L’interview décalée de…Benoît Segarra (Castanet)

0

Benoît, après une année de galère, te voilà prêt à rejouer ?
Oh que oui. Je suis passé par des moments tellement compliqués. Mentalement d’abord, puis physiquement, j’avais pris du poids. C’est la première fois de ma vie que j’ai dû arrêté le sport, et ce, pendant un an. Donc quand tu vois le bout du tunnel, tu es heu-reux.

Tu rentres dans un groupe en pleine confiance en plus ?
Oui, mais je ne vais pas brûler les étapes. je postule pour la réserve d’abord. Pour retrouver des sensations, pour courir. Le club m’a soutenu de façon exemplaire. Le préparateur physique ne m’a pas lâché, patient, disponible. Dans ces cas-là, seul, on n’arrive à rien. Et je n’ai jamais été seul. Je dois au club une fin de saison exemplaire.

Et à Rugby31, une interview décalée qui l’est tout autant…

Ton surnom?
Beutch

Ton fantasme féminin ?
Je les aime toutes

Ta principale qualité ?
Jovial

Ton principal défaut ?
Excessif…ce qui peut être une qualité aussi non ?

Ce qui te comble de bonheur ?
Ma famille et le sport

Ce qui t’énerve ?
Perdre

Une couleur ?
Bleu

Un fruit ?
Banane

Un alcool ?
Le Ricard Un plat ?
Les lasagnes de ma maman

Un numéro ?
9

Un jour de ta vie ?
La perte de mon grand-père et le jour où mon père a fait un infarctus devant moi.

Un endroit en Haute-Garonne ?
La Cantina

La première chose que tu fais en te levant ?

Je vais aux toilettes

La dernière chose que tu fais avant de te coucher ?
L’amour à ma femme

Ton passe-temps favori ?
Rigoler

Ta plus grosse honte ?
je n’en ai pas. car je n’ai jamais honte. Par exemple, lors de la soirée d’intégration avec Castanet, j’ai uriné plusieurs fois…sans bouger.
Sinon, au niveau rugby. d’avoir perdu avec Carcassonne à Narbonne, l’année où je venais de changer de club. On a perdu, et j’ai eu vraiment honte en sortant du terrain.

Ta dernière grosse colère ?
La société et les valeurs qui se perdent. Valeurs de nos parents et de nos grands-parents.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here