontre s’annonçait donc indécise entre deux candidats sérieux aux places qualificatives… (Par Marco Matabiau/ Photos Pierre Bras).

Albi démarrait vent dans le dos mais c’est bien Nice qui réalisait la meilleure entame. Par deux fois les Azuréens optaient pour la pénal touche (perdant par ailleurs le second lancer) plutôt que le but, pilonnant ensuite au près, mais la défense tarnaise faisait face. Les visiteurs ouvraient néanmoins le score par la botte de leur ouvreur (et ex-Rouennais) James (3-0, 6è). Sur le renvoi, le réceptionneur niçois se faisait croquer au sol dans ses 22. La pénalité obtenue était convertie par Russell (3-3, 7è). le Stade Niçois maintenait pourtant sa pression mais perdait une nouvelle fois une belle munition dans l’alignement, le troisième ligne albigeois Calas se montrant à son avantage au contre (9è). Les rouge et noir décidaient alors, sous l’impulsion de leur ouvreur néo-zélandais, d’écarter les ballons, notamment jusqu’à l’aile de Gougeon. Cela leur profitait quand, après une nouvelle faute au sol des locaux, James passait trois points supplémentaires (6-3, 18è).

Doan s'échappe entre deux défenseurs albigeois: c'était le bon quart d'heure niçois.
Doan s’échappe entre deux défenseurs albigeois: c’était le bon quart d’heure niçois.

Albi continuait de se mettre à la faute, subissant le plus souvent le jeu. Le pilier Chocou allait passer dix minutes au frigo (pas seulement une image si l’on considère le vent glacial qui balayait le Stadium ce dimanche) après une nouvelle faute au sol (18è). James creusait ensuite l’écart des 15 mètres en face (9-3, 24è). Malgré cette infériorité numérique, les jaune et noir réagissaient enfin: ils revenaient à trois unités grâce à Russell (9-6, 28è), la mêlée poussait son homologue à la faute (31è) et l’arrière Caminati profitait, sur un lancement en première main, du bon travail de ses ailiers Sicart et Vasuinubu (le Fidjien passé notamment par Colomiers et le Stade Français) pour permettre aux siens de prendre enfin la tête (11-9, 36è). Juste avant la pause, James avait l’occasion de redonner l’avantage aux Niçois: pourtant en bonne position, il ratait la cible.

Lea'ana (soutenu par Suaud) a fort à faire face aux premières lignes albigeois Feltrin et Chocou.
Lea’ana (soutenu par Suaud) a fort à faire face aux premières lignes albigeois Feltrin et Chocou.

La rencontre tarde à choisir son vainqueur

D’entrée de second acte, l’ouvreur du Stade Niçois se voyait offrir l’opportunité de se rattraper. Il la saisissait des 25 mètres en face (12-11, 45è). C’était là le début d’un terrible et cruel chassé croisé. Le demi de mêlée et capitaine visiteur Champin, touché à la cuisse, devait céder sa place à Ormaechea, qui prenait du coup le capitanat (47è). Les Albigeois repartaient de l’avant et campaient désormais dans les trente mètres adverses. Sur deux pénalités successives, ils choisissaient mêlée et touche. Sur celle-ci, après un assaut au près de la ligne d’en-but, le ballon était écarté jusqu’à Caminati. Ce dernier se fendait d’un superbe pivot et allongeait son bras pour inscrire un doublé. En position délicate pourtant, Russell rajoutait les deux points de la transformation (18-12, 58è). Albi respirait mieux, d’autant plus que l’habituel métronome James manquait à nouveau les perches, des 25 mètres cette fois (62è).

La bataille a été acharnée en conquête directe.
La bataille a été acharnée en conquête directe.

Alors que la majeure partie du match pourrait être résumée en une rude empoignade entre les deux paquets d’avants, c’est pourtant sur les extérieurs que Nice allait trouver l’ouverture: le seconde ligne Lasis, servi en bout d’aile, s’engageait dans une terrible chevauchée côté gauche avant de retrouver Ormaechea à son intérieur. Le demi de mêlée poursuivait l’action avant d’être repris. Le ballon rebondissait sur la droite où James et l’arrière Slowik manoeuvraient parfaitement pour libérer Gougeon qui marquait en coin. La transformation, très difficile, était pourtant parfaitement réussie par James (19-18, 69è). Les dix dernières minutes étaiet irrespirables pour les Albigeois, d’autant plus que Sicart écopait à son tour d’un carton jaune (74è).

Le trois-quart centre tarnais Mafi cherche l'ouverture dans la défense azuréenne.
La bataille a été acharnée en conquête directe.

On sentait les Tarnais pour le moins mal embarqués. Et pourtant : après une belle prise d’André, les jaune et noir s’organisaient en maul porté et poussaient les Niçois à la faute. Ormaechea se voyait même attribuer un carton jaune pour une faute dans le maul (78è). Russell prenait ses responsabilités et, des trente mètres sur la gauche, permettait aux siens de repasser devant (21-19, 79è). La dernière action du match consistait en une longue séquence de conservation des Niçois, qui multipliaient les temps de jeu au près dans l’espoir d’obtenir une dernière pénalité, mais Albi tenait le choc et s’attribuait les quatre points de la victoire.

Russell s'est montré décisif dans les derniers instants de la rencontre.
Russell s’est montré décisif dans les derniers instants de la rencontre.

