“Affaire” Lombez-Samatan : la réponse du président de Nevers

7

La vague d’indignation suscitée par l’article paru sur RugbyAmateur.fr à propos du match de Lombez-Samatan à Nevers, a touché l’ensemble du pays ovale en début de semaine. Dès sa diffusion, l’auteur de l’article, Antoine Deschamps s’en est excusé rapidement, ce que nous avions mentionné. Des excuses laissées à la libre appréciation de chacun, entraînant une multitude de commentaires. A défaut d’avoir pu l’entendre, Régis Dumange, le président de Nevers, s’est exprimé ce matin dans les colonnes de notre confrère le JDC. Il n’y faitpas état de cet article, mais parle plus volontiers de l’image de son club, ainsi que du Sud Ouest. Une interview que nous diffusons juste pour permettre au plus grand nombre d’en découvrir la teneur. Point de volonté d’alimenter le débat, qui a passionné le Centre, le Sud Ouest, et bien d’autres régions encore. Juste le souhait de véhiculer l’information donc, puisque certains sympathisants de Nevers mettaient en doute notre objectivité. Une fois de plus, chacun ici se fera sa propre opinion, tout simplement. Une certitude malgré tout, mise en exergue par cette “affaire” : la FFR doit rapidement se pencher sur la création d’une Fédérale 1 professionnelle, une Pro D3 donc, et une Fédérale 1 bis, pour les clubs amateurs. Ce que défend M. Dumange avec vigueur. Nous sommes bien d’accord avec lui.

Nevers 1

Nevers 2

 

Crédit photos en couverture : club de Nevers 

7 Commentaires

  1. Votre traitement de l’après-match Nevers/Lombez-Samatan n’est en aucun cas objectif, et ce n’est pas la mise en ligne penaude de cet article du Journal du Centre qui équilibrera la balance. Votre article de la semaine dernière était purement à charge, destiné à remonter un peu plus le bon peuple du Sud-Ouest – et surtout celui de ses places fortes déclinantes – contre une USON qui a le mauvais goût de vouloir développer le rugby de haut niveau hors sol sacré. Un article “objectif” aurait sans doute cherché à avoir le point de vue de joueurs ou dirigeants neversois.
    La façon dont vous avez amené le compte rendu d’Antoine Deschamps était là aussi à charge, pour compléter le tableau d’un club condescendant envers les vrais dépositaires de l’Ovalie. Je ne suis pas un familier de votre site mais quelque chose me dit que la situation inverse – un dirigeant d’un club de, au hasard, Haute-Garonne égratignant un club perdu au nord de la Loire – n’aurait probablement pas été traitée avec la même énergie indignée… Pour moi, ce que vous avez fait relève de la démagogie, certes l’USON est portée à bout de bras par un mécène, mais si je ne m’abuse, des clubs tels que Castres ou Biarritz ne vivent pas que d’amour, d’eau fraîche et de formation maison.
    Quant à l’article d’Antoine Deschamps, il s’inscrit dans la tradition truculente, littéraire et “caractérielle” (au sens d’avoir du caractère) d’un Blondin ou d’un Bonnot. Le mot “antédiluvien” n’est pas une insulte, il traduisait (comme le score ou le classement) l’écart entre un club qui tambourine à la porte de la ProD2 et un autre qui ferraille pour ne pas redescendre en F2. Je préfère un journalisme maniant l’ironie, l’humour et l’agacement à un robinet d’eau tiède parfumé à la com’. D’ailleurs, à sa place, je ne me serais pas excusé.

    • Cher Sébastien,
      Nous avons diffusé l’article de votre ami Antoine Deschamps pour le laisser à la libre appréciation de chacun. Votre commentaire se rajoute à la longue liste de celles et ceux qui ont une vision différente, mais respectable, de la vôtre. Soyez certains que nous sommes capables de montrer du doigt les faits répréhensibles des clubs du sud ouest, que nous traitons sans fermer les yeux. Tous les lecteurs fidèles le savent bien. Comme ils savent aussi que notre ADN puise loin dans l’ironie et l’humour. Sans quoi, certaines de nos rubriques (Interview décalée, Cagolins, selfies, …) n’auraient pas leurs places chez nous. Dernier point : si Antoine Deschamps, que nous n’avons nullement chargé comme vous le prétendez (nous avons seulement donner un coup de projecteur sur un article que nous qualifierons de maladroit à minima), s’est excusé, c’est sans doute qu’il pensait avoir commis une erreur. Nous l’avons diffusé, aussi. Nous appelons cela, dans le sud ouest, ou à Nevers, du savoir-vivre. Comme conclure un message par un au revoir de circonstance, que vous n’avez pas jugé bon de nous adresser. Nous vous souhaitons de bonnes fêtes, malgré tout.

