Fédérale 3 – A 14, la Vallée du Girou assèche la Saudrune

0

Cette 16è journée du championnat de Fédérale 3 offrait une opposition entre deux prétendants aux places qualificatives d’une poule 10 très homogène. Restant sur six succès en huit rencontres, le Racing Club de la Saudrune (5è, 41 points) venait de réaliser un authentique exploit en venant à bout de Nègrepelisse (9-16) à Jean-Fleury. De retour sur leurs terres, les Rouge et Noir devaient éviter toute décompression avant d’affronter l’Entente de la Vallée du Girou (7è, 37 points), elle aussi  sur une belle série de trois victoires en quatre sorties, mais battue sur le fil dimanche dernier par Figeac(13-17)… (Par Marco Matabiau/ Photos Chris Farmer et Jean-René Huc)

Les visiteurs, léger vent dans le dos, démarraient bien la rencontre, occupant le camp adverse sans néanmoins se montrer réellement dangereux. Pour leur part, les locaux semblaient crispés. Pour preuve, sur pénalité et à deux reprises, l’ouvreur Poux ne trouvait pas la touche. En revanche, la défense, un des points forts habituels du RCS, faisait du bon boulot, récupérant deux ballons au sol dans les rucks. La Saudrune lançait sa première offensive à la 10ème: après deux balayages de terrain, Girard renversait sur Assaini, qui progressait côté gauche. Le ballon ressortait à droite, le trois-quart centre Melac prenait l’espace avant de servir son talonneur Malabre Coppolani, mais la passe de ce dernier était mal maîtrisée en bout d’aile. Suite à l’action, un petit accrochage se produisait: Santamans (deuxième ligne, RCS) et Poux (ailier, EVG) écopaient chacun d’un carton jaune et allaient décompresser dix minutes.

EVG Saudrune
Double jaune à l’encontre de Santamans et Poux (Photo Chris Farmer).

Quelques minutes plus tard, “La Vallée” lançait à son tour le jeu: le trois-quart centre Delpech venait croiser dans la “zone du 10”, percutait Poux et progressait sur une vingtaine de mètres. Les bleu et blanc conservaient le ballon sur plusieurs temps de jeu avant que le même Delpech ne se fasse, au niveau des 22 mètres, projeter en touche par son homologue Lendormy (16è). La Saudrune revenait ensuite dans le camp de l’EVG. Les rouge et noir accumulaient pénalités, pénal touches et mauls portés (Assaini réalisait une véritable moisson en début d’alignement), puis alternaient, choisissant le fond de touche pour Figeac. Après plusieurs temps de jeu et un pilonnage en règle de la ligne de but, l’EVG grattait le ballon au sol et gagnait une pénalité (27è).

Saudrune
Girard éjecte le ballon pour ses lignes arrières. La Saudrune campe sur la ligne, mais l’EVG fait corps et tient bon (Photo Chris Farmer).

A la demi-heure, après une percussion et une progression du troisième ligne centre Roucou, les Loups obtenaient une pénalité. Des 40 mètres, Escoubié ajustait la mire et inaugurait enfin le planchot (3 – 0, 30è). L’ouvreur avait l’occasion de doubler la mise dans la foulée mais sa pénalité, tentée du bord de touche à une trentaine de mètres, fuyait les barres (34è). C’est au contraire le RCS qui recollait au score. Le demi de mêlée Girard dynamisait une pénalité, le pilier Courtial percutait et renversait le solide Byaoui et obtenait une pénalité. Poux ne tremblait pas et, des 38 mètres, égalisait (3 -3, 38è). Dans les arrêts de jeu, l’électrique ailier Sauter Galiana (RCS) s’autorisait une ultime relance et obtenait une pénalité pour un plaquage haut. L’option choisie, à savoir la pénal touche, ne donnait rien. M. Pastoret sifflait donc la pause sur un score de parité.

Saudrune
Malabre Coppolani fausse compagnie à Roucou et s’échappe balle en mains (Photo Chris Farmer).

Le rouge est mis pour la Vallée

D’entrée de seconde période, l’EVG reprenait l’avantage sur une nouvelle pénalité d’Escoubié (3-6, 42è). Les locaux réagissaient immédiatement, obtenant une pénalité aux 30 mètres, mais Poux échouait (44è). Le jeu du coaching commençait alors: Furlan remplaçait l’Italien Crespan en troisième ligne (EVG) alors que Santamans laissait sa place à Delpech, faisant monter Figeac en deuxième ligne. Quelques instants plus tard, l’ailier de la Vallée du Girou Poux se rendait coupable d’un plaquage haut. La sanction ne se faisait pas attendre: deuxième jaune, donc rouge (51è) ! Le RCS profitait rapidement de cette supériorité numérique: Lendormy perçait plein axe et servait son ailier Mchangama, mais l’action avortait quelques temps de jeu plus tard, la défense de l’EVG réussissant à gratter le ballon au sol (57è).

