Fédérale 3 – Le Coq Léguevinois résiste au retour du Canton d’Alban et s’envole vers la Fédérale 2

0

Une semaine après la Fédérale 2, c’était au tour de la Fédérale 3 de livrer son verdict quant aux vainqueurs des seizièmes de finale et aux accessions directes à l’échelon supérieur. A domicile, le Coq Léguevinois souhaitait confirmer son succès du match aller, acquis aux forceps par la plus petite des marges (11-12). Néanmoins, qui connait les ressources de l’adversaire du jour, à savoir l’Union Sportive du Canton d’Alban, savait bien qu’une telle entreprise serait très loin d’être une mince affaire… (Par Marco Matabiau/ Photos Alain Montségur et Alain Sabathier)

Dès le coup d’envoi, les Tarnais montraient leur envie de jouer en relançant depuis leurs quinze mètres, mais le trois-quarts centre Cabot se faisait croquer au sol. Le Léguevinois Loubrieu ratait néanmoins la cible et une belle occasion de déflorer le planchot (1è). Les locaux maintenaient leur emprise sur l’entame, orchestrant un premier ballon porté à l’issue duquel l’ouvreur Bosc s’essayait au drop, sans plus de réussite que son ailier quelques minutes auparavant (5è). L’USCA avait bien du mal à entrer dans la partie, perdant notamment un ballon dans l’alignement et subissant le jeu. Les joueurs du Coq trouvaient la faille sur un lancement en première main: Everhard attaquait la ligne et passait les bras pour son compère du centre Delpech. L’ex-Loup du Girou perçait, puis allongeait vers Antony, revenu se placer à l’extérieur. Le troisième ligne, d’une passe aveugle en pivot, servait Loubrieu, venu se proposer à son intérieur. L’ailier léguevinois crochetait et concluait en coin avant de transformer lui-même, pourtant en position délicate (7 – 0, 8è).

_DSC7286
Delpech prend l’espace et va trouver le soutien d’Ancaert (Photo Alain Sabathier).

Les visiteurs tentaient bien de réagir suite au renvoi échappé par l’arrière-garde locale, mais sur le deuxième temps de jeu, le deuxième ligne Ichanson (qui connait pourtant la musique) perdait le ballon au contact dans les quinze mètres adverses. Les locaux connaissaient toutefois un coup d’arrêt quand le troisième ligne Bayol (Antoine) écopait d’un carton jaune pour un plaquage retourné (12è). Cela ne réglait en rien les problèmes de conquête d’Alban, qui perdait un nouveau ballon en touche et se faisait confisquer une munition au sol par le talonneur Gerardi (16è). Quelques instants plus tard, les avants du Coq enclenchaient une nouvelle fois la marche avant sur un beau maul porté et récoltaient une pénalité après avoir progressé de plus de 30 mètres. Le ballon botté par Loubrieu fuyait cependant, une fois encore, les barres (19è). C’était alors l’heure de la première pause fraicheur (ou « water break » pour les amoureux de la langue de Shakespeare) de la rencontre.

_DSC7350
Impact imminent: déjà confrontés en mêlée, Deschamps (ballon sous le bras) et Galaup vont faire plus ample connaissance (Photo Alain Sabathier).

Un intermède qui ne ralentissait en rien les Léguevinois. Attaque au large, sur laquelle  Loubrieu (décidément dans tous les bons coups en ce début de rencontre) et Antony semaient le désordre, mais les Tarnais grattaient au sol et Guttierez dégageait son camp. Dans la foulée, les Haut-Garonnais obtenaient une nouvelle pénalité. Loubrieu ne se faisait pas prier pour accroître l’avance des siens (10-0, 22è). Sur le renvoi, le Canton d’Alban se voyait octroyer une pénalité similaire, mais Guttierez ne réglait pas la mire (23è). Ce sont au contraire les locaux qui prenaient le large grâce au pied de l’ouvreur Bosc, qui sortait du bois pour réussir une pénalité des 45 mètres (13-0, 27è). Malgré la perte du troisième ligne Caste (touché au genou après un belle remontée de ballon), Alban se montrait un peu plus dangereux dans les derniers instants. L’arrière Combes jouait vite une pénalité à cinq mètres mais était projeté en touche à quelques centimètres de l’en-but (40è). Le lancer qui suivait était capté sans encombre par Ceratti, Gouguet bottait en touche et M. Camus sifflait la pause.

