Féminines : la France vice championne d’Europe du 7s Grand Prix Séries

0

C’était LE rendez-vous rugby en Limousin, les douze meilleures nations européennes du rugby à 7 féminin s’étaient données rendez-vous à Malemort-sur-Corrèze pour la deuxième étape du 7s Women GP Series, faisant suite à celle de Kazan en juin dernier. Devant un public conquis par le 7 depuis les JO de Rio, et après une finale perdue face aux françaises 22-12 à domicile, les russes arrivaient avec la ferme intention de prendre leur revanche sur leurs terres. Retour sur un weekend chargé en matchs et en émotions…(par Jérémy VdC)

14449998_1062450510536966_81473367346635227_n
Les jeunes filles U12 et U14 de MALEMORT XV avec l’équipe de France du Seven Féminin

Samedi 24 Septembre : phase de poules

POULE A :Finlande, Pays-Bas, Espagne, France
Dans ce groupe largement à leur portée, les françaises imposent tout d’abord leur statut de favori face à des finlandaises découvrant le haut niveau européen et encaissant neuf essais dont un de la BSorfeuse Charlotte Torres, pour un score sans appel de 53-0. Face aux néerlandaises, les bleues continuent leur marche en avant et s’imposent 33-0 malgré quelques fautes de main. Enfin, malgré une grosse frayeur sur leur dernier match, elles inscrivent deux essais dans les dernières minutes pour battre l’Espagne 26-14. Les ibériques, grâce à un match solide contre les Pays-Bas et un autre plus tranquille face à la Finlande prennent la seconde place de la poule. Le match pour la troisième place est à sens unique, et les Oranje, soutenues par de nombreux supporters présents, s’imposent facilement face à des nordiques qui n’auront inscrit aucun point en ce premier jour.

Résultats :
Espagne 12-7 Pays-Bas ; Finlande 0-53 France ; Espagne 29-0 Finlande ;
Pays-Bas 0-33 France ; Pays-Bas 36-0 Finlande ; France 26-14 Espagne.

Classement : 1. France 9pts ; 2. Espagne 7pts ; Pays-Bas 5pts ; Finlande 3pts.

POULE B : Ukraine, Portugal, Great-Britain Royals, Russie
Comme les françaises, les russes, emmenées par leur métronome et capitaine Kudinova et leurs surpuissantes ailières Zdrokova et Bogacheva, font parler leur puissance avec de larges victoires face à leurs trois adversaires. Derrière, les britanniques Royals (composées majoritairement de joueuses galloises) assurent l’essentiel en battant le Portugal et l’Ukraine. Ces dernières, accumulant les fautes et prenant deux cartons jaunes durant la phase de poule, terminent dernière après une troisième défaite face aux rapides portugaises sur le score étriqué de 24-21.
Résultats :
Russie 51-0 Ukraine ; GB Royals 19-0 Portugal ; Russie 59-0 Portugal ;
GB Royals 37-5 Ukraine ; Ukraine 21-24 Portugal ; Russie 38-0 GB Royals.

Classement :1. Russie 9pts ; 2. GB Royals 7pts ; Portugal 5pts ; Ukraine 3pts.

POULE C : Belgique, Italie, Irlande, Great Britain Lions
Dans cette poule qui était la plus ouverte, les irlandaises, après un premier match nul face à l’Italie 12-12, font parler leur physique pour s’imposer de peu face à une surprenante équipe belge et déroulent lors de leur dernier match face aux britanniques Lions (équipe composée majoritairement d’anglaises cette fois-ci), qui terminent secondes. Dans un match très serré pour la troisième place (0-0 à la mi-temps), la Belgique s’impose finalement 7-5, encaissant au passage un essai gag après le contre de l’italienne Salvadego lors d’un dégagement belge dans leur propre en-but.
Résultats :
GB Lions 21-12 Belgique ; Irlande 12-12 Italie ; Italie 12-14 GB Lions ;
Irlande 12-5 Belgique ; Belgique 7-5 Italie ; GB Lions 5-27 Irlande.

Classement : 1. Irlande 8pts ; 2. GB Lions 7pts ; 3. Belgique 5pts ; 4. Italie 4pts.

À noter qu’entre chaque « journée » de poule, une pause d’une demi-heure permettait d’assister à des matchs sur demi-terrain des équipes féminines départementales U15 de Corrèze, de Creuse, du Lot et de Haute-Vienne.

les-finlandaises-heureuses-malgre-les-defaites
Les Finlandaises heureuses, même dans la défaite

Dimanche 25 Septembre : phase finale

 

Pour rappel, la phase finale du 7s se déroule de la manière suivante : les huit équipes les mieux classées jouent les ¼ de finale de la Cup ; les quatre perdantes sont reversées en ½ finale de la Plate ; enfin, les quatre équipes les moins bien classées jouent les ½ finales de la Bowl.

