Elite 1 Féminine – Stade Toulousain – ASM Romagnat, un sommet renversant !

0

Superbe affiche pour la deuxième journée de playoffs d’Elite 1 Féminine (Poule 2). Dans son antre, le Stade Toulousain, vainqueur avec le bonus (27-0) d’une valeureuse équipe bordelaise une semaine plus tôt, comptait bien enchainer et ne pas dévier de son tableau de marche. Face aux Haut-Garonnaises se dressait l’autre gros morceau de la poule, à savoir l’ASM Romagnat Rugby Féminin, tout juste auréolé d’un succès en terre bayonnaise (17-24) lors de la journée inaugurale. Voilà qui promettait donc une sacrée empoignade entre deux formations constellées d’internationales… (Par Marco Matabiau/ Photos Alain Montségur et Christophe Fabriès).

D’entrée de match, l’intensité maximale était de mise, comme sur ce premier plaquage à deux des Toulousaines Lapoujade et Lecat sur Touré ou, dans la foulée, cette montée en pointe et cet arrêt buffet de l’Auvergnate Tounesi sur la même Lapoujade. Sur cette action, l’ASM Romagnat obtenait une pénalité, convertie en pénal touche dans les 22: après une conquête de la troisième ligne Sgorbini, le ballon était rapidement écarté jusqu’à Gincourt puis Trémoulière. L’arrière internationale décalait son ailier Perraudin qui, côté droit, gagnait son duel face à son homologue Murie pour inaugurer le planchot (5-0, 4è). Les Stadistes réagissaient dans la foulée quand la toujours électrique Sansus dynamisait une pénalité et affolait la défense. Quelques instants plus tard, sur une relance depuis la ligne médiane, Cabalou (12 dans le dos, mais souvent positionnée à l’arrière), alertait Vandesteene. La demi d’ouverture Imart était à son tour servie et prolongeait jusqu’à Murie, qui réalisait un déboulé dont elle a le secret pour aller derrière la ligne et égaliser. Cabalou rajoutait les deux points de la transformation (7-5, 9è).

Murie dépose Pignot et permet aux Toulousaines de revenir à hauteur (Photo Alain Montségur).
Murie dépose Pignot et permet aux Toulousaines de revenir à hauteur (Photo Alain Montségur).

Les visiteuses s’appuyaient sur le long jeu au pied de Trémoulière pour tenir les Toulousaines à distance, et leur mêlée faisait plus que tenir son rang. Pour preuve, elles obtenaient une pénalité bien placée que Trémoulière convertissait (8-7, 18è). Le chassé-croisé se poursuivait quand, suite à un départ de Lecat derrière sa mêlée bien relayée par la trois-quart centre Rufas, Hermet ramassait derrière le point de fixation et marquait en force. A nouveau, Cabalou trouvait la cible pour deux points supplémentaires (14-8, 23è). Toulouse continuait d’appuyer sur l’accélérateur et manquait de faire le break quand Murie, décidément très en vue en ce début de rencontre, contrait le jeu au pied de Trémoulière. Le rebond capricieux empêchait les rouge et noir d’en profiter. Au contraire, ce sont bien les banlieusardes clermontoises qui recollaient quand, sur une attaque en première main, Perraudin venait se proposer plein centre depuis son aile, créant une incertitude et un déséquilibre qui permettaient de libérer l’autre ailier, à savoir Guermit. Celle-ci déposait Cabalou et filait en terre promise. La transformation de Trémoulière heurtait le poteau (14-13, 30è).

Guermit manoeuvre et déborde Cabalou pour ramener les Auvergnates à un point des Toulousaines (Photo Alain Montségur).
Guermit manoeuvre et déborde Cabalou pour ramener les Auvergnates à un point des Toulousaines (Photo Alain Montségur).

