Carnet noir : Robert Hernandez, autre pilier champion de l’USC, s’en est allé

0

Né à Quarante, (34), il avait joué à Mazamet avant de rejoindre Carmaux en 1970 en compagnie de son ami Patrice Cano, un autre solide pilier. En 1972, il décroche le bouclier de 2ème division, avant de terminer sa carrière à Valence d’Albi en 1981. Robert Hernandez vient de décéder à l’âge de 78 ans. Une bien triste série noire pour Carmaux, qui vient de perdre en trois mois, trois piliers de légende…

Robert Hernandez, le chef de la bourriche.
Robert Hernandez (à gauche), le chef de la bourriche, au côté de Pierre Pauziès, ancien coéquipier et actuel président de Carmaux.

Gérant du café de Canitrot avec son épouse, il a ensuite été agent au centre ASEI de Blaye les Mines pour le grand plaisir de tous les jeunes qui appréciaient particulièrement sa bonhomie et sa bonne humeur.

Robert a tenu la mêlée Carmausine durant de longues années. En 1/4 de finale, en 1972, il avait notamment réussi la performance de résister plus d’une mi-temps avec plusieurs côtes cassées. A cette époque, il n’y avait pas de remplaçant et il fallait serrer les dents comme le confirme son ami de la deuxième ligne, Pierrot Pauziès : « Il a tenu le coup, il ne se plaignait pas, mais on l’entendait tout de même souffrir. Il n’a pas pu jouer la 1/2 finale et c’est Bernard Bleys qui l’a remplacé mais il n’aurait laissé sa place à personne pour la finale gagnée contre Nice. » puis il reprend, ému : « C’était mon frère de cœur. Je n’oublierai jamais les vendanges et les fêtes de Pâques à la maison de Quarante et tant d’autre choses. Les jours qui arrivent vont être difficiles.»

Le demi de mêlée Claude Pagès évoque lui aussi son ami : « J’ai eu la chance de jouer avec lui, puis de l’entraîner. C’était un roc, une poutre maîtresse un « pilar » indestructible, doublé d’un garçon charmant et attachant. L’équipier que l’on rêvait tous d’avoir. Il a énormément compté dans notre groupe »

L'équipe championne en 1972, contre Nice à Perpignan, 22 à 16
L’équipe championne en 1972, contre Nice à Perpignan, 22 à 16

Alain Rey, le demi d’ouverture de l’équipe d’alors et président du Comité du Tarn, avait eu l’occasion de lui remettre la médaille du Comité du Tarn en 2018 : « C’était un pilier de devoir et un bon joueur de ballon mais également un remarquable animateur de 3eme mi-temps. Il est toujours resté proche du club et il se faisait un plaisir d’accueillir les supporters en leur proposant la bourriche. Il était également fier de son petit-fils Hugo qui suivait son chemin à la tête de la mêlée Carmausine. » Le capitaine Jo Dalla Riva est également très touché par cette triste nouvelle : « Il n’était pas en première ligne que sur le terrain mais également en amitié. Sincère, entier, courageux, sa forte voix nous manquera. Il laissera une trace inoubliable dans notre équipe. »

Alain Rey remet la médaille du Comité à Robert Hernandez et Pierre Pauziès, 2eme ligne de 72 et actuel Président de Carmaux.
Alain Rey (à droite) remet la médaille du Comité à Robert Hernandez et Pierre Pauziès, 2ème ligne de 72 et actuel Président de Carmaux.

C’est donc un troisième pilier de légende de l’USC qui s’en va, après le décès de Bernard bleys en févier dernier, et Jean Marie Bez la semaine dernière (voir article)

Ses obsèques seront célébrées le jeudi 29 avril à 10h, en l’église St Privat. RugbyAmateur adresse ses plus sincères condoléances à son épouse Bernadette, à ses enfants Philippe, Stéphane et Fabienne, ainsi qu’à ses petits-enfants.

Rencontre à Montredon avec les anciens de 1972 Pierre Pauziès, Gérard Cournède, Robert Hernandez, Alain Rey, Sylvestre Rosowski.
Rencontre à Montredon avec les anciens de 1972 Pierre Pauziès, Gérard Cournède, Robert Hernandez, Alain Rey, Sylvestre Rosowski.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here