L’interview décalée de… Nicolas Salnikoff (Mazères Cassagne)

0
Pur produit commingeois par excellence, le troisième ligne de Mazères fait désormais partie des anciens. Après une carrière bien remplie, Salni 3 (vous comprendrez plus bas) sait qu’il se rapproche de la retraite, alors, il en profite à fond, un peu comme il l’a toujours fait. Papa à la ville comme sur le pré, il était donc temps de proposer à Nicolas “Klishko” Salnikoff de répondre à notre interview décalée. Gare au gorille, en été, et au singe, en hiver, le bonhomme est entier, découvrez-le ici, sans filtre. Entre humour, émotion, et éclats de rires, tout comme pour son futur mariage avec sa puce…
26233701_2110898829143899_2181102030340733990_o
Prêt à suivre Salni pour son interview décalée ? (photo MCS)

Côté privé

Ton surnom ? Salni 3

On te confond avec qui ? On m’a parfois dit que je ressemblais à Daniel Craig, et à mon cousin Yannick Salnikoff (Salni 2) mais dans les deux cas, je ne vois pas la ressemblance.

salnikoff (9)
Salni 2 à gauche et Salni 3 à droite. Ressemblance ou pas ?

Ta musique du moment ? Jairo : “les jardins du ciel” avec cet air je saoule mes partenaires et aussi “La fille aux cheveux clairs” de Johnny qu’on chante à bloc avec Victor Lopez.

 

 

Ton film préféré ? J’en ai deux, “Un singe en hiver” et “Les tontons flingueurs”

Ton acteur préféré ? Cédric Chaubet, notre seconde ligne, on l’a surnommé « grand corps malade » ou « entorse de la civière » il tombe avec des cris pas possibles mais il se relève tout le temps (Rires). Sinon, j’ai adoré Bernard Laporte dans le rôle de « moi président, Guy noves ira au Japon » ?

Ton actrice préférée ? Cécile de France, la classe à l’état pur.

En dehors du rugby, ton sportif préféré ? Les frères Klishko. Après un match contre Caussade, nos frères ennemis, nous avons été surnommés comme ça avec Sébastien Abadie notre capitaine emblématique.

salnikoff (6)
salnikoff (6)

Ton héros dans la vie réelle ou dans la fiction ? Mes deux garçons ! Tous les jours de nouvelles aventures, c’est mieux que dans les films. Et mes 4 grands parents, ce sont des personnes hors normes, remplies de valeurs et de gentillesse.

L’émission télé que tu regardes le plus souvent ? Les charpentiers de l’extrême.

L’endroit que tu aimerais faire connaître ? Ustou, un petit village de montagne où je n’ai plus l’occasion d’aller souvent. Et la Corse que j’ai découvert grâce à ma chérie !

salnikoff (8)
Avec ses héros

Ton passe-temps favori ? Embêter mon amoureuse. Et sortir des blagues, plutôt humour noir… Mes potes savent que c’est du 20ème degré et ils ne m’en veulent pas…Enfin, j’espère !

Ta plus grosse honte ? Je n’ai jamais trop eu honte de mes conneries, mais la question suivante peut être la réponse à cette question.

Ta première cuite ? A 15 ans, j’ai été embringué par mes cousins Stephan et Yannick, Salni 1 et 2. J’ai vomi dans les draps chez Stef et j’ai dézingué le chat pensant que c’était lui, avant de lâchement cacher les draps au fond de sa panière en imaginant qu’il ne se rendrait compte de rien #tesidiotà15ans

Ta dernière grosse colère ? Mercredi dernier, à la recherche de mon fils qui était dans les toilettes et a mis du papier toilette partout, un carnage !

Si tu gagnes des millions au Loto, quels sont tes premiers achats ? De quoi rendre heureux la famille et les amis. Et un food-truck à mon poto Julien Dupuy, alias Chiken

Ton plat préféré ? Les lasagnes de ma chérie en un. Et le rôti Orloff de mon meilleur pote JB Maury en deux.

Ton dessert préféré ? La tarte au citron meringuée.

Tu peux partager un repas avec trois personnalités, qui choisis-tu ? Pas évident de choisir, je dirais Jean Ferrat, Georges Brassens et Jacques Brel pour une belle soirée de chansons, d’idées folles et du bon vin.

Quel est le petit nom que tu donnes à ta chère et tendre ? Ma puce, ça lui va bien, elle est gentille et elle saute partout. Je suis obligé de la taquiner encore, c’est plus fort que moi.

salnikoff (5)
Avec madame…Puce

Quel est le cadeau que tu aimerais recevoir pour ton anniversaire ou pour Noël ? Des affaires de chasse peut-être. Il faut bien préparer les dimanches, le jour où j’arrêterai ce sport magnifique.

Côté terrain

salnikoff (4)
Toujours à soutenir les copains…même quand ils partent aux urgences. N’est-ce pas Jérémy Iriart ?

Tes premiers pas sur un terrain de rugby ? A l’âge de 4 ans à Rieumes, je voulais faire comme mon frère Yvan.

Ton joueur préféré ? Thierry Dussautoir sans hésiter, une machine. 

Ton club préféré ? Le Stade Toulousain.

Ton meilleur souvenir rugby ? Toutes les saisons sont mémorables, mais la finale du championnat de France Promotion avec Mazères Cassagne m’a offert des amis et des émotions extraordinaires.

Ton pire ? Ce serait trop facile de dire la finale perdue…alors je dirais la finale perdue Midi-Pyrénées contre nos amis de Caussade… Où la veille, nous avions enterré ma grand-mère double peine ce week-end là.