Les dix dernières minutes allaient ensuite s’avérer plus que cruelles pour les Romagnatoises. Les avants toulousaines venaient taper au près, successivement Hermet, Lecat puis Durand, poussant la défense à la faute. De fait, Cabalou rajoutait trois points (17-13, 38è). Enfin, dans les arrêts de jeu, toujours après un forcing près de la ligne orchestré par la capitaine Bilon, Lecat et Durand (encore elles!), non seulement Mme Domenjo accordait un essai de pénalité (24-13, 40è + 3) mais elle sanctionnait la troisième ligne auvergnate Sgorbini d’un carton jaune. La double peine en quelque sorte. Plus rien n’était marqué jusqu’aux citrons, mais les résidentes du Canton d’Aubière allaient passer 10 minutes à 14 pour entamer le second acte.

Défense serrée de Bilon (6) et Ferer (casquée) sur la deuxième ligne clermontoise Tounesi (Photo Alain Montségur).
Défense serrée de Bilon (6) et Ferer (casquée) sur la deuxième ligne clermontoise Tounesi (Photo Alain Montségur).

Toulouse creuse l’écart, Romagnat ne désarme pas

Au retour sur le terrain, Romagnat effectuait un changement en première ligne quand Ferrari suppléait Arnaud. Pourtant, c’est bel et bien le Stade Toulousain qui reprenait le plus fort. Après une nouvelle prise en touche de Ferer, la demi de mêlée Sansus se faufilait, enchainait les crochets et déposait tout son monde pour aller inscrire le quatrième essai des siennes (29-13, 44è). Le bal des changements commençait alors, tant côté auvergnat (Thomas, Shelford et Menanteau cédaient leur place à Lazarko, Roux et Gaucher) que toulousain (la première ligne au complet était modifiée, Devoux, Ménétrier et Rière foulant la pelouse chacune coiffée d’un casque sang et or). Revenu à égalité numérique, l’ASMR revenait aussi dans la partie: après un bon maul porté et un point de fixation, le ballon était écarté jusqu’à la trois-quart centre Gincourt, laquelle prenait l’espace et ressortait aussitôt le cuir pour Trémoulière, qui prolongeait jusqu’à Guermit. L’ailier gauche pointait en-but pour un doublé personnel. Trémoulière transformait (29-20, 54è).

Toujours aussi insaisissable, Sansus (ballon en mains) a souvent mis à mal la défense de Romagnat. Elle tente ici de s'infiltrer entre Gincourt (12) et Sgorbini (Photo Alain Montségur).
Toujours aussi insaisissable, Sansus (ballon en mains) a souvent mis à mal la défense de Romagnat. Elle tente ici de s’infiltrer entre Gincourt (12) et Sgorbini (Photo Alain Montségur).

Tout semblait alors possible pour les visiteuses, mais les résidentes d’Ernest-Wallon ne l’entendaient guère de la même oreille. Elles obtenaient une pénal touche et orchestraient une “cocotte” d’école pour amener la deuxième ligne Ferer derrière la ligne. Imart, désormais en charge des transformations, rajoutait deux points (36-20, 60è). Les vingt dernières minutes de la rencontre voyaient Romagnat tout donner pour tenter de revenir dans le bonus défensif. Une percée de Martel, bien mise dans l’intervalle par Gincourt, poussait la défense rouge et noir à la faute et Rufas était sanctionnée d’un carton jaune (66è). Même si les Toulousaines tenaient bon et qu’Imart parvenait sans cesse à maintenir ses adversaires hors des 22, les jaune et bleu passaient à nouveau la ligne sur une attaque en première main: le ballon partait de la gauche et filait côté droit jusqu’à l’ailier Merle. “Lulu” parcourait les dix derniers mètres pour inscrire le quatrième essai de son équipe, le neuvième de la rencontre. Coudert transformait (36-27, 76è). A un rien du bonus défensif tant espéré, Romagnat lançait ses dernières forces dans le combat, mais en vain: plus rien ne serait marqué jusqu’au coup de sifflet final de Mme Domenjo.

Placée dans l'espace par sa trois-quart centre Gincourt, Martel échappe à la vigilance de Rufas (Photo Christophe Fabries).
Placée dans l’espace par sa trois-quart centre Gincourt, Martel échappe à la vigilance de Rufas (Photo Christophe Fabries).

