Présentation Fédérale 3 (Poule 9) – Thuir, la bonne année ?

0

Tour d’horizon des équipes de Fédérale 3. Aujourd’hui, présentation de l’Union Sportive Thuirinoise, qui évoluera en poule 9… (Par Marco Matabiau)

Le moins que l’on puisse dire, c’est que l’UST bute aux portes de la Fédérale 2 depuis quelques années maintenant. Comme l’explique Eric Juarez (qui co-entraînera l’équipe avec Henri Alejandro): « On a raté deux occasions de monter, en butant deux fois sur le dernière marche, d’abord face aux Angles, puis contre Saint-Marcellin ». La saison passée avait parfaitement débuté, avec cinq victoires (dont deux à l’extérieur, à Quillan Limoux et chez le voisin illibérien) en six matchs (lors desquels 43 joueurs auront été utilisés en « une »), mais elle a tourné court : « Cette année, le but est bien évidemment d’aller le plus loin possible, et pourquoi pas de monter ».

Thuir 3
Thuir avait réussi à s’imposer sur la pelouse d’Elne en début de saison passée (Photo Valérie Cardoner).

D’autant plus que le groupe se connait parfaitement: bon nombre des joueurs ont été champions de France d’Excellence B (les réserves de Fédérale 3) en 2018. Le plus gros du noyau a même fait toute son école de rugby à l’UST. Manqueront néanmoins à l’appel trois « historiques », au club depuis plus de dix ans, partis sous pavillon cérétan: en effet, le demi de mêlée Tondut, l’ouvreur/ arrière Cristofol (David) et son frère jumeau Rémi (ailier) partent tenter l’aventure de la Fédérale 1 avec le groupe piloté par Michel Koniek et Florent Roig. Pour ce qui est des recrues, le talonneur Claras (Thibault, le frère de Romain), originaire d’Esperaza, revient de son escapade belge, le demi de mêlée Ruiz quitte Salanque Côte Radieuse et Dumoulin (ouvreur) arrive de Courbevoie. Enfin, le trois-quart centre Gay s’est engagé en provenance du Coq Léguevinois.

Thuir 2
Les Thuirinois retrouveront cette saison encore les Rouge et Bleu de Rivesaltes (Photo Valérie Cardoner).

La saison s’annonce plus qu’intéressante, avec à la clé de nombreux derbys en perspective (« de quoi faire plaisir à notre nombreux public et le ramener au stade »). Rivesaltes, Elne et Salanque sont tous dans un rayon d’une trentaine de kilomètres, sans parler des « gavatch » de Leucate et de Quillan-Limoux. Le groupe thuirinois se rendra en Haute-Garonne, chez un autre « solide » lors de la journée inaugurale, du côté de la Saudrune. De quoi avoir quelques éléments de réponse quant au potentiel des Catalans…

Aucun article à afficher

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here