3ème série (finale) – Castelnau Bastide couronné, Marssac la tête haute

0

Ce n’était pas forcément l’affiche attendue à Roques ce dimanche, et pourtant Castelnau Bastide et Marssac ont démontré que leur place en finale était tout sauf un hasard. La troisième série a offert une finale en tous points réussie, à un public venu en masse, pour voir un match indécis jusqu’à la dernière seconde. Marssac avait plus de pression, car obligé de gagner pour valider un ticket en deuxième série. (par Beud Spencer)

Pas de round d’observation pour cette finale. Marssac met tout de suite la pression sur les 3/4 ariégeois, qui se font surprendre d’entrée par Barthe, le demi d’ouverture tarnais. Ce dernier transperce le rideau défensif pour aplatir sous les poteaux un essai qu’il transformera lui-même. Le match est parti sur de bonnes bases. Castelnau Bastide, pris à froid, réagit et obtient une pénalité sur un hors-jeu adverse. Lagarde la passe, 7-3 à la 4ème). Beaucoup d’intensité en ce début de match donc, même parfois un peu trop, la faute à un trop plein d’euphorie plus qu’à des fautes volontaires. L’arbitre garde l’œil bien ouvert et voit une faute de Marssac, Lagarde rate la cible. Son compère à l’aile, Soula, victime d’une entorse du genou, doit quitter le terrain. Les Tarnais repartent à l’assaut et obtiennent coup sur coup deux pénalités (18 et 20ème), qui ne seront pas converties. Des buteurs peu en réussite donc puisque Lagarde, rate une nouvelle pénalité qui lui était offerte (24ème). Alors le coach-ouvreur Dubost, montre la voie et claque un drop de 50m avec l’appui d’un vent légèrement favorable. L’intensité du match ne baisse pas, avec de longues séquences de jeu, qui provoquent certaines fautes. Verge, pilier de Castelnau est ainsi prié d’aller souffler 10mn suite à un carton blanc (28ème). Une infériorité numérique qui ne va nullement perturber les ariégeois, qui au contraire, vont trouver un décalage en bout de ligne après avoir balayé le terrain à plusieurs reprises. Soula file sous les poteaux et Lagarde transforme (7-13, 32ème). Castelnau poussé par le vent, le public et une grande envie, se procure une nouvelle pénalité à…55mètres. Lagarde la tente, la direction est bonne, mais la distance n’y est pas. Les rouge et noir continuent à pousser, Dubost tente un drop de 50m, comme celui qu’il venait de passer plus tôt. Mais il se fait contrer par Bravette. Le demi de mêlée tarnais ne sera pas récupéré et marque. Marssac reprend ainsi l’avantage, (14-13), juste avant une pause bien méritée. 

