Fédérale 1 – Phases finales, un démarrage au quart de tour

0

Tout ça pour en arriver là ! Si d’ordinaire, ce genre de phrase est synonyme d’une forme de déception (genre la montagne qui accouche d’une souris), elle prend dans nos colonnes la forme d’une impatience, enfin assouvie. Au terme de la longue phase de brassage dans chacune des quatre poules de l’élite amateur nationale, les vingt-deux épisodes de l’acte I ont délivré le nom des huit équipes qui ont décroché leur « ticket to ride » (*) vers les quarts de finale du trophée Jean-Prat. Avec en ligne de mire, le titre et l’accession en Pro D2… (par Wildon)

DSC_0574
cet article a pour but de vous permettre d’y voir plus clair avant le début des quarts de finale de fédérale 1 (photo William Donnarel)

Selon le principe immuable des tirages croisés selon le classement des premiers et des seconds de chaque poule (le 1er contre le 8e, le 2e contre le 7e, etc), il faut reconnaître que ces quarts de finale ont « de la gueule ». Mais il faut aussi reconnaître que c’est un autre championnat qui commence. Que vous soyez le premier des premiers (Valence-Romans) ou le dernier des seconds (Saint-Jean-de-Luz), les compteurs sont remis à zéro et tout peut alors survenir lors de ces matches-couperets. En somme, chacun des huit qualifiés est un champion de France en puissance.

Il y a quelque chose d’absolument délicieux et absurde dans la situation des quarts de finale. Tout d’abord, qualifier Saint-Jean-de-Luz de « dernier des seconds »… Nous, on connait un paquet d’entraîneurs et de dirigeants de club qui signeraient tout de suite pour être le « dernier des seconds » à ce stade de la compétition. L’autre situation, c’est celle de voir Blagnac avoir 0,7 point de mieux que Bourgoin-Jallieu mais n’être pas classé 4e des qualifiés puisque les banlieusards toulousains ont terminé second de la poule 1, donc 5e des huit, quand les Berjalliens ont fini premiers de la poule 4, donc 4e des même huit. Vous suivez ? En somme, le premier des seconds est meilleur que le dernier des premiers. Vous suivez toujours ? Garçon, une poche de glace sur le front du lecteur de droite et un Efferalgan pour la lectrice du fond à gauche.

Objectif Pro D2… à condition d’avoir les reins solides ! 

Blague à part, le destin des huit clubs va se jouer sur quatre-vingt minutes. Si les Drômois de Valence-Romans font figure de grandissimes favoris, Albi et Bourgoin-Jallieu sont, eux aussi, de sérieux prétendants à un retour dans le milieu professionnel, histoire de reconnecter leur présent avec leur passé glorieux. On pourrait également rajouter Dax, dont le nom fleure toujours aussi bon la gloire passée mais qui redémarre de loin et surtout en ayant tiré Rouen pour ces quarts de finale. Car (sans jeu de mot) il va falloir faire très attention aux « Nordistes » de la compétition. Les Rouennais ont littéralement marché sur l’eau dans leur poule 1. Le club normand est le seul club, avec Valence-Romans, à avoir terminé la phase de brassage invaincu de bout en bout. Et intrinsèquement parlant, les Vikings ont fait même plus fort que les Drômois puisqu’ils ont remporté 21 matches sur 21 quand Valence-Romans n’en a remporté « que » 19 (mais la poule comptait 11 clubs au lieu de 12). Il n’en reste pas moins que parier un sou sur les Normands n’aurait rien d’absurde.

Lavaur Blagnac 02 18 chris fabries (11)
Christophe Deylaud sait bien que Blagnac attaque les matchs les plus importants de la saison désormais (photo C. Fabriès)

Où situer Blagnac dans ces quarts de finale ? Le club de Frédéric Michalak est sorti fort logiquement de la poule 3 en résistant notamment à des prétendants comme Aubenas et Nîmes et, dans une certaine mesure, Narbonne, mais sans jamais se coller de sueurs froides non plus. Le match contre Bourgoin-Jallieu, sur le plan du classement, apparaît comme le plus « équilibré » de ces quarts de finale, celui où tout sera possible. Nous, on hésite encore à donner un favori. Et vous ? Les paris sont ouverts !