EVG Saudrune
Melac (12) et Lendormy ne sont pas trop de deux pour faire face au puissant Byaoui (Photo Jean-René Huc).

Avec moins de vingt minutes à faire, les Bleu et blanc accentuaient l’écart sur une nouvelle pénalité d’Escoubié consécutive à un rush du pilier Saurin (3-6, 62è). Les Loups prenaient même neuf points d’avance quand le paquet d’avants du RCS effondrait un bon maul porté: Escoubié, en bonne position, ne tremblait pas (3-12, 70è). Dans les dernières minutes, les Rouge et Noir revenaient à six longueurs sur une pénalité de Barrière, récemment entré (6-12, 78è). Sur le renvoi, Poux feintait la passe et perçait sur près de 50 mètres, permettant aux siens de rapidement revenir dans le camp visiteur. Une pénalité obtenue quelques secondes plus tard était convertie en pénal touche. Le choix s’avérait payant puisqu’après une belle prise dans l’alignement, la “cocotte” cornaquée par le nouvel entrant De Sa Pinheiro permettait à Coyande de finir derrière la ligne et d’inscrire l’essai de l’espoir. Un espoir de courte durée puisque Poux, pourtant en bonne position, manquait la transformation (12 – 11, 80è + 2).

Saudrune
Le RCS pensait sans doute avoir fait le plus dur quand Coyande a inscrit cet essai dans les arrêts de jeu (Photo Chris Farmer).

Il restait encore quelques minutes d’arrêts de jeu à disputer, mais la Vallée n’entendait pas laisser le succès lui échapper. Sur le renvoi au centre, Furlan, à la lutte pour le gain du ballon, se saisissait du cuir de volée. Commençait alors une longue séquence de conservation orchestrée en filou par le demi de mêlée Beneyton. Le jeu à une passe de l’EVG faisait défiler les dernières secondes et débouchait sur une ultime pénalité qu’Escoubié réussissait (11-15, 80è + 5). M. Pastoret ne faisait pas reprendre le jeu et sifflait la fin de la rencontre dans la foulée.

EVG
Les Loups sont restés solidaires jusqu’au bout et empochent un précieux succès à l’extérieur (Photo Chris Farmer).

Au cours d’un match dans lequel les occasions de s’enthousiasmer ont été rares, le RC Saudrune s’incline à domicile, perdant quelque peu le bénéfice de son exploit majuscule à Nègrepelisse la semaine précédente. Animés de bonnes intentions de jeu, les hommes de Mathieu Poujade et Benjamin Rioux se sont heurtés à la solide défense de l’EVG. En supériorité numérique pour les trente dernières minutes, ils n’ont fait sauter le verrou adverse que très tard et auraient tout de même pu l’emporter sur la dernière transformation de Poux. Les plus en vue ont été les troisièmes lignes Assaini (auteur d’une véritable moisson dans l’alignement), le capitaine Poirey, régulateur du jeu des siens, et Sauter Galiana, qui a une fois encore su faire admirer ses qualités de vitesse et d’appuis. Malgré le point de bonus défensif obtenu, il s’agira maintenant d’aller chercher des points hors de ses bases, et pourquoi pas dès dimanche prochain chez les Cantalous de Saint Cernin.

Saudrune
Assaini a été l’un des grands pourvoyeurs de ballons pour le RCS ce dimanche (Photo Chris Farmer).

Battue la semaine passée dans les derniers instants par Figeac, l’EVG a su tirer les enseignements de sa désillusion. Les coachs Cédric Fargues et Didier Herrerias avaient demandé à leurs joueurs de mettre l’accent sur le combat, l’occupation du terrain et la défense. Message apparemment reçu cinq sur cinq. Même réduits à 14 après la 50è, appliqués et solidaires, les Loups du Girou sont venus chercher un succès étriqué qui n’en demeure pas moins essentiel pour la suite de la saison. Le capitaine et talonneur Morzelle a pleinement joué son rôle de leader, le troisième ligne Roucou a souvent avancé balle en mains et Beneyton a été le métronome du jeu des siens. Enfin, comment ne pas citer le jeune Escoubié (21 ans), auteur des 15 points de son équipe (à 5 sur 6) et de dégagements qui ont souvent permis de repousser le RCS loin dans son camp. A charge maintenant de confirmer ce succès lors de la venue d’un Coq Léguevinois en pleine confiance, tombeur ce dimanche de Nègrepelisse (23-20).

EVG Beneyton
Avec son compère de la charnière Escoubié, Beneyton a parfaitement mené le jeu de l’EVG (Photo Chris Farmer).

Réactions

Benjamin Rioux (Entraîneur, RCS):C’est l’histoire du rugby actuel. Une équipe qui vient pour jouer, et l’autre, qui vient non pas pour construire, mais pour bien défendre. Aujourd’hui, l’arbitre nous a bien pénalisés, nous qui voulions produire. On perd un match largement à notre portée face à une équipe de la Vallée du Girou certes valeureuse mais qui, à mon sens ne se qualifiera pas. Ils arrivent à arracher la victoire alors que l’esprit rugby était complètement chez nous (…) Dans mon esprit, selon la règle, on n’a pas le droit de ralentir les sorties de balle en laissant trop longtemps les mains sur le ballon. Cela n’a pas été sanctionné cet après-midi. On n’a de ce fait eu que des ballons lents à jouer. On n’a pas été suffisamment grands garçons pour se faire respecter et nettoyer les zones de rucks correctement afin d’accélérer le jeu.”