Deuxième mi-temps, c’est reparti à quinze contre quinze, mais pas avec les mêmes joueurs. Il y a eu du coaching pour faire rentrer du sang frais. La première mi-temps endiablée ayant laissé des traces. Le rythme ne baisse pas d’ailleurs. L’arbitre reste vigilant et voit une grosse faute du talonneur jaunard tarnais, Ramos, qui prend dix minutes. Dubost prend la pénal touche. Castelnau assure la conquête, avance mais Marssac écroule. Lagarde a revissé son pied et passe la pénalité (14-16, 49ème). Le match devient fou, on va d’un camp à l’autre. Les buteurs se livrent un joli duel aussi. Barthe sanctionne une faute au sol de Castelnau (17-16, 54ème), mais échouera dans sa tentative à 50m dans la minute suivante. Lagarde permet aux siens de reprendre l’avantage à la 57ème (17-19). Les deux équipes commencent à souffrir de la fatigue, les transmissions ne sont pas aussi énergiques, ni fluides. La décision passera sûrement par la précision au pied des buteurs. A un quart d’heure du terme, Barthe redonne l’avantage aux Tarnais (20-19). Ce dernier a même une nouvelle occasion quelques minutes plus tard pour faire un mini break. Mais sa pénalité passe à côté. Était-ce la balle de match ? Castelnau repart de l’avant. Les Ariégeois finissent mieux la rencontre, et se procurent deux occasions d’essais qu’ils n’arrivent pas à conclure. Non, décidément, il était écrit que la décision se ferait au pied. A cinq minutes de la fin, Lagarde enquille et redonne l’avantage à ses copains (22-20). Un avantage décisif puisque le score ne bougera plus au grand dam de Marssac qui échoue de peu pour le titre et du coup, pour la montée en 2ème série. Du côté des rouge et noir, c’était bien sûr la joie totale pour une victoire complète. Un titre, une montée, et même le jambon de la bourriche ! Un grand bravo au trio arbitral également pour une leur performance, saluée par les deux équipes, et inversement. De même qu’il faut souligner l’exemplarité des joueurs qui, malgré l’enjeu et l’engagement dont ils ont fait preuve, ont su rester dans l’esprit, à l’image d’une haie d’honneur remarquable. La départementale 117 est en liesse avec la victoire de l’entente Castelnau Bastide qui ramène le bouclier en Ariège après de longues années d’attente. Marssac devra repartir l’an prochain pour une nouvelle conquête, même si cette saison laissera un goût amer sur les bords du Tarn après cette courte défaite et une position de premier exæquo à la fin du championnat. Ils font d’ores et déjà parti des favoris de la 3ème série. 

Les réactions : 

Jean Puech (coach Marssac) : 
Il nous a manqué un peu de réussite, on laisse six points, on fait des mauvais choix, et puis Castelnau fait une bonne deuxième mi-temps, ils étaient plus frais que nous. Dans le jeu ils étaient mieux que nous, ils ne volent pas la finale, ils ont un bon esprit, un bon public. Ca se joue à peu, mais au final on n’a rien. On voit que l’on est au niveau des meilleurs pourtant… 

Castillo (capitaine Marssac) : 
Nous avons fait une bonne entame, mais en voyant le score évoluer et rester serré, on a joué petit bras, il fallait jouer comme en première mi-temps, faire des ballons portés, alterner, on s’est trompé je pense. Mais c’était une belle finale. 

Verge (capitaine Castelnau Bastide) : 
Il fallait bien défendre dans l’axe, on ne pouvait plus occuper le terrain au pied en seconde mi-temps, on a été très fort en défense, ça a fini par payer, tant mieux pour nous. 

Michel Montero (coach Castelnau Bastide) : 
On a était défaillant en conquête, il fallait absolument se reprendre en seconde mi-temps parce qu’on a été trop pénalisé en première période. On a bien occupé le terrain en début de match, mais après contre le vent il fallait porter le ballon et nous l’avons bien fait. 

Pierre Merly (Président Castelnau Bastide) : 
C’est superbe ! Je pense que c’est le cœur qui l’a emporté, et un peu de réussite, cela faisait bien longtemps que le bouclier n’était pas revenu au club. La dernière finale en équipe une remontait à…1967. On n’a pas un effectif très riche mais il est de qualité et on fera tout pour aller le plus loin possible en championnat de France désormais. 

 

Les compositions :

Marssac XV 
: Castillo, Ramos, Gouby, Dissane, Loubet, Boulouys, Cabaye, Cazals, Brayette c, Barthe, Brayette f, Puech, Tayac, Aventin, Abejean,
Pujol, Granier, Pages, Cabral, Virazel, Barthe, Pelissou

Castelnau Bastide 117 : Verge l, Verge f, Delmas, Geraud, Mazerolles, Lagarde, Soula Y, Masegosa, Soucasse, Dubost, Soula C, Galy, Sirgant
Lazerges, Bruel, Marques, Piquemal T,Piquemal G, Vignaux, Sans, Murillo, Blanchard

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here