IMG_1911
Caste à la manœuvre derrière sa mêlée. Touché au genou, le troisième ligne devra quitter prématurément ses coéquipiers quelques instants plus tard (Photos Alain Montségur)

Léguevin en maitrise malgré le final fou d’Alban

Dès la reprise, Léguevin se retrouvait une nouvelle fois à 14, Galaup se voyant sanctionné d’un carton jaune (43è). La pénalité obtenue était convertie par Guttierez, ce qui redonnait un peu d’allant aux siens (13-3, 45è). Dans tout ce qu’ils entreprenaient, les locaux se montraient beaucoup moins précis que lors du premier acte. Cela avait le don d’énerver Coach Herrerias (qui recevait d’ailleurs la visite de M. Camus pour une brève explication de texte). Après dix minutes hésitantes, le Coq remettait le bleu de chauffe et lançait le jeu vers Ancaert. L’arrière obtenait une pénalité en coin que Loubrieu réussissait (16-3, 51è). Les forces s’équilibraient quand le deuxième ligne tarnais Corbière écopait à son tour d’un carton jaune (53è). La valse des changements se poursuivait (Barboteau, Imacht et Scholler faisaient leur apparition sur la pelouse) et le rendement léguevinois ne s’en ressentait guère. Les Haut-Garonnais obtenaient deux pénal touches d’affilée et martyrisaient leurs adversaires. Sur le second maul porté, la progression inéluctable du pack se terminait dans l’en-but et le pilier Gistau pointait le deuxième essai des siens. Loubrieu rajoutait deux points (23-3, 57è).

_DSC7417
Sous une pile de joueurs, Gistau, profitant du bon travail de ses coéquipiers, pointe en but et donne de l’air à sa formation (Photo Alain Sabathier).

Avec un peu plus de 20 minutes à jouer, l’affaire semblait fort bien engagée pour les Rouge et Bleu. Toutefois, les Albanais n’étaient pas venus en simple faire-valoir et allaient le démontrer. A l’approche du dernier quart d’heure, ils obtenaient une touche à cinq mètres. Deux temps de jeu plus tard (dont une percussion de Cabot), Guttierez (replacé à la mêlée) feintait la passe et marquait au pied des barres. Bousquet transformait (23 – 10, 63è). Sonné, Léguevin réagissait dans la foulée grâce à un bel enchainement autour de Carré (auteur d’une belle passe au contact) et de Barboteau, mais Everhard ne pouvait contrôler le cuir alors que l’essai semblait en bonne voie (67è). Alban trouvait à nouveau la faille dans le dispositif défensif de son hôte du jour: prise en touche, longue séquence qui mettait à mal la résistance des locaux avant d’envoyer Combes inscrire l’essai de l’espoir. Bousquet rajoutait deux nouveaux points (23 – 17, 70è).

_DSC7446
Cet « offload »de Barboteau aura pu conduire au troisième essai léguevinois, mais Everhard ne pourra contrôler le cuir (Photo Alain Sabathier).

L’atmosphère devenait alors irrespirable, et pas seulement en raison de la lourde chaleur qui planait sur la région toulousaine en ce dimanche. Les Tarnais reprenaient du poil de la bête et faisaient feu de tout bois, notamment en défense dans le sillage du pilier Meka, véritable poison dans les rucks. Léguevin se remobilisait et obtenait une pénalité. Des 45 mètres, Bosc (que le staff avait fait sortir de sa retraite à l’été dernier) inscrivait trois points colossaux (26 – 17, 74è). Léguevin respirait mieux, mais se tirait une nouvelle balle dans le pied quand Carré, auteur d’un plaquage haut en mode « missile à tête chercheuse » sur le réceptionneur tarnais, partait se reposer sur le banc (78è). Dans les arrêts de jeu, Combes s’échappait côté gauche et jouait au pied pour lui-même, mais Scholler vieillait au grain et assurait la couverture. Le demi de mêlée néerlandais commettait toutefois un en-avant. Sur la mêlée qui suivait, l’USCA gagnait une pénalité que Bousquet convertissait en points (26 – 20, 80è + 2). Un essai transformé, et Alban était qualifié… et promu en F2. Malheureusement pour les Tarnais, le miracle ne se produisait pas, le dernier ballon négocié par Sudre étant gratté par nul autre que le capitaine Bayol. Un ultime dégagement de Bosc en touche, et les Rouge et Bleu pouvaient savourer: le Coq Léguevinois était promu en Fédérale 2.

