L’interview décalée de…Nicolas Ponsolle (La Salvetat-Plaisance)

0

A tout juste 23 ans, qu’il vient de fêter cette semaine, “Coni”a découvert le rugby en cadet. Depuis, il en a compris toutes les subtilités. Avec le temps, et le poids, il a migré de son poste d’arrière pour se fixer au centre de l’attaque de son club de toujours : le Racing Club Salvetat-Plaisance. Les damiers jaune et bleu gravés dans sa peau, il fait partie de cette génération, championne de France juniors en 2011. Solide sur les appuis, ce travailleur acharné a pris le temps nécessaire pour une interview décalée sans filtre, pour lui…et ses potes. (par Jonah Lomu)

737291_628348337227061_1838568284_o
L’oeil du tigre

 

 

Côté privé

Ton surnom ? Coni surtout ou chaudière aussi (!)

Avec quelle femme partirais-tu sur une île déserte ? La mienne. Oui, je sais, je fais du social là. Mais bon, elle va lire l’article !

nico ponsolle (4)
Une certaine ressemblance ?

On te confond avec qui ? Johnny Hallyday. Jeune, je précise. Si, si, on me l’a déjà dit.

Fromage ou dessert ? Fromage plutôt, un roquefort

Un alcool ?  whisky

Un plat ? la tartiflette

Ta musique du moment ? OMI “Cheerleader”

imagesTa série préféré ? The Walking dead

Ton film préféré ? “Snipper, tireur d’élite” avec Mark Walberg

L’endroit que tu aimerais faire connaître ? Le stade des Baraques.

Ton passe-temps favori ? Le travail. Je travaille beaucoup, je rentre, je dors. J’ai pas une envie très passionnante hein

Ta première cuite ? j’avais 16 ans, avec le rugby. Le rugby m’a tout fait connaître en fait, les fondamentaux quoi.

Ta dernière grosse colère ? Je ne suis pas trop du genre à me mettre en colère

Es-tu superstitieux ? Pas du tout

Ta devise ? Racing !

Si tu avais un pouvoir ? faire revenir certaines personnes

 

Côté terrain

nico ponsolle (7)
Prêt pour la finale

 

Le joueur avec qui tu rêverais de jouer ? avec mon frère Gabriel, parti à Tournefeuille. Mais il reviendra la saison prochaine

nico ponsolle (3)Celui que tu aimerais plaquer ? J’aimerais bien défoncer Impérial samedi

Ton club préféré ? le Racing bien sûr. Et le le Stade Toulousain.

Ton meilleur souvenir rugby ? Le titre de champion de France juniors en 2011, un très belle épopée

Ton pire ? La perte de mon ami, Jonathan Penabayre, suite à un accident de voiture à 18 ans. On se connaissait depuis la maternelle, un ami proche.

Le coach (ou dirigeant) qui t’a marqué ? Philippe Galey, l’actuel coach. Pour sa manière de diriger, sa vision du rugby, Christian Marcet m’a marqué aussi, mais avec une méthode plus ancienne.

Tu es plutôt Bastaraud ou Fickou ? Pas pour le poids, mais je suis plutôt Bastaraud

 

Côté vestiaires

nico ponsolle (6)
Mimes entre un ouvreur et un centre. Rarement pratiqué sur un terrain

Que fais-tu la veille d’un match important ? jouer à la belote avec les copains, avec un verre de grenadine. Si, si, de la grenadine.

Le(s) comique(s) de l’équipe ? Sylvain Libralato (ouvreur), monsieur Blague pourri, il est dépitant. il nous fait rire quand même. Et puis Matthieu Louge (deuxième ligne), gros chambreur, au cas par cas. Terrible.

nico ponsolle (12)
L’incontournable Matthieu Louge lève un verre à la santé de tous

Le plus fêtard ? Le Louge aussi, bien en place. Libralato toujours là, Maxime Gouazé (demi de mêlée), Benjamin Fauré…en fait, je fais un gros effort de tri car on est vraiment soudé, en bringue aussi.

Le plus râleur ? Et ben Matthieu Louge. Et oui, c’est un sacré personnage. Bastien Marcet, du haut niveau…et bon bringueur aussi.

Le plus fashion ? Pas Mathieu Louge, non, pas là. Je vais citer Cyril Raffier (3ème ligne) et Thibaut Génicis (ailier). La petite casquette, le short qui va bien. beaux en toute circonstance, partout, même sur le terrain.

Celui qui fait peur sous la douche ? Personne ne fait plus vraiment peur depuis le départ d’Eric Floche. Lui, il ne pouvait pas perdre l’équilibre !

10696167_10203059816117895_409909514233547122_n
Solides en troisième mi-temps les types…et en sieste aussi

Une anecdote mémorable ? Une bringue, un vendredi soir après l’entraînement. C’est parti gentil, et puis ça s’est terminé le lendemain à 20h. 24h non stop, sans raison, aucune occasion particulière, juste l’envie de s’en coller une bonne. On jouait le dimanche, et oui. Et on a gagné en faisant un super match. On s’est dit qu’on devrait le refaire.

La phrase préférée d’un coach ?  Quand Philippe Galey dit quelque chose, il enchaîne souvent par “le reste, c’est de la masturbation intellectuelle”

La question qu’on ne t’a pas posée ? Logique, est ce qu’on va gagner le titre ?… réponse : Ah ben j’espère bien oui !

 

nico ponsolle (14)
Quoi ma gueule ?

Fiche d’identité

Né le :  21 04 92
Profession : chargé de maintenance
Parcours en club : La Salvetat depuis l’âge de 16 ans, en cadets 2ème année
Poste : arrière, puis centre
Poids : 95kg
Taille : 1.80kg

 

Ils ont dit :

Sylvain Libralato : Quand il court, on dirait qu’il a des oursins sous les bras, même quand il marche d’ailleurs. Il a les bras écartés car il croit qu’il a de gros bras, et des gros dorsaux. sans aucun rapport, on l’appelle la chaudière, mais je ne peux pas dire pourquoi ici !

Matthieu Louge : A défaut de casser les centres de Revel, il s’est vengé sur un ventre glisse face à une poubelle. Il a un goût très prononcé pour la race canine en fin de bringue aussi. J’ai une preuve en photo (voir plus bas).

Bastien Marcet : Moi, je veux vraiment le remercier à m’avoir aidé pour ma maison, même un lendemain de fiesta. Monter des murs à trois grammes, c’était bien marrant. C’est un très bon pote, un homme de parole, rare de nos jours.  Pour le plaisir, une petite anecdote. On était parti faire du quad, avec le coach Nicolas Peyrat. On avait dormi chez lui. Il avait une maison avec une dépendance. Moi, j’avais dormi dans la maison, et Nico dans la dépendance.Il n’a pas dormi tranquille, car il y avait un chien, un boxer, qui tournait autour. Du moins, il le croyait. Cette histoire l’a suivi un moment.

 

nico ponsolle (10)
Scène de joie dans les vestiaires du RCSP, une habitude cette année.
nico ponsolle (5)
Appelez Sylvain Libralato au 118-218…ou Johnny
bastien marcidet avec christian Laccasagne
Bastien Marcet avec Christian Laccassagne, deux joueurs qui ont de la bouteille
nico ponsolle (1)
La preuve des fins de nuit canines de la Chaudière
nico ponsolle (11)
Les fondamentaux, toujours
nico ponsolle (2)
Ah, les fameuses parties de belote du samedi soir…Mais où est donc la grenadine ?

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here