Nationale – Albi lâche les chevaux et déborde Bourgoin

0

Curieux calendrier que celui de la Nationale qui mettait aux prises deux formations dans un match aller se déroulant… cinq semaines après le match retour. Mais il en va ainsi des mises à jour par ces temps de Covid. A domicile, le Sporting Club Albigeois (4è, 29 points) souhaitait à la fois rester dans le bon wagon des qualifiables et se reprendre de sa contre perfomance de la semaine passée (défaite au Stadium 22-34 face à Cognac Saint Jean). En face, le Cercle Sportif Bourgoin Jallieu Rugby (6è, 27 points), au sortir d’une courte défaite à Massy (26-30), avait pour sa part dans l’idée d’intégrer le quatuor de tête. A n’en pas douter un air de phases finales pour ce match à huit points… (Par Marco Matabiau/ Photos Pierre Bras).

Avec l’appui d’un léger vent, Albi effectuait la meilleure entame mais commettait pourtant quelques imprécisions (un lancer en touche perdu, un hors jeu de la ligne défensive), ce qui n’empêchait nullement les jaune et noir d’ouvrir le score par leur ouvreur buteur Russell consécutivement à un ballon gardé au sol par les Isérois (3 – 0, 5è). Les Berjalliens réagissaient dans la foulée quand le demi de mêlée Bouet se faufilait au ras du ruck et s’échappait pour mettre la défense locale hors de position et provoquer un hors-jeu de ligne. L’arrière Cachet remettait les deux équipes à égalité, avant que les Albigeois ne repassent devant, sur une nouvelle pénalité de Russell, faisant suite à une longue séquence de conservation et à une belle progression de l’ailier Pilet, bien amenée par la passe sur un pas du trois-quart centre Bertrand (6 – 3, 12è). A nouveau, Bourgoin repartait de l’avant et se montrait dangereux. Après plusieurs temps de jeu, le talonneur Khribache, bien servi dans le côté fermé, libérait l’ailier fidjien Tuva mais ce dernier était projeté en touche à un petit mètre de la terre promise (15è).

Pilet (ballon sous le bras) trouve un bel intervalle dans la défense berjallienne.
Pilet (ballon sous le bras) trouve un bel intervalle dans la défense berjallienne.

Les avants ciel et grenat prenaient alors les affaires en mains, obtenant une pénalité sur mêlée: Cachet ne se faisait pas prier et, des 45 mètres,  permettait aux siens de revenir à hauteur (19è). Le jeu prenait un peu d’ampleur et, sur une relance initiée depuis ses 30 mètres, l’arrière tarnais Caminati transperçait le rideau défensif et servait son ailier Vasuinubu, mais le Fidjien était bien repris par l’arrière-garde adverse (22è). Les locaux devaient ensuite réorganiser leur ligne d’attaque, Bertrand devant céder sa place à Vaccaro (27è). Albi concédait une nouvelle pénalité sur mêlée, mais Cachet ratait la cible (29è). Ce n’était que partie remise pour l’artilleur berjallien puisque, quelques instants plus tard, il sanctionnait un plaquage jugé un peu haut du talonneur Feltrin (9 – 6, 33è). Peu avant la pause, le CSBJ se retrouvait pourtant à 14 lorsque Lepage, à la suite d’un judicieux jeu au pied rasant de Vaccaro, plaquait Pilet sans ballon (37è). Un carton jaune tout à fait justifié pour le troisième ligne aile. Dans les ultimes secondes, Albi effectuait du coaching en première ligne, remplaçant le droitier Tchapnga par Nevers, espérant corriger quelques soucis en mêlée fermée, mais il n’en était rien: sur la dernière confrontation avant la pause, le gaucher isérois Rocca faisait le boulot et gagnait son duel, ainsi qu’une pénalité (40è). M. Frayssinet sifflait alors la pause.

De Klerk, le pilier sud-africain du CSBJ, tente d'échapper aux griffes des Tarnais.
De Klerk, le pilier sud-africain du CSBJ, tente d’échapper aux griffes des Tarnais.

Albi transfiguré, Bourgoin apathique

La deuxième période reprenait sur un tout autre rythme. Pour preuve, la première séquence de jeu durait plus de trois minutes (3’15″ » pour être exact) et voyait les équipes se rendre coup pour coup. Sur son côté droit, Pilet mystifiait son vis-à-vis et s’échappait avant de servir son trois-quart centre Drauniniu d’une chistera d’école. Le Fidjien rendait la politesse à son coéquipier,, mais Pilet commettait un en-avant alors que l’essai semblait imparable. Qu’à cela ne tienne, Albi obtenait une pénalité dans les secondes qui suivaient et Russell égalisait (9 – 9, 45è). Sur le renvoi, les Albigeois initiaient une nouvelle longue séquence, Drauniniu intervenait à plusieurs reprises avant que Vaccaro ne distille un nouveau coup de pied rasant côté gauche. Cachet était trompé par le capricieux rebond, le troisième ligne Calas, à l’affût, récupérait et levait le cuir pour son deuxième ligne Foures qui concluait cette action d’envergure. Russell rajoutait deux points (16 – 9, 48è). Albi effectuait alors quelques changements, faisant entrer Jean-Jacques, Guillaume et le vétéran Boulogne (50è). Dans la foulée, le CSBJ en faisait de même quand Phalip, Gaborit, Lavaux et De Fleurian faisaient leur apparition sur la pelouse du Stadium.

