1ère Série – Olonzac, champion de France entre Ondres et lumière

0

C’est au pied des murs de la cité médiévale de Lectoure et sous un ciel gersois maussade que se jouait l’acte dernier de la longue saison de la 1e série. A l’affiche, le club landais d’Ondres, tout frais champion de Nouvelle-Aquitaine de la division, opposé au club héraultais d’Olonzac, tout récent finaliste de la finale d’Occitanie. L’objectif d’un doublé était donc grand et légitime pour les Landais qui rêvaient d’une année 2022 en forme de légende dans l’histoire du club. Mais pour autant, Olonzac ambitionnait de venger le destin d’une défaite d’un point dans la dernière minute de la finale occitane par le plus beau bouclier qu’il puisse être : celui de champion de France. Entre ambition, aspiration et détermination, Lectoure serait pour toujours le « théâtre des rêves » d’une équipe. Mais pas des deux. A 15h00, restait à savoir pour laquelle… (Résumé et photos Wildon).

IMG_4235
Olonzac en bleu
IMG_4240
Ondres, en rouge

Très vite, il faut bien se rendre à l’évidence : l’enjeu prend le pas sur le jeu. Non pas que les trente protagonistes ne se livrent pas, mais les tactiques sont réciproquement neutralisées par deux grosses défenses et la volonté évidente de ne pas prendre d’essais ou de points. L’opposition lando-héraultaise se résume alors à de grands coups de pied loin devant en vue d’occuper le terrain de l’autre voire un duel d’artilleurs, Kacy et Dufourg (Ondres) répondant à la botte de Dalbeau (Olonzac). Quant au jeu à la main, ni l’un ni l’autre des adversaires ne parvient à rallier l’en-but opposé, l’essentiel du combat se déroulant de part et d’autre de la ligne médiane.

On ne s’ennuie pas, mais on ne s’enflamme pas non plus. Le seul fait notable est qu’Ondres passe devant au score pour la première fois après deux pénalités consécutives de Dufourg (32e et 38e, 9-6). Une « domination » de courte durée puisque Dalbeau remet les pendules à l’heure deux minutes plus tard. Moralité, l’heure des citrons et des oranges est sifflée sur un score nul de 9-9, sans qu’aucune équipe ne parvienne réellement à prendre l’ascendant sur l’autre.

DSC_0209
Tête baissée pour avancer…

La seconde période démarre sur les mêmes bases que la première : les deux équipes se neutralisent au milieu du terrain pendant que Dalbeau trouve à nouveau les perches sur pénalité (43e, 9-12) et que Dufourg lui réponde positivement dans la foulée (46e, 12-12). Et puis, alors que pointe un timide soleil sur Lectoure, le match bascule : la lumière vient avec une offensive héraultaise qui trouve la faille dans la défense landaise avec un essai en coin signé Rémy, que Dalbeau bonifie de deux points de mieux (49e, 12-19).

La rencontre vient dont de prendre un tournant décisif, mais ça, personne ne le sait encore. Ce que le public sait, en revanche, c’est la réaction logique attendue des Landais. Si Dufourg y va de son coup de pied de pénalité réussi et ramène les siens à portée d’essai d’Olonzac (15-19, 53ème), les autres offensives ondraises vont rester stériles. Ce n’est pourtant pas faute d’essayer avec quelques ballons bien portés par un gros pack ou quelques percées individuelles en forme de flèches dans le jeu adverse, mais tout se fracasse contre une défense olonzaguaise érigée à coup de parpaing et de moellons.

DSC_0268
On ne passe pas !

Le temps passe et le coaching des deux bancs lance à qui mieux mieux du sang frais dans les lignes, entre changements tactiques et remplacements sur blessure. Ca entre, ça sort, ça revient, ça repart mais Olonzac mène toujours au score alors que file inexorablement le temps. L’heure de jeu est vieille de neuf minutes quand une nouvelle percée héraultaise, initiée par Glili, traverse la défense landaise. Il trouve Gongora sur son côté droit lequel s’ouvre un boulevard pour l’essai de la gagne, suivie d’une transformation réussie de Dalbeau (69e, 15-26).