On a assisté ce dimanche à un match d’une très grande qualité. Tous les ingrédients pour se régaler étaient réunis : intensité, vitesse, enjeu, stratégie, et des internationales à tous les étages. L’ASM Romagnat a montré qu’elle avait réalisé de gros progrès et qu’elle pouvait désormais rivaliser avec une équipe du calibre de Toulouse. Bien emmenées par leur talonneur internationale Thomas et la capitaine Gabrillagues, les joueuses de Fabrice Ribeyrolles et Vincent Fargeas ont proposé un jeu complet, basé sur la rapidité d’exécution et le contournement, dans lequel Gincourt, véritable régulateur de la ligne de trois-quarts, a permis de mettre en lumière les qualités de vitesse des ailiers Guermit et Perraudin. Le long jeu au pied de Trémoulière a également tenu les Stadistes dans leur camp une bonne partie de la première période. Même si elles repartent d’Ernest-Wallon sans le point de bonus défensif qu’elles pensaient mériter, les jaunardes n’en ont pas moins acquis quelques certitudes qui devraient leur permettre de bien négocier les échéances à venir, au premier chef la réception du Stade Bordelais, battu in extremis à domicile par Bayonne (17-18).

Thomas (casquée) alerte sa ligne de trois-quarts. Vandesteene et Hermet veillent au grain (Photo Alain Montségur).
Thomas (casquée) alerte sa ligne de trois-quarts. Vandesteene et Hermet veillent au grain (Photo Alain Montségur).

Pour sa part, après une prestation en demi-teinte lors de la première journée, le Stade Toulousain a montré pourquoi il fait partie des grands favoris dans la course au titre. Quoique parfois sanctionnées en mêlée fermée, les filles de Pascal Belaubre et Anthony Granja ont été impeccables en touche (sur laquelle Ferer et Hermet ont régné sans partage). Elles ont aussi réussi à alterner les formes de jeu, tantôt au ras à une passe (les courses rentrantes de Durand et Lecat ont fait mal à la défense), tantôt au large (Murie a encore fait des ravages sur son aile). Avec 9 points en deux matchs, le Stade Toulousain s’installe donc confortablement en tête de la poule avant de se déplacer sur les terres de l’AS Bayonnaise.

Deux matchs, deux victoires, neuf points au compteur: les playoffs commencent parfaitement pour le Stade Toulousain (Photo Christophe Fabries).
Deux matchs, deux victoires, neuf points au compteur: les playoffs commencent parfaitement pour le Stade Toulousain (Photo Christophe Fabries).

Réactions

Pascal Belaubre (Entraîneur, Toulouse): “On est plutôt fiers de l’engagement mis par les filles. C’était un des points importants pour ce match. Contents également parce qu’il y a la victoire, sans bonus défensif pour Romagnat. Bien sûr il reste des détails à régler, mais la priorité aujourd’hui, c’est de gagner des matchs (…) On se devait de réagir sur les zones de rucks après le match de Bordeaux. Donc on a bossé dans la semaine. Aujourd’hui, c’est un des points de satisfaction. Après derrière, dans l’utilisation, on doit se donner davantage de confort pour ne pas se faire croquer ballon en mains. On va essayer de gommer les petits moins qu’on voit chaque dimanche pour n’arriver qu’avec des plus”.

Fabrice Ribeyrolles (Entraîneur, Romagnat): “Fiers de ce qu’on a produit. On a fait douter Toulouse jusqu’à la fin, malgré quelques décisions arbitrales qui nous sont contraires. On savait que la moindre erreur nous coûterait cher, que ce soit sur du jeu au pied approximatif ou sur des ballons rendus. On prend aussi des essais à zéro passe, mais ils valent 7 points quand même. On est heureux de notre état d’esprit, de ce qu’on a proposé. Ona fait du beau jeu, on a marqué de beaux essais. On apprend contre Toulouse et on apprend ce qu’il ne faut plus refaire. Je regrette vraiment ces décisions arbitrales. Un essai de pénalité sur hors-jeu, je n’ai jamais vu ça. Mais le plus important à retenir, ce sont nos progrès. On arrive à rivaliser au Stade Toulousain. On attend le match retour avec impatience”.