On est plus mesuré pour ce qui concerne Dijon et Saint-Jean-de-Luz. Les Basques ont commencé la saison en trombe (neuf victoires consécutives dès l’entame du championnat) avant de rentrer progressivement dans le rang face aux Albigeois (battus par eux deux fois) et de connaître des défaites contre Anglet, Tarbes, Marmande et Lannemezan. Cela ne les a pas empêché de se qualifier mais ces « incidents » de parcours n’appellent pas nécessairement à la sérénité. Quant aux Bourguignons, ils sont, quelque part, la divine surprise de ce premier tour. Les Dijonnais auront réussi le pari de repousser Hyères et Nice hors des deux premières places au terme d’une première phase bien maîtrisée et une victoire signalée sur Bourgoin-Jallieu lors du match aller (28-19). Les Dijonnais n’ont donc rien usurpé à ce stade de la compétition, bien au contraire, mais il en faudra beaucoup plus encore pour faire tomber le mur albigeois.

En conclusion de tout ceci, ces quatre quarts sont d’ores et déjà de délicieuses tranches de rugby à déguster très prochainement. Pour ces huit prétendants, qui se trouvent à trois marches seulement du titre et de la Pro D2, un seul mot d’ordre : démarrer ces quarts de finale… au quart de tour ! Et surtout, en coulisses, bien remplir toutes les conditions pour accéder à l’étage supérieur accessoirement. Car le cahier des charges concernant le budget minimal requis pour évoluer dans le monde professionnel est plutôt très strict. Et sans trop s’avancer, on peut d’ores et déjà affirmer que parmi les huit derniers candidats, tous ne répondent pas aux critères souhaités.

Parmi les moins bien lotis du portefeuille, mais valeureux et ambitieux sportivement, rappelons que les “seconds couteaux” de fédérale 1, classés de la 3ème à la 6ème place de leurs poules respectives, sont qualifiés pour le Challenge Yves du Manoir (voir le mode d’emploi plus bas). Un challenge qui démontre l’écart qui existe entre les équipes qui s’alignent au départ d’un championnat à deux titres… et à deux vitesses.

Lavaur Albi ©photo Christophe fabriès) (4)
Albi prépare son quart, pendant que la Mairie anticipe de renflouer les caisses en prévision d’un éventuel retour en pro D2 (photo C. Fabriès)

LES AFFICHES du Jean Prat (probables, seul Dax, 77pts, peut être rejoint par Cognac Saint Jean d’Angély, 75 pts)

Valence-Romans – Saint-Jean-de-Luz
Rouen – Dax
Albi – Dijon
Bourgoin-Jallieu – Blagnac

 

Challenge Yves du Manoir : mode d’emploi

A l’issue de la phase qualificative, les équipes classées de la 3ème à la 6ème place de chacune des poules sont qualifiées pour disputer le challenge Yves du Manoir. La FFR constitue un classement national des équipes pour définir les rencontres, et seront opposées comme suit : 1er vs 16ème; 2ème vs 15ème; etc

Le match Aller se déroulant sur le terrain de l’équipe la moins bien classée à l’issue de la phase qualificative.

Les deux premiers tours se jouent en match Aller-Retour. Les demi finales et la finale se jouent sur terrain neutre.

Le calendrier des phases finales :

  • 05 MAI 2019 : 1/8 Aller
  • 12 MAI 2019 : 1/8 Retour
  • 26 MAI 2019 : 1/4 Aller
  • 02 JUIN 2019 : 1/4 Retour
  • 16 JUIN 2019 : Demi Finale
  • 23 JUIN 2019 : Finale

_____________________

(*) Littéralement « un ticket pour chevaucher », chanson des Beatles, 1965

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here