Frédéric Abad (Muret) : “On a retrouvé une âme et un esprit de famille”

0

Le Rugby Club Muretain, issu de la fusion des clubs d’Eaunes et Muret en mai 2016, fête sa première année d’existence. Son Président, Fred Abad, nous livre ses impressions, et ses souhaits pour l’avenir d’un RCM qui va changer de duo d’entraîneurs… (par Tonton Coach)

Malgré une saison compliquée, un groupe est né

Frédéric Abad, quel bilan tirez-vous de cette première année du Rugby Club Muretain ?
Fred Abad : Les objectifs fixés, c’est-à-dire le maintien, on a retrouvé une âme et un esprit de famille que nous avions perdu depuis quelques temps, ont été atteints. Nous avions perdu un peu les vraies valeurs du rugby et cette fusion avec Eaunes a permis de retrouver ce côté humain à l’échelle du village, comme une vraie bouffée d’oxygène. On joue avec des valeurs de clocher dans une grande ville, et c’est vraiment le ciment de cette union. Tous les acteurs, joueurs, dirigeants éducateurs et bénévoles se sont très bien intégrés. L’esprit de famille va même au-delà de nos espérances car on sent l’adhésion de tous les acteurs, c’est vraiment chaleureux.

Les deux clubs ont dû faire table rase du passé et rebâtir mais ce nouvel organigramme s’est-il fait de manière spontanée ou alors a-t-il fallut y travailler tout au long de cette première année ?
Le premier contact que j’ai eu avec Francis Mazel, président de Eaunes, était tout simplement de lui demander que faites-vous l’an prochain, souhaitez-vous partir avec nous car j’ai un projet et nous souhaiterions en discuter. Ce projet n’était pas d’imposer une vision mais au contraire de se mettre l’un au service de l’autre et vice versa. Le but était de regrouper les compétences pour avancer sur un nouveau projet. Le président d’Eaunes a donc réuni son équipe pour en débattre et ils ont décidé de nous rejoindre. Nous avons discuté de ce que nous étions capable de faire, chacun est donc devenu acteur de cette fusion et cela a été un élément moteur de notre réussite. C’est un vrai partage des compétences.

L’école de rugby était déjà en entente, maintenant c’est tout un club. La réussite n’est-elle pas là ?
Sans doute oui. Au départ nous nous étions retrouvés avec 4 équipes différentes pour faire un club : les joueurs restants de Muret, ceux d’Eaunes, les recrues et les juniors montants. J’ai alors demandé à Laurent Enriqué, entraîneur principal, de créer l’amalgame entre les joueurs et de les fédérer autour du projet du club. Créer un groupe où il fit bon vivre, où chacun respecte l’autre avec un état d’esprit comme on en rêve tous. Ce n’est pas une équipe 1 mais un groupe de séniors qui devait apprendre à bien vivre ensemble. Je crois quand on les voit, que nous avons réussi. Nous avons obtenu le maintien peut-être dans la douleur mais au moins il est acquis. Si tous les matchs s’arrêtaient à la 78ème minute, nous serions peut-être qualifiés, comme quoi il ne nous manquait pas grand-chose.

L’apport des joueurs de Eaunes, habitués à la deuxième série, a donc été un vrai plus en Honneur?
Bien sûr, je leur adresse un grand bravo et merci, car ils ont relevé le défi de passer de la 2ème série à l’honneur avec succès. Nombre d’entre eux sont devenus des piliers de cette équipe, mais aussi les juniors qui ont amené toute leur fougue et envie de réussite.

Les projets sportifs de la saison 2 : peux-tu les décrire brièvement ?
En séniors, l’objectif principal sera d’atteindre le maintien le plus rapidement de façon à finir la saison plus sereinement. Nous ne sommes qu’en l’an 2 de notre projet bâti sur 5 ans donc il ne faut pas brûler les étapes. Il faut penser à se structurer, se stabiliser et se renforcer. Les résultats de cette année ont généré un engouement et nous voyons des joueurs venir d’eux même au club, y compris des anciens. Nous allons nous renforcer spécifiquement mais toujours avec le même état d’esprit. Nous restructurons également le staff sénior avec la venue de Rémi Biaggini, spécialiste des avants permettant à Laurent de retrouver l’entrainement des trois quarts. Florent Bataille réfléchit à son avenir en tant que joueur et nous attendons sa réponse, car il pourrait nous apporter beaucoup sur le terrain, comme il a pu le faire en fin de saison.

Les Muretains se sont accrochés tant bien que mal pour obtenir le maintien en fin de saison (photo RugbyAmateur.fr)

La formation auprès des jeunes paye également, c’est de nature à rendre optimiste pour l’avenir ?
La formation locale marche bien oui, et même si nous allons avoir des départs, ce sera vers des grands clubs et nous en sommes fiers. Nous allons récolter les fruits quand même, mais plus tard, ces gamins évolueront je l’espère, en fédérale au sein du club. En Juniors, nous aurons 2 équipes, Phlipponeau et Balandrade, fonction des effectifs et en cadet, une équipe est certaine. Il n’y a pas d’équipe Belascain prévue car la relation Juniors/séniors a bien fonctionné et nous ne ressentons pas la demande de création de cette équipe. Mais qui ne dit pas que dans un avenir proche, nous la créerons peut-être.

L’équipe dirigeante va évoluer ?
Quatre personnes, pour des raisons diverses, ont quitté le club mais nous avons su gérer ces départs. Nous souhaitons élargir le groupe de dirigeants en gardant l’essentiel de la structure actuelle. Nous travaillons toutes et tous à fédérer de nouvelles personnes et comme pour les joueurs, nous sentons un engouement pour notre club. Les finances sont saines et nous avons réussi à retrouver un équilibre. Mais nous sommes toujours sur la reconquête des partenaires. En effet de par le passé, certains d’entre eux avaient été déçus et n’avaient pas forcement retrouvé le retour sur investissement. C’est un travail de longue haleine de leur redonner confiance, mais je suis optimiste, car de nombreux partenaires du muretain sont venus nous rejoindre Il faut aller chercher tous les acteurs du rugby en pénétrant au sein des écoles des collectivités. J’en profite ici pour remercier toutes les personnes qui ont contribué à la réussite de cette saison car sans eux, nous n’y serions pas arrivées, et je ferais tout pour qu’ils ne soient pas déçus. Mon souhait pour l’an prochain est que cet engouement perdure, grandisse, et que nous vivions des moments de joie et de bonheur comme nous en sommes en train de vivre avec nos cadets. Rendre les gens heureux par le sport est quelque chose de fantastique et si le Rugby Club Muretain peut y contribuer, alors oui, je suis partant.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here