Insolite – Limoges-Bayonne en vélo, le défi pour se remettre en selle d’Enguerrand

0

Ah l’été, une période synonyme de vacances et d’intersaison au rugby. La cuvée 2020, crise sanitaire oblige, a vu de nombreux évènements sportifs se décaler, tels que l’Euro de football (reporté à Juin prochain), les Jeux Olympiques de Tokyo, ou encore le traditionnel Tour de France, qui se dispute en ce mois de Septembre. Restons d’ailleurs du côté des amoureux des bidons d’eau, des balades cyclistes estivales et des… préparations physiques décalées, avec  la petite histoire d’Enguerrand, mêlant vélo, RC L’Aurence Limoges et objectif camping, le tout avec beaucoup d’humour ! (par Jeremy VdC)

Enguerrand ? Oui, il s’agit bien d’un prénom, rare, d’origine germanique, qui arrive au 979ème rang des prénoms donnés aux bébés garçons en 2018 (source officielle). Une rareté qu’entretient allègrement notre héros du jour, soigneur officiel au sein du RC L’Aurence Limoges. En effet, alors que le club prépare la saison à venir au sein de la poule 2 de Régionale 2 (regroupant les ex-1ère et 2ème Série en Nouvelle-Aquitaine), Enguerrand a décidé lui, de s’offrir quelques de jours de vacances, et en forme de défi personnel : faire Limoges – Bayonne en vélo ! “C’est un projet que j’avais depuis peu” dit-il, “l’occasion s’est présentée, donc je n’ai pas hésité. C’est une façon un peu différente d’être en vacances, je voulais profiter du voyage et des étapes autant que de l’objectif au final.” Et quand on lui demande si cela fait partie d’une préparation physique personnalisée en vue de la reprise au RCA, la réponse est simple : « Disons que c’est du bonus ! »

Des noms bien connus de clubs ont défilé derrière Enguerrand, posant fièrement avec le logo du RCA “bien positionné”

Enguerrand et ses camarades avaient tout prévu pour cette semaine de balade, y compris de dormir sous une tente. Alors quitte à voyager léger, autant le faire avec classe. L’idée de revêtir le fameux slip de bain arborant le rouge, le vert et le logo du RC L’Aurence, est venue au dernier moment. Placé sous le cuissard de cycliste, ce slip fétiche “confortable” dixit le principal intéressé, serait aussi une bonne occasion de l’afficher sur des photos prises sous des panneaux, marquant les étapes du jour. D’ailleurs, d’où est venue l’idée de faire ces clichés ? “La première, prise à Lubersac, c’est une équipe contre qui on avait joué cette année en 2ème Série. Alors je l’ai envoyée uniquement aux copains de l’équipe, et un des gars du club m’a dit d’en faire d’autres, qu’on pourrait les partager pour faire un suivi. J’ai trouvé l’idée cool, et du coup on a fait plein d’autres (rires)” 

“La selle d’Enguerrand”, tout un programme !

De quoi faire des pauses lors de ce périple particulier pas si facile : “C’était galère par moments. Faire 100 à 110 km par jour, c’est difficile quand même. Mais le plus dur, c’était l’assise, c’est de la torture. Mais bon, avec les paysages dont on profitait, on oublie vite les douleurs ou les soucis, et on profite. On a fait la popote avec des vieilles gamelles de l’armée, récupérées dans nos familles. C’était sympa. Un petit butagaz et hop !”

Dans toute la préparation, le choix du trajet a également été décisif, à faire rêver les amoureux du Tour de France. Descente vers le sublime département du Lot, jusqu’à Cahors, où se situe la famille d’Enguerrand, direction le sud avec le canal du Midi, quitté à Agen, pour couper à travers le Lot-et-Garonne et les Landes avec un passage par Dax. Et finalement pointer en terre promise, au Pays Basque, à Bayonne. On vous laisse donc avec quelques clichés pris durant ce beau voyage, avec notamment les panneaux de plusieurs villes abritant des clubs bien connus du paysage rugbystique local : l’US Varetz, le CA Pompadour ou encore l’US Souillac pour les clubs amateurs, sans oublier l’US Dax et bien évidemment, l’Aviron Bayonnais !

Le RC L’Aurence Limoges débutera officiellement sa saison mi-Septembre avec la réception de l’AS Chasteaux-Lissac (si les conditions sanitaires le permettent bien sûr). Ce sera l’occasion de voir si la préparation physique atypique d’Enguerrand porte ses fruits. Et si à 26 ans, cet étudiant bon vivant rechaussera les crampons pour être sur le terrain plus régulièrement que pour accourir auprès des blessés…

La fin du parcours à Bayonne, et une ultime photo souvenir, tous muscles dehors. Mais si, regardez bien !

Le regard vif, le corps affûté, et aucune fringale en vue

enguerrand st paul de loubressac

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here