Reportage – Teddy et Les Komodos d’Indonésie

7
Teddy Fontana, 23 ans,  joueur de rugby au sein du club de l’US Canton de Saint-lys depuis 15 ans, n’ a pas pris sa licence cette saison. Et pour cause, il est parti en Indonésie pour ses études. Ce qui ne l’empêche pas de suivre l’actu de son club sur internet, et de jouer au rugby dans un pays qui s’ouvre progressivement à ce sport…
Photo derby contre les bantengs
Les Komodos ravis de leur victoire dans le derby contre les Batengs
 « Je suis actuellement en stage en Indonésie et plus précisément dans la capitale Jakarta ». La grande majorité des 250 millions d’habitants de ce pays n’a jamais vu un match de rugby de leur vie, et pourtant, un championnat s’y déroule chaque année ». Nous explique Teddy. Deux français, originaires du sud-ouest, Miguel,10 ans d’école de rugby à Muret  et Pierre, ancien joueur de St Paul les Dax,  l’ont ainsi embarqué dans l’équipe des Komodos. Cette équipe se compose pour la majorité d’expatriés du monde entier : écossais, irlandais, néo-z, australiens, finlandais, sud-af, américains, uruguyen, italien, hollandais, canadien, et bien sûr, des français. « Nous sommes la communauté la plus représenté avec 6 joueurs » rajoute Teddy. S’ajoute à cela trois indonésiens.
La première division du championnat indonésien se compose de 6 équipes dont celle des Komodos, régulièrement champion et vainqueur sortant. Teddy se remémore ses débuts dans ce championnat : « Mon premier match de la saison fut l’affiche de la dernière finale, Komodos contre Bantengs (voir photo). On peut qualifier ce match de « derby » tant la rivalité est forte entre ces deux équipes. Nous avons gagné 41 à 23. Le second match nous l’avons gagné 49 à 5 contre une équipe d’expatriés japonais ».
Photo match contre les japonais
Photo souvenir avec les expatriés japonais
Heureux de pouvoir pratiquer le rugby, mais difficile de comparer le niveau : « Il est très difficile d’évaluer le niveau de mon équipe et du championnat tant les écarts sont importants entre les joueurs d’une même équipe. Cependant, ayant joué en Honneur, PH et 1ère série, je peux dire que le niveau se situe en dessous, ce qui ne m’a pas énormément dérangé tant les conditions climatiques sont difficiles avec un taux d’humidité très élevé et des températures comprises entre 28 et 30 degrés toute l’année ».
Le résultat est important avec un trophée à la fin de la saison mais l’essentiel n’est pas là. « Les komodos, c’est un club, mais une véritable famille qui permet à des expatriés de différentes origines de se retrouver autour de leur passion, et de passer des bons moments. C’est également une association qui permet de faire pratiquer du sport et d’enseigner le rugby à de nombreux petits indonésiens qui viennent de villages défavorisés proche du stade ». On sent bien que notre français de Saint-Lys se nourrit de ces moments rares : « C’est une super expérience de pouvoir jouer au rugby avec des individus du monde entier, c’est très enrichissant, surtout de voir comment ils sont tout le temps « à fond » comme en match pour de simples exercices à l’entrainement, là où nous français nous sommes parfois plus en dilettante. Les conditions sont parfois difficiles, on joue notamment dans un stade champêtre situé dans un golf club, au milieu de la forêt au sud de Jakarta ».
On le voit, le rugby se pratique partout, et même loin de chez nous, il y a toujours des valeurs d’échange et de partage, fortes. Celles défendues en Indonésie prennent encore un peu plus d’épaisseur. Ah oui, Teddy a insisté pour envoyer un message de soutien à l’US Canton Saint-Lys, lors de son quart de finale de dimanche. A quelques milliers de kilomètres de là, le message est passé…
Photo French Flair Jakarta
Un terrain au milieu de la forêt
Un terrain au lieu de la forêt
Troisième mi-temps au Pub
De Jakarta au sud ouest, la même ambiance pour les 3ème mi-temps, et le selfie qui va avec
photo rugby amateur 1
La nuit tombée, Teddy se connecte sur son PC, et sur un site que nous apprécions beaucoup, pour se tenir au courant de l’actu de son club de coeur, Saint-Lys.

Aucun article à afficher

7 Commentaires

  1. Hey Teddy !!
    Very sad that you leave the city ! We had a lot of fun with you in the team.
    But you should advice : You still owe me 2M ruppiah from 2 weeks ago in club 36.
    Call me
    Brian

  2. Salut Teddy,
    J’arrive à Jakarta mercredi prochain et je joue également au rugby.
    Votre équipe accepte les femmes ?
    Quelqun cherche une colloc sympa !
    Kiss kiss
    Charlene

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here