    • Seb.Bien que le championnat de fédérale une ne ressemble plus a rien vu les différences financières énormes entre les clubs.Mais enfin j aimerais bien savoir le fonctionnement de l école de rugby de l uson…Le savez vous que votre budget représente la masse salariale des plus gros clubs du quatorze????? Vous parlez amateurs? il ne vous restera rien de tout ce merveilleux quand vos gladiateurs quitterons le navire…Sans argent plus de vie..et quand plus d argent public il vous restera sauve qui peu..quand a votre journaliste qu il garde ses mots blues a l uson..

      • Je ne suis pas intervenu en tant que supporter ou partisan de l’USON, plutôt comme “avocat” du mauvais procès fait au club et à son chroniqueur maison. Nul ne sait ce que sera l’USON dans cinq, dix ou quinze ans, au moins le club crée un vrai enthousiasme pour le rugby dans un territoire (la Nièvre) où ce sport est en déshérence et où les raisons de s’enthousiasmer sont plutôt rares. L’école de rugby vient de fêter son 500e licencié, l’affluence au stade doit être une des meilleures de Fed1, donc a priori on n’est pas uniquement dans un caprice de chef d’entreprise multimillionnaire – à confirmer, bien sûr, si l’équipe se fracasse sur le seuil de la ProD2 encore quelques saisons.
        Que cela puisse susciter des jalousies est somme toute logique mais là on était dans l’hystérie et l’attaque ad hominem (pour des propos piquants mais pas méchants tenus sur le site Internet d’un club, pas dans un “vrai” média comme rugbyamateur.fr où la violence verbale aura été sans commune mesure avec les quelques mots d’origine), d’où mon intervention.

  2. Dans la rubrique “Que sont ils devenus” cette histoire de Nevers me fait penser au Servette de Genève l’an dernier…
    Promus en 2eme série……rires

    Le Comité du Lyonnais dans sa ridicule splendeur!!!

    Pauvres Suisses, qui avaient demandé leur rattachement dans un des comités du Sud Ouest…. afin de pouvoir eux aussi se déplacer en avion!! ( Genève-Blagnac) et gouter aux “joyeuses” réceptions de nos chers Villages……

    SERVETTE RUGBY CLUB GENEVE 64 9 R C MIONS
    ETOILE BUGEY 3 62 SERVETTE
    ST AMOUR COLIGNY 0 67 SERVETTE
    RUGBY CLUB CORBELIN 0 98 SERVETTE
    SERVETTE 84 0 RHODIA CL PEAGE
    R C RHODANIEN 7 62 SERVETTE
    SERVETTE 57 3 BUGEY OL CLUB BELLEY

  3. Bonjour,

    ça fait plusieurs saisons que nous sommes des passionnés de rugby à discuter de cette absurdité de ce championnat de fédéral 1 mal fagotté et mal organisé.
    Doit-on considérer que de le 3 ème niveau national doit être amateur ( quelquefois bien faussement amateur avec des gars ayant un emploi plus ou moins fictif chez les sponsors, touchant des indemnités kilométriques, étant “aidés” pour payer leur loyer ou avoir une voiture…, et ceci dans des clubs qui nous vantent les vertus de l’amateurisme pur et dur).
    A côté de ça, il y a bien une dizaines de club de fédérale 1 qui ont déjà ou sont en voie de créer de vraies structures professionnelles at aspirent à autres chose que ce championnat tel qu’il est.
    Une solution pourrait s’imposer : un top 14 puis une pro D2 à 14 , une pro D3 à 14 et une fédérale 1 à 4 x 14 . il y a suffisamment de clubs structurés en France pour faire cette pro D3. ça permettrait , en outre , d’harmoniser le nombre de clubs par division et d’avoir enfin un nombre de matchs adéquat au plus haut niveau amateur (26) et plus ces riducules poules de 10 avec 18 matchs dans la saison.
    En fait, ça ressemblerait à ce qui est organisé en angleterre : 1ere div pro à 12 clubs, 2 ème div pro à 12 clubs , 3 ème div pro et semi-pro à 16 clubs et élite amateur en 4 poules géographiques de 14 ).

    cordialement.

  4. Effectivement Monsieur DUMANGE il serait intéressant de créer une poule elite Honneur qui correspondrait à l’anti-chambre de la fédérale 3, de même il serait intéressant de créer une super 4 eme série qui serait l’antichambre de la troisième. Arrêtez de vous regarder le nombril Monsieur Dumange, le rugby n’existe pas que dans le S.O mais il n’y a pas non plus que Nevers, Mourad… Heu pardon Régis…

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here