Promotion Honneur – Saint Jory/Bruguières -TEC, le quart d’heure toulousain pour une belle remontada

0

Lors de cette quatrième journée du championnat de Promotion Honneur, deux prétendants aux places qualificatives de la poule 2 se faisaient face. Le Rugby Club Saint Jory Bruguières XV (2è ex æquo, 5 points), qui disputait là son premier match à domicile depuis le mois de février dernier (!), entendait bien enchainer après victoire chez les Coquelicots montechois (13-14). Après avoir dominé Portet en ouverture (15-12) puis été défait à Lavelanet (29-22), le Toulouse Electrogaz Club (2è ex æquo, 5 points) comptait pour sa part, retrouver la voie du succès… (Par Marco Matabiau/ Photos Meyrélie)

Alors que les équipes réserves se mettaient à nu en extérieur pour pouvoir se laver après leurs louables efforts (voir photos en fin d’article), les locaux démarraient au mieux la rencontre, investissant immédiatement le camp adverse. Cette entame bénéficiait à l’arrière et buteur Moreno qui, des 33 mètres, déflorait le planchot (3-0, 5è). Le RCSJB maintenait la pression et les Toulousains se mettaient à la faute sur un nouveau maul porté bien enclenché. Bilan: le troisième ligne Filloux écopait du premier carton (blanc) de l’après-midi (8è). En supériorité numérique, Saint Jory-Bruguières accélérait : prise en touche de Coracin, ballon porté, et ce filou d’Ayude (lui-même un ancien “gazier”) s’échappait côté gauche pour marquer en coin (8-0, 14è).

Piqué au vif, le TEC sortait enfin de sa torpeur et revenait au score par la botte de son arrière Guérard, une pénalité consécutive à une faute au sol de la défense locale (8-3, 18è). Dans la foulée,  Gasc, le troisième ligne et capitaine rouge et bleu (et ancien Loup du Girou) amorçait une relance côté droit, bien relayée par Astegno. L’ailier naviguait le long de la touche et servait Moreno, mais  ce dernier ne pouvait contrôler le cuir alors que l’action semblait des plus prometteuses (20è).

Ayude (9)éjecte le ballon à quelques encablures de la ligne des visiteurs: c'était le bon quart d'heure de Saint Jory - Bruguières.
Le pack du RCSJB fournit un ballon propre à Ayude : c’était le bon quart d’heure des rouge et bleu

Le match tombait alors dans un faux rythme. Saint Jory – Bruguières commettait de nombreuses fautes de mains et concédait des pénalités en cascade. Sur l’une d’elles, le deuxième ligne Garet recevait un carton blanc (26è). Dans la foulée, le TEC revenait au score, encore grâce au pied droit de Guérard (8 – 6, 28è). Le jeu perdait en vitesse : il faut dire que les Toulousains gênaient énormément leurs adversaires dans les zones de rucks et ralentissaient les sorties de balles. Il fallait attendre les cinq dernières minutes de cette première période pour enfin assister à une longue séquence de jeu des protégés du président Papaix. Néanmoins, la défense des jaune et noir faisait front et ne cédait pas. Saint Jory – Bruguières obtenait tout de même deux pénalités pour clôturer ce premier acte: des 40 mètres, Moreno ratait la première (38è) mais réussissait la seconde (11-6, 40è) avant que M. Sournac ne siffle la pause citrons.

 Les deux formations se sont livré un gros duel dans l'alignement (Photo Meyrélie).
Le ballon semble brûler les doigts des divers participants dans l’alignement (Photo Meyrélie)

L’indiscipline de Saint Jory – Bruguières, et le dernier quart d’heure du TEC

Malgré les incantations (et la soufflante XXL) du coach Benoit Blaquière à la mi-temps, les locaux ne revenaient pas transcendés. Au contraire, ces sont les Toulousains qui obtenaient deux pénalités d’entrée (43è, 45è) mais Guérard avait du mal à régler la mire. Le staff du RCSJB décidait alors d’effectuer un très large turnover devant: Tubia, Jo, Chéron et Cély cédaient leur place à Leclerc, Aillet, Dauriac et Bérenger (dit “Biscotte”). Ce qui ne changeait pourtant rien à l’affaire. Cela se compliquait même lorsque Coracin se voyait sanctionné d’un carton blanc (48è). C’était désormais le TEC qui dominait et gardait Saint Jory-Bruguières dans son camp. A l’expérience, Gasc essayait tout de même de dynamiser, imité quelques instants plus tard par le demi de mêlée entrant Camboulives. Les riverains du Bazacle étaient déboussolés et encaissaient six points (57è, 60è) par la botte de Sahuc, fraichement entré en jeu (17-6, 60è).

