Remplacements autorisés : vos papiers s’il vous plaît !

2
Les règles du rugby ne sont pas toujours lisibles et compréhensibles pour les néophytes. Il semblerait qu’elles le deviennent aussi pour les plus aguerris. Pas les anciennes, non, mais les nouvelles. Celles qui ont affectées le rugby professionnel, et qui touchent désormais le rugby amateur. Notamment celle des changements illimités, de la fédérale 2 à la 4ème série… limités à 7 rotations désormais. Une règle qui perturbe quelque peu le bon déroulement des matchs, mais pas que…
41964638_10156612548308320_1740114637153632256_o
Scène devenue courante sur la table de marque. Un stylo, des papiers qui ne doivent surtout pas s’envoler (photo Christophe Fabriès)
Sous couvert de vouloir préserver la santé des joueurs professionnels, il est possible d’avoir recours jusqu’à 12 changements depuis le début de cette nouvelle saison. En amateurs, les changements illimités représentaient une sorte de norme reconnue. Depuis cette saison également, les entraîneurs ne peuvent plus faire « que » 7 changements, que l’on qualifiera de tactique, hors commotion et/ou saignement, impliquant un remplacement provisoire fixé à 15 minutes.
Cette restriction de changements pose question auprès des entraîneurs, qui se voient contraints de laisser sur le banc des joueurs frais et disponibles. Mais leur gymnastique cérébrale est mise à rude épreuve quand il s’agit de gérer les remplacements.Car commence alors le bal des papiers volants, qui monopolise l’attention des entraîneurs eux-mêmes bien sûr, mais aussi des arbitres, qui doivent jongler avec le stylo et les chiffres pour ne pas faire d’erreur.
Si l’on peut entendre que les nouvelles règles visent à protéger la santé des joueurs, les instances vont devoir aussi entendre le mécontentement grandissant des entraîneurs qui devront traverser l’hiver et les terrains gras avec une gestion d’effectif traditionnellement plus difficile. Ceci étant plus valable pour les clubs de séries répondrez-vous. Certes, mais l’autre effet secondaire de cette règle, et pour les clubs évoluant en Honneur, fédérale 3 ou 2, c’est que les remplaçants au coup d’envoi, pourront ne pas jouer une seule seconde de match. Et cela, c’est plutôt nouveau. Sans parler du fait qu’un joueur blessé, si tous les changements ont été effectués, pourrait être contraint de rester sur le pré pour faire le nombre. A moins que les entraîneurs ne gardent sous le coude un joueur frais et disponible, au cas où…
Il paraît donc fortement probable que cette règle sur les changements autorisés, discutée et discutable, partie d’une bonne intention sur le papier, risque fort d’être contestée dans les jours ou semaines qui viennent…

Aucun article à afficher

2 Commentaires

  1. Entraineur d’un « petit club de série »Depuis des années tout se passait bien, pour les remplacements notamment ,cela permettait de donner du temps de jeu à des joueurs moins aguerris, de procéder à des rotations qui reposaient les joueurs,bref on gérait au mieux la santé physique après une succéssion d’efforts .A ce jour tu retardes le plus possible les changements.Le danger dans les séries sera quand les équipes ne présenteront pas 7 remplaçants sur la feuille, la santé sera en danger ,avant à 17 ou 18 tu faisais tourner,et tu reposai les plus fatigués .Un retour à l’ancien temps que j’ai connu.Qui ne nous satisfait absolument pas .Sans compter que maintenant les matchs durent entre 15 et 20 minutes de sur le terrain plus sur en deuxième mi-temps (dimanche dernier 1ére mi-temps 45′ deuxième 56′.Tout est dit!

  2. Protéger la santé ?

    Tout l’inverse avec cette règle qui va laisser des gars blesser sur le terrain.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here