Saudrune EVG Rioux
Coach Rioux n’a guère apprécié la tournure prise par cette rencontre (Phot Jean-René Huc).

Didier Herrerias (Entraîneur, EVG):On était venus ici pour gagner, pas pour jouer au rugby. On est venus chercher la victoire, et on s’était bien préparés. J’ai eu des mots très, très durs mardi à l’entraînement après le match contre Figeac. On a réussi dans notre entreprise aujourd’hui. Pour les joueurs, c’est bien, mais je n’oublie pas le match de dimanche dernier. On était dans l’obligation de gagner ici. A nous de continuer (…) On est une équipe à réaction, pas dans l’action. Il a fallu attendre d’être à 14 pour enfin réussir à tenir les ballon et les amener à faire des fautes. On s’est resserrés et c’est là qu’on a été les meilleurs. J’ai d’ailleurs félicité les joueurs pour leur investissement, notamment en défense.”

saudrune vallée du girou 02 2020 (4)
Didier Herrerias (et son acolyte Cédric Fargues avec le brassard jaune) avaient donné des consignes claires : elles ont été respectées… dans l’ensemble. (Photo Chris Farmer).

Paul Poirey (Troisième ligne et capitaine, RCS):Déçus de cette défaite bien évidemment. Après la performance à Nègrepelisse, on voulait confirmer par une victoire à la maison. A mon avis, on a manqué d’envie, on a fait beaucoup trop de fautes, on fait preuve de trop d’indiscipline. C’est notre souci depuis le début de l’année. On s’était un peu rattrapés sur les dernières rencontres mais aujourd’hui, on retombe un peu dans nos travers. Il faut tirer un coup de chapeau à l’EVG qui a démontré une grosse envie, plus que nous en tous les cas. On redescend sur terre. On est loin d’être arrivés. La qualification s’éloigne avec cette contre-performance. Il va falloir aller rattraper tout ça à Saint-Cernin.”

Saudrune EVG
Poirey à la lutte avec Rey (casque bleu) dans l’alignement (Photo Chris Farmer).

Damien Escoubié (Demi d’ouverture, EVG):Les coachs nous avaient demandés de ne pas trop faire de jeu. On a essayé de respecter cela. Il fallait jouer au pied le plus souvent possible pour occuper le terrain et repousser la Saudrune. On fait deux erreurs bêtes, on rate un plaquage et on prend un essai (…) On prend un rouge à trente minutes de la fin. C’était compliqué. On s’est resserrés pour aller chercher une victoire qui fait vraiment du bien.”


Feuille de match

A Cugnaux (Stade Raymond-Gasc):  Entente Vallée du Girou bat Racing Club Saudrune 15 à 11 (mi-temps: 3 – 3)

Arbitrage: M. Anthony Pastoret (Ligue Occitanie).

Cartons jaunes: au RCS, Santamans (10è); à l’EVG, Poux (10è, 51è).

Cartons rouges: à l’EVG, Poux (51è).

Pour le RCS: 1 essai Coyande (80è + 2), 2 pénalités Poux (38è), Barrière (78è).

Pour l’EVG: 5 pénalités (30è, 42è, 62è, 70è, 80è + 5) Escoubié.

EVG Morzelle
Comme à son habitude, Morzelle, talonneur et capitaine de l’EVG, a su se montrer présent sur les points chauds (Photo Jean-René Huc).

Composition RCS: Veitschegger; Sauter Galiana, Lendormy, Melac, Mchangama; Poux (o), Girard (m); Poirey (cap), Figeac, Aissani; Galoux, Santamans; Courtial, Malabre Coppolani, Chetouani.

Sur le banc: Le Diguerhen, Coyande, Chaib, Delpech, De Sa Pinheiro, Barrière, Monsarrat.

Entraîneurs:  Mathieu Poujade et Benjamin Rioux.

EVG Saudrune
Mchangama (ballon sous le bras et pisté par Delpech) n’a pas réellement eu l’occasion de faire parler ses jambes (Photo Chris Farmer).

Composition EVG: Stéphan; Poux, Delpech, Bouras, Beulaguet; Escoubié (o), Beneyton (m); Roucou, Rey, Crespan; Byaoui, Ourgaud; Saurin, Morzelle (cap), Mizzi.

Sur le banc: Moder, Rieutord, Gasc, Martin, Furlan, Ramond, Messal.

Entraîneurs: Cédric Fargues et Didier Herrerias.

saudrune vallée du girou 02 2020 (3)
Réchauffement climatique confirmé avec plus de 20 degrés en février

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here