Gasc (8) a souvent essayé de remettre les siens dans l'avancée (Photo Meyrélie).
Gasc (8) a tenté de peser de toute son expérience et de redynamiser le jeu des siens en seconde période (Photo Meyrélie)

Et pourtant… De façon assez inexpliquée, les locaux relâchaient leur étreinte. Le TEC n’en demandait pas tant et en profitait. Après une percée côté gauche du trois-quart centre Chartier, les jaune et noir obtenaient une pénalité et optaient pour la pénal touche. Bien leur en prenait, puisque regroupés et enfin organisés en maul porté, ils emportaient le paquet adverse et passaient la ligne pour inscrire leur premier essai de l’après-midi (17-11, 66è). C’était le début du quart d’heure toulousain. Quelques secondes plus tard, l’ailier Paille-Barrière était mis en débordement et Gasc se rendait coupable d’une cuillère (plus ou moins involontaire cependant) pour le stopper. La sentence était irrévocable: carton jaune (69è). A leur tour, les joueurs du président Bapt profitaient de cette avantage numérique et, après une belle prise en fond de touche de Lestrade, ils enfonçaient le clou… et leurs adversaires pour un nouvel essai collectif. Neuville réussissait l’importantissime transformation et permettait aux siens d’enfin prendre les devants (17-18, 75è).

Neuville n'a pas tremblé quand il s'est agi de donner l'avantage à ses couleurs.
Neuville n’a pas tremblé quand il s’est agi de donner la tête aux gaziers toulousains.

L’énervement et la frustration gagnaient les locaux : pour un plaquage limite sur Guérard, Dauriac écopait d’un jaune (78è). Dans les ultimes instants, le TEC donnait le coup de grâce: sur un nouveau ballon porté, le paquet d’avants mettait son homologue au supplice, à tel point que Bajon se retrouvait tout seul côté droit. La vista de Truchot faisait le reste : le demi de mêlée envoyait son seconde ligne, sans la moindre opposition, inscrire l’ultime essai de la partie. Neuville, d’une superbe transformation depuis le bord de touche (et sous les quolibets des réservistes locaux), privait même le RCSJB du point de bonus défensif (17-25, 80è). M. Sournac mettait ensuite un terme à la rencontre.

Au bout de cet ultime maul porté, le TEC s'apprête à sceller son succès.
Le TEC met la pression: le troisième essai est en marche.

Dans ce match joué la plupart du temps sur un faux rythme, le Rugby Club Saint Jory – Bruguières n’a pas su saisir sa chance et mettre son adversaire du jour à distance. Ayant du mal a enchainer et à se trouver, les hommes de Benoit Blaquière et Eric Benabbes ont également fait preuve de bien trop d’indiscipline pour pouvoir espérer mieux, même lorsqu’ils se sont octroyés 11 points d’avance à l’heure de jeu. Le capitaine Gasc a souvent essayé de remettre ses co-équipiers dans le droit chemin et les demis de mêlée successifs (Ayude, puis Camboulives) ont cherché à donner du rythme, mais rien n’y a fait. Le RCSJB laisse ainsi échapper un succès (et même un point de bonus défensif) qui lui tendait les bras.

La défense du RCSJB (notamment le troisième ligne Cély) met la pression et tente de "fumer" le seconde ligne toulousain Pouilly (Photo Meyrélie).
Le défense du RCSJB (notamment Cély) met la pression, mais Pouilly (porteur de la balle) refuse de se laisser “fumer” (Photo Meyrélie).

De son côté, le Toulouse Electrogaz Club a paru très en difficulté pendant plus d’une mi-temps mais a finalement su trouver les ressources nécessaires pour s’imposer hors de ses bases. Alors qu’ils avaient démarré en écartant les ballons, les hommes du trio Milhavet – Barthes – Teisseire ont ensuite bien rectifié le tir, recentrant leur jeu autour de leur paquet d’avants. Choix judicieux s’il en est: les trois essais, inscrits dans les quinze dernières minutes, sont consécutifs à des mauls portés. Dans ce courageux collectif, on pourra nommer les performances de Bajon, un deuxième ligne qui a de l’abattage, du capitaine et troisième ligne Aussel (précieux en touche dans les moments décisifs) et de Neuville, qui n’a pas tremblé quand il s’est agi, dans les ultimes instants, de faire passer son équipe en tête. De quoi faire dire à certains supporters toulousains le long de la main courante qu’ils allaient fêter cette victoire “au moins jusqu’à 21 heures”, couvre-feu oblige.