¼ de finale

Belgique 7-31 France
Sur leur lancée de la veille, les bleues viennent facilement à bout de belges en panne d’inspiration, notamment grâce à un nouveau doublé de Lenaïg Corson. Le seul essai des diablesses noires sera d’ailleurs marqué sur une interception.

Russie 21-0 Pays-Bas
Alors que la pluie fait timidement son apparition, l’humidité sur le ballon fait apparaitre plus de fautes de main qu’auparavant de chaque côté. Néanmoins, et malgré la blessure au genou de leur capitaine, les russes dominent facilement les néerlandaises, enchainant un quatrième match sans encaisser de points.

Irlande 26-0 Espagne
Dans ce match que l’on espérait disputé, le débat va couper court suite au carton jaune de l’espagnole Fernandez après un plaquage dangereux. Durant les deux minutes en infériorité numérique, les ibériques vont encaisser deux essais. Plus fortes physiquement et mentalement, les irlandaises déroulent ensuite en seconde période face à une équipe résignée.

GB Lions 14-5 GB Royals
Duel britannique inédit. Toute la partie est tendue, les deux défenses étant bien en place, mais un coup du sort va débloquer la situation. Un en-avant de passe non sifflé côté Lions, et les galloises des Royals ont arrêté de jouer quelques secondes, croyant que l’arbitre allait revenir à la faute, et laissant leurs adversaires inscrire le premier essai, qui sera décisif au score final.
Nick Wakley, le coach gallois des Royals, reparlera de l’action rapidement après le match, ajoutant «qu’il y avait une passe en-avant d’au moins 2 yards ! », et concluant que l’objectif était désormais de finir « à la meilleure place possible ».

Bowl

½ finale : Portugal 12-19 Finlande
La Finlande débutait la journée avec l’envie d’enfin marquer ses premiers points. Malgré un match équilibré, les portugaises vont en faire les frais et payer cher leurs quelques fautes de main face au jeu physique de leurs adversaires.

½ finale : Italie 14-7 Ukraine
Dans un match tendu avec quelques mauvais gestes de part et d’autre, l’Italie prend finalement l’ascendant sur des ukrainiennes connaissant un petit trou d’air défensivement en fin de première mi-temps.

Match de classement : Ukraine 5-22 Portugal
Face à une Ukraine fatiguée, multipliant les fautes défensivement et rapidement réduit à six après un carton jaune, les portugaises développent leur jeu basé sur la vitesse pour enchainer les essais afin de terminer onzièmes. Quant aux ukrainiennes, elles terminent à la douzième et dernière place.

Finale : Finlande 0-34 Italie
Dès le début de la rencontre, les italiennes imposent leur jeu face à des finlandaises dépassées en vitesse et à bout physiquement. L’Italie remporte la Bowl, terminant neuvième, et la Finlande dixième.

la-concentration-des-italiennes-qui-remportent-finalement-la-bowl
Les Italiennes victorieuses en Bowl

Plate

½ finale : Belgique 7-29 GB Royals
Dans cette rencontre avec deux équipes revanchardes, les Royals profitent de leur supériorité physique et des largesses défensives belges pour scorer rapidement par deux fois, avant de terminer le travail en seconde période. La Belgique sauvera l’honneur après la sirène, ce qui permettra au coach Wakley de faire à nouveau le spectacle en montrant son mécontentement, lui qui souhaitait ne pas encaisser d’essais.

½ finale : Pays-Bas 24-5 Espagne
Comme la première demie, ce match permet de voir l’équipe la plus forte physiquement de s’imposer sous une pluie battante. Encore dans le coup à la mi-temps, les espagnoles lâchent prise en fin de match, perdant par ailleursMelìz Perez sur blessure.

Match de classement : Belgique 14-19 Espagne
Les spectateurs présents assistent à un duel très tendu, où les deux équipes enchainent les beaux mouvements, gâchés pour la plupart par une faute de main dans le dernier geste. Devant durant toute la rencontre, les belges finissent par craquer face à des ibériques survoltées, qui inscrivent l’essai de la victoire deux minutes après la sirène. Grâce à cette victoire, l’Espagne termine septième, et la Belgique, pour sa première au plus haut niveau, à une honorable huitième place.