Ton plus beau geste réussi sur un terrain ? Cette année contre Moissac devant les tribunes, je passe une chistera à l’aveugle entre deux Moissagais et qui arrive tout droit dans les bras de mon coéquipier. 0.05% de talent et le reste de chance.

Ton plus beau raté ? Quand je jouais au centre, un drop à Saint-Girons, 45m face aux poteaux le vent avec moi le ballon est monté, monté, un drop magnifique ou presque, vu qu’il n’est pas arrivé au 22m et il n’était absolument pas dans l’axe.

mazeres tuc 01 18 mcs (5)
Finis les drops, le guerrier (à gauche) et ses copains du MCS ont le regard tourné vers une belle fin de saison

Le coach (ou dirigeant) qui t’a marqué ? ils m’ont tous marqué, je pense à Patrick Capelle, Jean-Louis Carouesco… j’en passe. Mais aussi à ceux de cette année, Nico Martin et Laurent Estaque. Je ne suis pas prêt de les oublier, un duo atypique.

Si le rugby n’existait pas, quel sport aurais-tu fait ? Je pense que j’aurais fait pétanque, pêche, ou rando, peinard.

Côté vestiaires

Le groupe vit bien

Que fais-tu la veille d’un match ? Je n’ai pas de rituel particulier. Je mange plein de protéines : des raclettes, des tartiflettes, saucisses-frites avec mes collègues de boulot. Belle hygiène !

Le(s) comique(s) de l’équipe ? Flo Lagerle qui me fait rire et Quentin Sirgant toujours des expressions sorties de nulle part.

salnikoff (10)
Avec Quentin Sirgant. Ils avaient digéré la défaite en finale du championnat de France, le fanion de Biscarosse aussi

Le plus fêtard ? On a de beaux spécimens mais il me semble que Thibault Raufast est au dessus de tout le monde.

Le plus gros mangeur ? Je dirais Nicolas Cazabet dit Butch (merci Pépite pour la réponse je savais pas qui répondre)

Le plus râleur ? J’hésite entre Julien Claux et Maxime Souquet, mais je ne dirai pas qui c’est ça pourrait vexer la Souque… (Rires)

Le plus bagarreur ? J’avais mon ami Romain Galeazzi mais il m’a laissé cette année alors je fais sans lui. Mais je dirais qu’à Mazères on s’en prend à un, et c’est les copains qui font le boulot.

Le plus fashion ? Florian Feuillerat, il a des habits avant-gardistes, des gilets mode hiver 2020, ce n’est pas encore sorti il l’a déjà.

Celui que tu préfères avoir dans ton équipe qu’en face ? Thomas Lecornu, compétiteur et un plaquage dévastateur.

Celui qui est vraiment au dessus ? Jérémy Iriart, un pilier comme on les aime. Un joueur mobile et puissant.

Celui qui fait peur sous la douche ? Flavien Boué, dit la guêpe, à cause du dard.

Une anecdote mémorable ? Il y en aurait tellement à dire entre Saint-Girons et les films avec Jean-Christophe Parenti, les fous rires mémorables avec ce club. On faisait des films sur tout et n’importe quoi, on allait dans le bus pour faire un alphabet musical… On donnait les lettres et on chantait en suivant comme si on était Champions. Nico Martin à l’avant, qui nous entrainait, devenait fou et évidement plus il criait et plus nos voix le couvraient. Un très bon souvenir.

La phrase préférée du coach ? Lolo dit souvent qu’il rabâche et il a raison (Rires). Je crois également qu’il a piqué la phrase de Patrice Sablé : « On prend mesure »

Une conclusion ? Pour conclure, je dis merci à ce sport, merci à tous les clubs par lesquels je suis passé. J’ai pris du plaisir partout et me suis attaché à chacun d’eux. Il est bientôt temps pour moi de raccrocher, et plus les saisons passent, plus c’est dur de dire « j’ai fini » mais je prends ce maigre temps qui reste comme un cadeau et je suis heureux de le passer avec ce club. Nous sommes plusieurs dans mon cas. Je ne sais pas où je ferai ma dernière mais si je le pouvais, je prendrais tous les copains que j’ai pu rencontrer, ce serait un rêve de finir comme ça. Et mention spéciale à Ma puce qui supporte encore mes états d’âmes d’après-match, mes colères, mes joies. Heureux de l’épouser prochainement. Et puis c’est la seule qui me supporte de toute façon (Rires).

salnikoff (3)
Avec Chicken le cuistot, et Victor le compère de chant

Fiche d’identité

Né le : 09/01/1984 à SAINT-GAUDENS
Profession : Charpentier de métier – opérateur 3×8
Parcours en club : Rieumes (à 4 ans), Muret (à 6 ans) Vendres (à 16 ans), Portet (1 saison), Corpo, Saint-Gaudens, Saint-Girons, Montréjeau et Mazères.
Poste : 3ème ligne, mais je suis passé partout grâce ou à cause de Nicolas Martin 10, 12, 13, 15, 11, 14, 9… merci pour l’expérience mais pas pour mes copains.
Poids : 95 kg
Taille : 1m83

La (double) photo dossier :

salnikoff (2)
Quand on s’endort comme ça devant un buffet aussi somptueux, ça sent la retraite…
Nico salnikoff 2
L’autre grande passion de Nicolas : pas la mobylette, non, se prendre en photo. Il faut dire que sa classe naturelle irradie sur chaque cliché. (photo fournier par S. A.)

Aucun article à afficher

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here