Réactions

Patrick Milhavet (Manager, TEC):Très content. Fier des joueurs. On a bossé très dur cette semaine pour arriver ici et gagner. C’est chose faite (…) La mi-temps nous a fait du bien, elle est arrivée à point nommé. Après, on a demandé aux joueurs d’imposer notre rythme afin justement de ne pas tomber dans un faux rythme que nos adversaires essayaient de nous imposer sur la première période“.

Patrick Milhavet (casquette vissée sur la tête) confiait que cette victoire venait valider le bon travail effectué dans la semaine.
Patrick Milhavet tout prévu

Eric Benabbes (Entraîneur, Saint Jory-Bruguières):Une belle victoire du TEC. Un match haché face à une équipe valeureuse. Un derby. Cela s’est comme souvent joué sur la discipline. L’équipe la plus disciplinée s’est imposée (…) Dans ce sport, quand on manque d’agressivité, qu’on ne met pas les ingrédients tels que l’envie d’avancée et la vaillance, on est en retard, on subit et on se fait pénaliser. On leur laisse la possibilité de revenir chez nous, ce qui nous expose à prendre des points, ce qui s’est passé aujourd’hui“.

Eric Benabbes était déçu par le manque d'engagement dont son groupe a fait preuve.
Eric Benabbes regrettait le manque d’engagement de la part de ses joueurs.

Victor Bajon (Deuxième ligne, TEC):On est super contents car lors du dernier match (à Lavelanet), on avait connu une défaite un peu frustrante. On était venus avec de l’envie. Au début, on a cédé du terrain, mais on a réussi à revenir. Super heureux de ça (…) On n’est pas un pack massif, donc à la base, notre plan de jeu, c’est d’envoyer les ballons au maximum. En faisant cela, ça n’a pas trop marché, on s’est fait prendre. On est donc repartis sur les basiques tels que les mauls portés. Même si ce n’est pas notre jeu de prédilection, mais ça a fonctionné aujourd’hui”.

Bajon est félicité par ses camarades: il vient d'inscrire le troisième essai du TEC (Photo Meyrélie).
Bajon (casque bleu) félicité par ses co-équipiers: il vient de sceller la victoire des jaune et noir (Photo Meyrélie).

Feuille de match

A Saint Jory (Stade Municipal): Toulouse Electrogaz Club bat Rugby Club Saint Jory Bruguières  XV 25 à 17 (mi-temps: 11 à 6 pour le RCSJB).

Arbitrage: M. Tom Sournac (Ligue Occitanie).

Cartons blancs: pour le RCSJB, Garet (26è), Coracin (48è); pour le TEC, Filloux (8è), Sahuc (57è).

Cartons jaunes: pour le RCSJB, Gasc (69è), Martin (78è).

Pour le RCSJB XV: 1 essai Ayude (14è), 4 pénalités Moreno (5è, 40è), Sahuc (57è, 60è).

Pour le TEC: 3 essais collectif (66è, 75è), Bajon (80è), 2 pénalités Guérard (18è, 28è), 2 transformations Neuville.

Composition RCSJB XV: Moreno  Cl.; Astegno, Delpech, Ceolin, El Hadji; Moreno Co. (o), Ayude (m); Gasc (cap), Coracin, Cély; Chéron, Garet; Jo, Tubia, Brunet.

Sur le banc: Ilbert, Marty, Martin, Pascotto, Sahuc, Ruiz, Camboulives.

Entraîneurs: Eric Benabbes et Benoit Blaquière.

Composition TEC: Guérard; Aries, Roux, Chartier, Pina; Duffourg (o), Truchot (m); Filloux, Donck, Aussel (cap); Pouilly, Bajon; Vejux, Bedel, Gandois.

Sur la banc: Leclerc, Aillet, Dauriac, Bérenger, Lestrade, Paille-Barrière, Neuville.

Entraîneurs: Patrick Milhavet, Nicolas Barthes et Jérôme Teisseire.

Photos bonus : les joueurs de l’équipe 2, privés d’accès aux douches, se lavent comme ils peuvent

douche interdite tec éserves merci thibaut

81405687056093352991

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here