Finale : GB Royals 0-10 Pays-Bas
Toujours sous un temps très humide, le match reste très fermé face à deux équipes éreintées par la compétition. Grâce à deux intervalles pris, les néerlandaises assurent l’essentiel et remportent la plate, terminant à une cinquième place. Quant aux Royals, elles se consolent avec la sixième place.

la-joie-des-hollandaises-sous-une-pluie-battante-apres-la-victoire-en-plate
Les Hollandaises dansent sous la pluie après leur victoire en finale de la Plate

Cup

½ finale : France 22-19 GB Lions
Après que la pluie eut décidé de se calmer légèrement, les françaises se font peur face aux britanniques, devant une tribune pleine à craquer de supporters. Pourtant, à la mi-temps, le plus dur semble avoir été fait avec un score de 17-7 pour les bleues, suite à des essais bien construits de Le Duff et Torres, qui s’offre un doublé. Dès l’entame de la seconde période, les Lions se mettent à rugir et inscrivent deux essais pour virer en tête à deux minutes du coup de sifflet final. Le public s’est tut, et tout le monde craint une défaite française. Mais à dix secondes du terme, la BSorfeuse Carla Neisen profite d’un beau décalage pour casser deux plaquages et s’en va aplatir pour la première fois du weekend sur ses terres d’origine, offrant la place en finale aux bleues, sous les acclamations locales.

carla-neisen-auteure-de-lessai-de-la-gagne-en-demie
Carla Neisen, auteure de l’essai de la gagne en demi-finale

½ finale : Russie 27-5 Irlande
Vexé par un essai irlandais encaissé après une faute de main, le rouleau compresseur russe repart de l’avant, toujours grâce à ses ailières trop rapides pour la défense verte et à leur capitaine Kudinova et son sens tactique, titulaire et strapée au genou gauche suite à sa blessure en quart. Les Irlandaises n’arriveront jamais à rivaliser, et le coup de sifflet final permet de découvrir la finale que tous attendaient, revanche de celle de Kazan en juin dernier.

Match de classement : GB Lions 12-5 Irlande
Le déluge de retour, et les fautes de mains qui vont avec, les deux équipes tardent à se départager. Les turnovers et les avantages suite aux en-avants permettent de déverrouiller le score, et à ce jeu les Lions vont sortir gagnantes, face à une Irlande solidaire mais qui a laissé trop de force face aux russes. Elles terminent donc au pied du podium, alors que les britanniques s’installent sur la troisième marche.

Finale : France 5-26 Russie
L’affiche tant attendue. Logique qui plus est, la Russie ayant marché sur ses adversaires jusque-là et la France ayant montré sa bravoure et son mental, notamment en demi-finale. En cas de victoire ou de défaite par moins de dix points, les bleues seraient sacrées championne d’Europe (résultats cumulés avec ceux de Kazan). Malgré un début de match avec plusieurs fautes de mains, les françaises sont les premières à frapper, avec un essai de Torres suite à une touche dans les « vingt-deux » russes et une balle bien écartée à l’aile, où elle bat à la course sa vis-à-vis. Mais peu de temps avant la pause, Bogacheva refroidit l’ambiance grâce à une course folle de 80 mètres lui permettant d’aplatir sous les poteaux, malgré le retour défensif de Le Pesq. 7-5 à mi-parcours, tout semble encore jouable.

Peu importe les mots du coach Andrey Kuzin pendant les oranges, mais ses joueuses passent la vitesse supérieure, au sens propre. L’ailière Zdrokova hérite du ballon le long de la ligne de touche, efface son adversaire et s’en va remonter tout le terrain pour alourdir le score, face à une équipe de France sonnée. On la retrouve deux minutes plus tard sur une sortie de mêlée à cinq mètres de l’en-but bleu, où les russes jouent magnifiquement un trois contre deux sur le fermé, lui permettant au passage de finir meilleure marqueuse du tournoi. Les françaises, K.O debout, encaisseront un ultime essai à quelques minutes de la fin, suite à un dégagement au pied raté et à une défense usée face à la vitesse adverse. 26-5, la messe est dite, et la Russie termine championne d’Europe, la France échouant à la seconde place.

la-joie-des-russes-face-a-lamertume-des-francaises
La joie des Russes face à l’amertume des Françaises

Réactions 

Medhi Hrim (coach de la Belgique) : Un petit peu déçu sur l’ensemble du tournoi, même si on est à notre place, à notre niveau, huitième. On visait le maintien à la base. Maintenant, si on regarde les matchs de poule, on perd contre l’Irlande et la Grande-Bretagne, mais ce sont des matchs très très serrés. On perd de 7 points contre l’Irlande qui se hisse jusqu’en demi-finale, on se dit qu’on aurait pu mériter un petit peu mieux, un meilleur tirage en quart de finale, et espérer aller un peu plus loin. Mais on est satisfaits, on a atteint l’objectif qui était le maintien, ça va nous permettre de revenir la saison prochaine plus sereinement.

Carla Neisen (joueuse du BSORF et de l’équipe de France) : Oui, une deuxième place au goût un peu amer, au vu de nos performances. En finale, on est tombées sur une très grosse équipe russe. Voilà, après on a faibli sur quelques comportements, il faut reconnaître qu’on a fait un beau parcours et que ça encourage à travailler d’autant plus pour les prochaines échéances.

medhi-hrim-heureux-du-parcours-de-son-equipe
Medhi Hrim heureus du parcours de son équipe

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here