Cette fois-ci, les illusions landaises se confirment en désillusions. Ondres a laissé passer le train et ne reverra plus Olonzac. La nervosité gagne les rangs et deux cartons jaunes renvoient Vaisse (Olonzac) et Lespade (Ondres) sur leurs bancs respectifs. La finale s’arrête là pour eux. Une chamaillerie éclate peu après, proche de la ligne d’essai ondraise où les Landais sont acculés : on se fricote, on s’asticote, on s’empoigne, on s’échange quelques amabilités mais plus rien ne viendra changer le cours de ce match. Et après quelques secondes de temps additionnel seulement, l’arbitre signifie la fin de ce match, plongeant les battus dans cette détresse que l’on rencontre tous les ans, à la même période, et les vainqueurs dans une joie indescriptible. Il était désormais l’heure, Olonzac, allait toucher, embrasser, serrer et secouer en tous sens le bout de bois tant désiré…

DSC_0367

IMG_4256
Olonzac peut voir la vie en bleu : ils sont sacrés champions de France de 1e Série  !

Réactions

Pierre Ramon
Pierre Ramon (Photo Facebook ASOM Officiel)

Pierre Ramon, co-entraîneur d’Olonzac : « Je pense que c’est un de nos matchs les plus accomplis, que ce soit défensivement ou offensivement. On a été un peu au-dessus des Landais, c’est une belle équipe mais on a été plus fort, plus frais sur ce match, et on a marqué deux essais, alors qu’on avait eu du mal à conclure dimanche dernier. Là, on l’a fait sur des actions collectives. Le collectif et la solidarité ont primé. A la fin, on les renverse de partout. Bravo aux joueurs car la saison longue a été longue et éprouvante pour de multiples raisons, notamment la grave blessure d’un de nos joueurs (voir article) et une finale d’Occitanie perdue à la dernière minute (voir résumé du match), pas méritée, mais c’est comme ça. On a su ressourcer toutes les énergies du groupe et les joueurs nous l’ont bien rendu. Un grand coup de chapeau à eux parce que ces phases finales ont été difficiles. C’est le sport : on gagne, on perd. Là, on a gagné. Avec une pensée pour Anthony donc, qui commence un autre combat pour retrouver une vie normale après son accident. »


DSC_0290

Cyrille Lauferon, entraîneur d’Ondres : « On était stressé, on n’a pas joué, on est passé à côté de notre finale tout simplement. Après, on est tombé sur une superbe équipe. Franchement, ils ont été bien partout. Nous, on prend des essais « casquettes ». On a été trop tendus. A chaud, là, on retient la finale perdue de championnat de France bien sûr, parce que cela aurait été historique, le club ne l’ayant jamais gagné. Mais le meilleur qui a gagné, et plus tard, on réalisera la très belle saison que nous avons tous réalisé. »


FEUILLE DE MATCH

A Lectoure (Stade E. Vila) – Ondres – Olonzac 15-26 (MT : 9-9)

Pour Ondres : 5 pénalités de Kacy (12) et Dufourg (32,38, 46, 53)

Pour Olonzac : 2 essais de Rémy (49) et Gongora (69), 4 pénalités (5, 15, 40, 43) et 2 transformations (49, 69) de Dalbeau.

Ondres : J. Bellecave, R. Iturria, C. Lespade, I. Casabonne, J. Manent, O. Saint Martin, E. Bremand, A. Dublanc (cap), G. Destribats, P. Haurieu, G. Kacy, T. Da Cunha, E. Chaperon, L. Lefeuvre Sallenave, L. Dufourg – Remplaçants : S. Ortiz, M. Guichemerre, L. Romero, P. Boulin, N. Desbans, S. Arnoux, E. Bernou.

Olonzac : D. Bonzom, R. Olcina, A. Romera, T. Galigne, B. Vaisse (cap), T. Mazollier, D. Marcouire, T. Glili, M. Bazy, N. Olcina, A. Barreda, J. Gongora, M. Dalbeau, Q. Remy, M. Dalbeau – Remplaçants : N. Milan, R. Vivar, C. Vordy, P. Cortal, L. Falcou, P. Tisseyre, R. Fouquet.


PORT FOLIO: les supporters

DSC_0011

DSC_0162

DSC_0121

DSC_0152

DSC_0037

DSC_0140

DSC_0053

DSC_0089

DSC_0054

DSC_0157

DSC_0048

DSC_0165

DSC_0188

DSC_0027

DSC_0081

DSC_0028

DSC_0108

DSC_0118

DSC_0135

IMG_4218

DSC_0022

DSC_0084

DSC_0102

DSC_0043

DSC_0021

IMG_4229


LE MATCH

DSC_0207

DSC_0222

DSC_0224

DSC_0238

DSC_0241

DSC_0255

DSC_0260

DSC_0266

DSC_0274

DSC_0282

DSC_0295

 

DSC_0319

DSC_0322

DSC_0350

DSC_0364


L’après-match

DSC_0376

DSC_0377

IMG_4248

IMG_4251

Aucun article à afficher

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here