Louna Simioni : “J’ai le feu vert de la cardiologue pour reprendre le rugby”

0

Il y a un an, presque jour pour jour, la vie de Louna Simioni, joueuse à Castres, basculait. Un sale virus avait pris la direction de son coeur pour se transformer en Myocardite (inflammation grave et très douloureuse). Plongée dans le coma, la jeune tarnaise de 19 ans alors, était mise sous assistance respiratoire…

louna CO (2)
Louna entourée par les joueurs du Castres Olympique, quelques semaines après son retour à la vie courante

Son état plus que préoccupant avait provoqué une vague d’émotion importante dans son club, son entourage et plus généralement dans la grande famille du rugby. Louna s’est battue et, fort heureusement, a fini par reprendre le dessus. Sa convalescence, longue, ne lui permettait pas de se projeter trop loin. En janvier dernier, elle nous confiait son optimisme à pouvoir reprendre avant l’été (voir article). Les prédictions des médecins étaient bonnes, puisque Louna nous a donné des nouvelles toutes fraîches hier : “J’ai eu rendez-vous avec le docteur, et tout s’est bien passé. J’ai même le feu vert de la cardiologue pour reprendre le rugby, c’est vraiment génial ! J’ai déjà repris les entraînements.” 

louna simioni
Bien soutenue par les copines du Castres Olympique (photo Serge Gonzalez)

Une très bonne nouvelle donc, reste à savoir où jouera la deuxième ligne, puisque ses études pourraient lui imposer un déménagement : “Il y a une prépa infirmière à Castres, donc il est quand même possible que je reste. En tout cas, j’en profite encore pour remercier toutes les personnes qui m’ont soutenues durant cette dernière année… place au bac maintenant (rires)”.

Et oui, Louna a repris le cours de sa vie, avec son sourire communicatif, comme toute autre jeune demoiselle de son âge. Et c’est bien là l’essentiel. On a pas tous les jours 20 ans, il en est une qui le sait mieux que quiconque. Une battante qui a déjà remporté une belle victoire…

louna (2)
Louna a le sourire, et la santé !
louna CO (1)
Avec un certain Christophe Urios.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here