IMG_1930
Cornaqué par Gouguet, le pack haut-garonnais aura orchestré quelques mauls portés dont il a le secret (Photo Alain Montségur).

Disputée devant environ mille spectateurs (dont 350 avaient pris part au repas d’avant-match, en mode « garden party »), dans une véritable ambiance de phases finales, cette rencontre retour entre Tarnais et Haut-Garonnais n’aura pas déçu. Cueillis à froid, les joueurs de François Giovannini et Guillaume Libourel, pourtant soutenus par bon nombre de leurs supporters, auront mis près de quarante minutes à se mettre en route. Battus dans l’agressivité et l’engagement, ils n’auront eu que très peu de ballons à négocier en première période. Ils auront toutefois rendu une bien meilleure copie dans le second acte, parvenant enfin à trouver quelques intervalles et à tromper la défense locale. Les repositionnements de Combes en 10 et de Gutierrez à la mêlée y sont peut-être pour quelque chose, tout comme l’énergie de Cabot et l’agressivité (saine) de Meka, entré à la pause. Malgré ce revers, la saison tarnaise est loin d’être terminée. Place maintenant aux barrages d’accession les 5 et 12 juin prochains.

IMG_1943
Chassé ici par Delpech et Antony, Cabot aura fait étalage de ses nombreuses qualités d’attaquant (Photo Alain Montségur).

Quatre saisons (dont deux tronquées par l’épidémie de Covid-19) seulement après son accession à la Fédérale 3, le Coq Léguevinois accède à la Fédérale 2. Cette première dans l’histoire du club ne doit pourtant rien au hasard. Parfaitement appliqués et d’une redoutable précision dès le premier coup de sifflet, les joueurs de Sébastien Dupuy et Didier Herrerias (qui, contrairement à ce que laissaient entendre certains supporters tarnais le long de la main courante, ne s’épile pas les avant-bras) ont bâti leur succès comme ils l’ont souvent fait cette saison, passant d’abord par les fondamentaux que sont la conquête et la défense, menés par un Galaup souverain en mêlée et insatiable au plaquage et un Ceratti (de retour aux affaires) toujours aussi précieux dans l’alignement. Ils ont ensuite pu lâcher les chevaux et laisser les « maigres » s’exprimer, un domaine dans lequel Ancaert et Loubrieu ont été, au sein du collectif, les plus en vue. La montée en poche, les phases finales se poursuivent pour les protégés du président Ceratti. Un gros morceau se profile à l’horizon, à savoir les Catalans de Salanque Côte Radieuse, que les Léguevinois avaient déjà côtoyé dans la poule 9. Une belle qui en fait déjà saliver plus d’un.

IMG_1977
Loubrieu, l’homme à tout faire du Coq: un essai, deux pénalités, deux transformations (pour un total de 15 points). N’en jetez plus: la (basse) cour est pleine (Photo Alain Montségur).

Réactions

Didier Herrerias (Entraîneur, Léguevin): « Aujourd’hui, on est à un sommet de la montagne. C’est pas le plus haut, mais c’est un sommet. Il va falloir se poser un peu, planter le drapeau comme on dit, profiter et regarder le chemin parcouru jusqu’ici. Les joueurs peuvent être fiers de ce qu’ils ont fait, le club aussi, des présidents aux dirigeants en passant par les bénévoles. Tous les supporters aussi, qui ont été extraordinaires depuis le début de saison. Ce soir, on va profiter de tout ça. C’est une journée historique pour le club. 350 personnes au repas de midi pour les supporters. Une montée en Fédérale 2. Une journée qui fera date. Demain, quand j’aurai récupéré, je prendrai les jumelles et je regarderai où est le prochain sommet ».