Au terme de la rencontre, Coach Ribeyrolles ne cachait pas sa fierté quant à la prestation de son groupe (Photo Christophe Fabries).
Au terme de la rencontre, Coach Ribeyrolles ne cachait pas sa fierté quant à la prestation de son groupe (Photo Christophe Fabries).

Roxane Bilon (Troisième ligne et capitaine, Toulouse): “Une victoire qui fait plaisir dans un match qu’on attendait depuis longtemps. Super heureuse. Cela va nous mettre dans l’avancée pour cette saison (…) La semaine passée, contre Bordeaux, on s’était faites surprendre par leur solide défense. On savait que Romagnat allait être encore plus rapide et solide. On a tout de même réussi à mettre de l’intensité dans notre jeu même si on sait qu’on a encore des progrès à faire”.

La capitaine toulousaine Bilon pense que ce match peut être un tournant dans la saison des Stadistes (Photo Alain Montségur).
La capitaine toulousaine Bilon pense que ce match peut être un tournant dans la saison des Stadistes (Photo Alain Montségur).

Jessy Trémoulière (Arrière, Romagnat): “Un peu mitigée. Contente parce qu’on a vraiment proposé du jeu, que tout le monde s’est investi, qu’on a fait douter les Toulousaines. D’un autre côté, on repart avec zéro point. C’est ce qui est frustrant. Au vu de notre prestation, on doit repartir avec au moins un point. J’espère que ce point ne nous manquera pas au niveau du décompte final”.

L'arrière internationale Trémoulière dégage ici sous la pression de Vandesteene (15), Rufas (13) et Lecat (Photo Christophe Fabries).
L’arrière internationale Trémoulière dégage ici sous la pression de Vandesteene (15), Rufas (13) et Lecat (Photo Christophe Fabries).

Feuille de match

A Toulouse (Stade Ernest-Wallon): Stade Toulousain bat ASM Romagnat Rugby Féminin 36 à 27 (mi-temps: 24 à 13).

Arbitrage: Mme Doriane Domenjo (Ligue Ile-de-France) assistée de MM. Eric Gleyze et Gérald Salles.

Cartons jaunes: à Romagnat, Sgorbini (40è + 3); à Toulouse, Rufas (66è).

Pour Toulouse: 5 essais Murie (9è), Hermet (23è), pénalité (40è + 3), Sansus (44è), Ferer (60è), 1 pénalité (38è) et 2 transformations Cabalou, 1 transformation Imart.

Pour Romagnat: 4 essais Perraudin (4è), Guermit (30è, 54è), Merle (76è), 1 pénalité (18è) et 1 transformation Trémoulière, 1 transformation Coudert.

Composition Toulouse: Vandesteene; Murie, Rufas, Cabalou, Cartaillac ; Imart (o), Sansus (m); Lecat, Hermet, Bilon (cap); Ferer, Durand; Lapoujade, Deschamps, Traoré.

Sur le banc: Divoux, Ménétrier, Bobo, Fedrighi, Bordes, Pasin, Perceval, Rière.

Entraîneurs: Anthony Granja et Pascal Belaubre.

Composition Romagnat: Trémoulière; Perraudin, Pignot, Gincourt, Guermit; Coudert (o), Menanteau (m); Gabriagues (cap), Touré, Sgorbini; Shelford, Tounesi; Arnaud, Thomas, Prat.

Sur la banc: Lazarko, Ferrari, Roux, Martel, Cheze, Gaucher, Merle, Vidal.

Entraîneurs: Fabrice Ribeyrolles et Vincent Fargeas


L’album photos du match signé Christophe Fabriès : 

158662165_10159014325338320_7684900945433197899_o

L’album photos signé Alain Montségur :

158427630_3513227325454558_8395877435424925467_o

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here