Ce choc entre Cathares et Nissards n’a pas donné lieu à de grandes envolées. Le début de match a laissé apparaitre de nombreuses maladresses, fautes de mains et approximations dans l’alignement, signes que la longue coupure depuis octobre est loin d’être digérée. Les deux équipes ont avant tout cherché à se rassurer et à ne pas déjouer. Les débats sont toutefois restés indécis jusqu’au bout. Le Stade Niçois regrettera sans doute longtemps ces ballons perdus en touche et les six points laissés en route par James mais repartent tout de même de la cité de Toulouse-Lautrec avec le point de bonus défensif et le sentiment de s’être pleinement engagés. De bon augure avant la réception de Tarbes le weekend prochain. Pour leur part, les Albigeois ont eu du mal à entrer dans la rencontre mais ils ont su se montrer efficaces dans les zones de marque. Malgré les presque vingt minutes passées à 14, ils ne se sont jamais désunis et, dans le sillage de leur capitaine André, sont allés chercher un succès qui semblait se refuser à eux. De quoi emmagasiner un maximum de confiance avant le redoutable déplacement au mythique Stade Pierre-Rajon, antre du CS Bourgoin Jallieu.

Essid (ballon en mains) sonne la charge et va défier les rouge et noir.
Essid (ballon en mains) sonne la charge et va défier les Rouge et Noir.

Réactions

Jérémy Wanin (Entraîneur, Albi): « On savait que ce serait un match serré avec des conditions climatiques difficiles, le vent en l’occurrence. Une première période au cours de laquelle on est plus spectateurs qu’acteurs. Nice a su se nourrir de nos erreurs. Du coup, c’est très serré à la pause. A partir de la 60ème, on commence à se révolter, à prendre confiance et à mettre la main sur le ballon. On arrive à passer certaines bonnes séquences. Ensuite, ils nous remettent le doute en inscrivant cet essai. On fait ensuite preuve de caractère, on va chercher ce succès sur une pénalité. On a aussi su rester disciplinés sur la fin de rencontre pour ne pas concéder une dernière pénalité qui aurait pu nous coûter le match (…) On a commis beaucoup de fautes dans le premier acte. Avions-nous trop de pression ? C’était tout de même le premier qui venait chez nous. C’était un réel test face à cette équipe de Nice. Je suis heureux que les joueurs aient procuré des émotions en allant chercher ce succès en fin de match en sachant que dès demain, il faudra rectifier les points négatifs ».

Martin Jagr (Entraîneur, Nice): « Très déçu parce qu’on n’est pas passés loin. On fait des fautes bêtes qu’on ne peut et qu’on ne doit pas faire. On prend deux pénalités à la fin. Albi est une grosse équipe, les fautes ne pardonnent pas (…) Le point positif, c’est l’état d’esprit, le fait qu’on peut rivaliser avec un des cadors de la poule chez lui. On avait un peu envie de se racheter du match aller. Un peu frustrés parce qu’on a senti qu’on pouvait faire mieux. Après, on ne peut pas crier au scandale. Je ne pense pas que beaucoup d’équipes viendront gagner ici ».

Louis Suaud (Troisième ligne, Nice): « Forcément un peu déçus parce qu’on n’avait pas encore perdu cette saison. On s’est tout de suite dit qu’on n’allait pas rester invaincus toute la saison. On rapporte un point, c’est déjà bien. On va repartir de l’avant (…) Il nous a manqué quelques petits détails, c’est souvent comme ça. Quelques points qu’on rate, deux ou trois touches qu’on ne capte pas (…) Le point positif, c’est qu’on a été beaucoup plus agressifs que la semaine dernière. A Cognac, on avait manqué de combativité. On a été mieux aujourd’hui même si ça n’a pas suffi ».


Feuille de match

A Albi (Stadium): Sporting Club Albigeois bat Stade Niçois 21 à 19 (mi-temps: 11 à 9).

Arbitrage: M. Thibault Santamaria assisté de MM. Benoit Albert et David Laborie (Ligue Occitanie).

Cartons jaunes: à Albi, Chocou (21è), Sicart (74è); à Nice, Ormeachea (78è).

Pour le SCA: 2 essais Caminati (36è, 58è), 3 pénalités (7è, 28è, 79è) et 1 transformation Russell.

Pour le SN: 1 essai Gougeon (69è), 4 pénalités (6è, 18è, 24è, 45è) et 1 transformation James.

Composition SCA: Caminati; Sicart, Mafi, Bertrand, Vasuinubu; Russell (o), Doan (m); Guillaume, Calas, Pardakhty; André (cap), Essid; Chocou, Feltrin, Jean-Jacques .

Sur le banc: Boundjema, Escur, Gaillard, Farret, Vayrac, Drauniniu, Pilet, Nevers.

Entraîneurs: Arnaud Méla, Jérémy Wanin et Romain Lalliard.

Composition Stade Niçois: Slowik; Gougeon, Fritz, Lea’ana, Bonnet-Gonnet; James (o), Champin (m, cap); Freytes, Suaud, Mace; Fontaine, Lasis; Negrotto, Martin, Vola.

Sur le banc: Tyumenev, Pouyleau, Fabbri, Lespinasse, Ormaechea, Ricquebourg, Mosses, Gordas.

Entraîneurs: David Bolgashvili et Martin Jagr


Le classement 

capture d ecran 2021 01 17 a 174417

Aucun article à afficher

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here