Dès son entrée en jeu, Vaccaro a posé des soucis à la défense iséroise et a distillé de savants coups de pied rasants.
Dès son entrée en jeu, Vaccaro a posé des soucis à la défense iséroise et a distillé de savants coups de pied rasants.

Boulogne se faisait immédiatement remarquer en contrant un jeu au pied de Bouet (53è) puis, sur une combinaison en touche, le natif de Libourne était plaqué en l’air par Phalip. M. Frayssinet jugeait l’action dangereuse et expulsait le pilier berjallien entré en jeu quelques instants plus tôt (57è). La pénalité obtenue et transformée par Russell donnait dix points d’avance aux locaux (19 – 9, 58è). Le match avait dorénavant complètement changé de physionomie: le défense albigeoise mettait à mal les offensives visiteuses et la mêlée des jaune et noir prenait régulièrement le dessus sur son homologue. Russell ratait l’occasion de rajouter trois points (63è) mais se rattrapait en grattant un ballon au sol sur une charge de Lepage (67è). Quelques secondes plus tard, Bourgoin se lançait dans une nouvelle attaque au large mais c’était sans compter avec Drauniniu. Il interceptait (sa deuxième interception de la rencontre), s’engouffrait entre deux adversaires et s’en allait inscrire les deuxième essai des siens (24 – 9, 69è).

Drauniniu a intercepté, la défense est battue: Albi fait définitivement le break dans la rencontre.
Drauniniu a intercepté, la défense est battue: Albi fait définitivement le break dans la rencontre.

Il s’agissait désormais pour les Berjalliens de revenir dans le bonus défensif et pour les Albigeois d’aller chercher l’offensif. A dix minutes du terme, le CSBJ enchainait les pénal touches à quelques encablures de l’en-but des Tarnais, mais ces derniers faisaient front, grattant même un précieux (et énième) ballon dans le jeu au sol. Même si Pilet écopait d’un carton jaune pour avoir gêné son adversaire pourtant non porteur de la balle (78è), Albi finissait le plus fort. Le paquet d’avants gagnait une nouvelle pénalité sur mêlée (80è + 1) puis bénéficiait d’une ultime touche dans les dix mètres adverses, mais le lancer était mal négocié. Plus rien ne serait marqué.

Bien pris par ses homologues Farret (casque) et Calas, Lepage aura tout tenté pour mettre à mal l'édifice albigeois.
Bien pris par ses homologues Farret (casque) et Calas, Lepage aura tout tenté pour mettre à mal l’édifice albigeois.

Dans un match où chaque équipe a eu ses temps forts, Albi a su se montrer plus pragmatique que son adversaire du jour. En effet, le CSBJ a parfaitement négocié les quarante premières minutes: dominateurs en conquête directe mais aussi sur les points de rencontre, les ciel et grenat ont proposé un jeu basé sur des sorties rapides facilitées par la distribution du demi de mêlée Bouet et la disponibilité des troisièmes lignes Rivoire et Lepage. De façon assez inexplicable, les hommes de Jean-Henri Tubert et Anton Moolman ont relâché leur étreinte lors du deuxième acte, ratant de nombreux plaquages et échouant systématiquement dans les zones de marque. Il faut bien avouer que les deux cartons reçus (un jaune juste avant les citrons, un rouge autour de l’heure de jeu) n’ont pas aidé. Avec ce revers, Bourgoin conserve certes la 6è place mais perd du terrain quant à une éventuelle qualification. Une rencontre, notamment la seconde période, à oublier afin de recevoir, dans l’antre de Pierre-Rajon, le leader niçois comme il se doit.

De son côté, après un début de rencontre hésitant (difficultés en mêlée fermée et en touche, manque de continuité dans le jeu), le SC Albigeois est revenu après la pause avec le mors aux dents. Incisifs et inspirés, les joueurs d’Arnaud Méla, Jérémy Wanin et Romain Lalliard ont pris le parti de porter le ballon et de donner de l’air au jeu. Bien leur en a pris puisqu’ils ont enfin pu déstabiliser une défense iséroise jusque-là bien en place. Dans ce jeu complet et débridé, rendu possible par une meilleure assise en mêlée et un alignement plus conquérant, les trois-quarts se sont bien entendu mis en évidence, au premier chef Pilet, très actif sur son aile droite, et Drauniniu, tranchant sur chacune de ses prises d’initiatives. Vaccaro a réalisé une superbe entrée en jeu, amenant un peu plus d’incertitude dans la défense iséroise. Enfin, Russell a non seulement inscrit 14 points (à 5 sur 7) mais a aussi su soulager le groupe par la longueur de son jeu au pied. Ce succès place les SCA en position idéale dans la course aux playoffs (4è, 33 points, soit 5 d’avance sur son poursuivant direct) avant d’accueillir Suresnes le weekend prochain.