_DSC7255
Visiblement, depuis son passage remarqué par le Stade du Moulin à Vent de Saint Cernin, les montagnes inspirent Didier Herrerias (Photo Alain Sabathier).

Guillaume Libourel (Entraîneur, Canton d’Alban): « Bien entendu, on était venus pour faire un résultat. On s’attendait à cette grosse entame de Léguevin. Ils ont gagné la bataille au sol, nous ont privés de ballons. En deuxième période, on a commencé à avoir un peu plus de ballons, d’espaces. On a essayé d’accélérer le jeu, et on meurt à un essai. On fait deux ou trois mauvais choix dans le dernier quart d’heure. C’est dommage, mais on arrive au bout d’une belle saison. Notre premier objectif était de nous maintenir, et on va  finalement jouer les barrages pour la montée ».

IMG_1933
Guillaume Libourel (bras croisés, au premier plan) salue la réaction de ses joueurs et se tourne déjà vers le barrage d’accession (Photo Alain Montségur).

Benoit Bosc (Demi d’ouverture, Léguevin): « Satisfaits de notre saison. On va maintenant essayer de prendre tout ce qui se présente. On a bien entamé le match, contrairement à ce qui peut parfois nous arriver. On a respecté les consignes. On a su faire le dos rond quand il fallait. Maintenant, on va profiter toute a nuit ».

IMG_1894
Bosc tente ici de prendre à défaut le troisième ligne tarnais Cadenet (Photo Alain Montségur).

Bastien Milhau (Trois-quarts centre et capitaine, Canton d’Alban): « On est passé complètement à côté de notre première mi-temps. On tourne à 0 – 13. On n’a pas réussi à se mettre dans le match d’entrée. On s’y remet un peu en deuxième mi-temps. On espère. Mais ça ne passe pas. C’est ainsi, c’est le rugby. Il nous reste deux matchs à aller chercher pour essayer de monter en Fédérale 2 ».

_DSC7352
En bon capitaine, Milhau a tout donné pour franchir l’obstacle léguevinois (Photo Alain Sabathier).

Feuille de match

A Léguevin (stade municipal): Coq Léguevinois bat Union Sportive Canton d’Alban 26 à 20 (mi-temps: 13 à 0).

Arbitrage: M. Julien Camus assisté de MM. Aurélien Fontez et Frédéric Chazal (Ligue Occitanie).

Cartons jaunes: à Léguevin, Bayol A. (14è), Galaup (43è), Carré (78è); au Canton d’Alban, Corbière (53è).

Pour Léguevin: 2 essais Loubrieu (8è), Gistau (58è), 4 pénalités Loubrieu (22è, 51è), Bosc (27è, 74è), 2 transformations Loubrieu.

Pour Canton d’Alban: 2 essais Guttierez (63è), Combes (75è), 2 pénalités Guttierez (45è), Bousquet (80è +  2), 2 transformations Bousquet.

Boudu
Les supporters léguevinois, notamment l’inénarrable Boudu (ici au premier plan) ont donné de la voix pour encourager leurs favoris (Photo Alain Sabathier).

Composition Léguevin: Ancaert; Loubrieu, Delpech, Everhard, Boch; Bosc (o), Gouguet (m); Antony, Bayol L. (cap), Bayol A.; Ceratti, Pierre; Galaup, Gerardi, Gistau.

Sur le banc: Imacht, Ligdamis, Bras, Hoareau, Carré, Scholler, Barboteau.

Entraîneurs: Sébastien Dupuy et Didier Herrerias.

Leguevin
Le Coq Léguevinois avait mis les petits plats dans les grands pour organiser le repas d’avant-match.

Composition Canton d’Alban: Combes; André, Cabot, Milhau (cap), Granizo; Guttierez (o), Plazer (m); Caste, Cadenet, Espitalier N.; Corbière, Ichanson; Cadillac, Alleaume, Deschamps.

Sur le banc: Sudre, Meka, Cambon, Fontaynes, Bousquet, Payrastre, Rabaud.

Entraîneurs: François Giovannini et Guillaume Libourel.

IMG_1980
Le Coq a su le plus souvent rester maître de sa basse-cour et du ballon (Photo Alain Montségur)

Aucun article à afficher

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here