Hors stade : Jordan et Ludovic, frères d’âme

0

C’est l’histoire de Jordan, 22 ans, qui après avoir passé toute son éducation rugbystique à Mazères-sur- Salat, se met en quête d’un travail. Il décide alors, avec sa moitié, de venir s’installer sur Toulouse, histoire d’avoir plus d’opportunités. Pas question de ne pas jouer au rugby pour autant. Alors il a appelé son grand frère, Ludovic, 37 ans, emblématique seconde ligne de Toulouse Lalande Aucamville. La suite ? Ce sont les deux frangins qui la racontent…

12381079_484263565114907_798559903_o
Jordan et Ludovic Jacques, ou la fierté de jouer ensemble, avec 15 ans d’écart (photo Claire S.)

“Je lui ai dit que j’arrivais sur Toulouse, et que du coup, j’aimerais vraiment faire une saison avec lui. Car je pense que c’est la plus belle chose que de jouer avec son plus grand frère”. La demande de Jordan était aussi claire que touchante. Et son grand guerrier de frangin s’est montré sensible à cette proposition : “J’hésitais à faire une saison de plus” concède Ludovic, “je vivais un changement de vie au niveau professionnel, et accessoirement j’allais sur mes 37 ans. Et puis voilà que mon petit frère m’appelle pour me dire qu’il déménage et qu’il aimerait faire une saison avec moi. J’ai eu la chance de jouer avec mon autre frère, Arnaud, pendant quelques saisons. C’est magnifique de jouer ensemble. Alors quand c’est le petit dernier qui le demande, je ne pouvais pas lui dire non. La décision a été vite prise”.

Jordan emménage sous un nouveau et débarque donc à Toulouse Lalande Aucamville. Après un bon stage de pré-saison, il s’est vite fondu dans le groupe. Pour la petite histoire, lors du premier match officiel de la saison, à Saint-Orens, un fait de jeu va rapprocher un peu plus les frérots. Jordan voyant son grand frère embarqué dans un accrochage, n’hésite pas une seconde à s’en mêler et lui porter secours. Résultat : carton rouge ! “Il est un peu sanguin sur les bords” sourit l’aîné. Rien de bien méchant, mais le “petit jeune” sera recadré par les coachs, et apprend rapidement à composer avec l’expérience et les ficelles du métier que maîtrisent parfaitement Ludovic. “Je ne sais pas trop s’il a simulé ce jour là, mais une chose est sûre, c’est que moi, je suis tombé dans le panneau” confesse Jordan, sourire en coin.

“C’est beau de jouer avec son frère !”

Depuis, les deux hommes sont plus proches que jamais. “Je suis heureux de jouer en seconde ligne, avec mon frère au talon” dit l’aîné, quand le cadet avoue de son côté : “en fait, de le savoir derrière moi, je me sens comme protégé oui”. Le TLA peut se réjouir de compter parmi ses avants deux membres d’une fratrie qui donnent tout sur le terrain. A leurs côtés, tous les autres joueurs sont au diapason. Pour preuve, une moitié de saison plus que réussie et une deuxième place au classement qui conforte un peu plus Ludovic dans son choix de continuer : “Je ne regrette pas du tout d’avoir re-signé car on vit une saison exceptionnelle”. Et puis un grand frère ne serait pas un grand frère s’il ne distillait pas de temps en temps une petite pique très fraternelle : “C’est vrai que c’est beau de jouer avec son frère, et puis je suis tellement ravi qu’Aucamville dispose du talonneur le plus solide du championnat avec ses 72kg pour 1.75m !

Les repas de famille seront pimentés de nouvelles anecdotes et de séances de “chambrage” bien senties assurément. D’ici là, Ludovic et Jordan ont encore quelques matchs et de bons moments à passer sous le même maillot…

12398373_484368938437703_1626297730_o
Jordan au coeur de la mêlée, se sent protégé par son grand frère, juste derrière lui (photo Claire S.)

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here