En réussite ce samedi, Russell a également été très précieux dans la gestion du jeu de son équipe.
En réussite ce samedi, Russell a également été très précieux dans la gestion du jeu de son équipe.

Réactions

Anton Moolman (Entraîneur, CSBJ): « Deux mi-temps. La première, on joue bien contre le vent. En seconde, Albi a commencé à jouer avec de la vitesse, on manque des plaquages, on lâche un peu. Après le carton rouge, c’est compliqué. On se doutait bien qu’Albi ne souhaitait pas perdre deux fois d’affilée à domicile. Je pense qu’on a bien travaillé en première période, pour se donner une chance. Ensuite, on a fait des erreurs à des moments cruciaux (…) Avec le vent, il faut ajuster son jeu. Contre le vent, on a bien tenu le ballon, on ne l’a pas perdu dans les rucks, on a montré plus de discipline. Avec le vent, on a relâché cette pression, notamment sur l’entame du second acte, quand Albi a cherché à accélérer. Ils ont gagné en confiance et on leur a aussi permis  de gagner cette confiance. J’imagine qu’ils ont bien réagi au discours du coach à la pause ».

Matthieu André (Deuxième ligne et capitaine, SCA): « Le boulot est fait comptablement. Maintenant, on aurait aimé aller chercher ce troisième essai. Dans le fond, on a encore beaucoup de travail, on a fait énormément de fautes. Notre conquête n’est pas propre. Donc on est loin d’être arrivés. Il fallait retrouver le chemin de la victoire après notre déconvenue de la semaine dernière (…) On est un peu à réaction. Quand on a vu qu’en première mi-temps, ça tournait mal, on a pris conscience dans les vestiaires que si on continuait de la sorte, on allait encore vers un mauvais résultat. On s’est donc employés pour revenir au score et passer devant ».

Duel de capitaines en haute altitude entre André (Albi, 5) et Leonte.
Duel de capitaines en haute altitude entre André (Albi, 5) et Leonte.

Nicolas Cachet (Arrière, CSBJ): « Grosse frustration. On était venus là avec d’autres intentions. On ne s’était pas mis la pression quant au résultat. On voulait surtout montrer un tout autre visage que celui affiché la semaine passée. On fait 40 bonnes premières minutes face au vent, on est devant 9 – 6. Stratégiquement on est en place. Après, on répète les mêmes erreurs. On ne défend pas ensemble. Quand un gars manque un plaquage, celui d’à côté récupère pas. C’est plutôt inquiétant. Frustrant aussi parce qu’n voulait cette quatrième place, tout comme Albi d’ailleurs (…) A la pause, on était calmes, sereins, prêts à bien repartir. On avait 7 minutes à tenir à 14. Pourtant, on prend 7 ou 10 points. C’est un premier tournant. Après, on baisse la tête un peu trop rapidement, trop facilement. A 16 – 9, il reste trente minutes, on doit repartir de l’avant. Au contraire, on se recroqueville, on fait des erreurs, on prend un rouge. Du mal à expliquer ces deux visages ».


Feuille de match

A Albi (Stadium): Sporting Club Albigeois bat Cercle Sportif Bourgoin Jallieu Rugby 24 à 9  (mi-temps: 9 à 6 pour Bourgoin).

Arbitrage: M. Loic Frayssinet (Ligue Nouvelle Aquitaine) assisté de MM. Adrien Maset et Philippe Milani (Ligue Occitanie).

Cartons jaunes: à Albi, Pilet (78è); à Bourgoin, Lepage (37è).

Cartons rouges: à Bourgoin, Phalip (57è).

Pour le SCA: 2 essais Foures (48è), Drauniniu (69è), 4 pénalités (5è, 12è, 45è, 58è) et 1 transformation Russell.

Pour le CSBJ: 3 pénalités (8è, 19è, 33è) Cachet.

Composition SCA: Caminati; Pilet, Drauniniu, Bertrand, Vasuinubu; Russell (o), Doan (m); Essid, Calas, Farret; André (cap), Foures; Tchapnga, Feltrin, Escur.

Sur le banc: Castant, Jean-Jacques, Gaillard, Engelbrecht, Guillaume, Vaccaro, Boulogne, Nevers.

Entraîneurs: Arnaud Méla, Jérémy Wanin et Romain Lalliard.

Composition CSBJ: Cachet; Tuva, Mathieu, Bosch, Nawalu; Hansell-Pune (o), Bouet (m); Rivoire, Leonte (cap), Lepage; Cotte, Kirkwood; De Klerk, Khribache, Rocca.

Sur le banc: Phalip, Gaborit, Jarreau, Rabatel, Campeggia, Lavaux, De Fleurian, Straggiotti.

Entraîneurs: Jean-Henri Tubert et Anton Moolman.

Aucun article à afficher

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here