FFR : baby rugby, doubles licences, avec ou sans plaquage… vers un rugby accessible pour tous

0
Rendre le rugby accessible à tous est la volonté affichée par la FFR. Dans cette perspective, de nouvelles évolutions verront le jour dès la saison prochaine. Elles poursuivent deux objectifs simples : développer toutes les formes de pratiques et en simplifier l’accès pour répondre aux besoins actuels. Jusqu’à présent, les licenciés majeurs se voyaient proposer 3 offres de pratique du rugby donnant lieu chacune à la délivrance de l’une des licences suivantes : « Rugby Compétition », « Rugby Loisir » et « Nouvelles pratiques ». Quant aux garçons mineurs de plus de 14 ans, ils ne pouvaient souscrire qu’à la licence compétition. Dès la saison prochaine, afin notamment de clarifier son offre de pratiques alternatives au « Rugby Compétition », la FFR proposera la délivrance d’une seule et même licence : « Rugby Loisir »… (source FFR.fr)
Jeunes générique adeline faral (14)
Selon ses capacités, sa géographie ou son âge, le rugby, c’est pour tout le monde ! (©photo Adeline Faral RugbyAmateur.fr)

Jouer au rugby avec ou sans plaquage

Néanmoins, pour répondre aux nouvelles attentes de ses licenciés, ainsi que de tous ceux qui hésitent encore à franchir le pas et sont généralement à la recherche d’une pratique plus récréative du rugby, (accessible, conviviale et sans nécessairement de plaquages), il y aura désormais deux options avec la catégorie de licence « Rugby Loisir » : l’une « avec plaquages adaptés » et l’autre « sans plaquage ».

La catégorie « Rugby Loisir avec plaquages adaptés » sera ouverte aux joueurs et joueuses âgées de plus de 18 ans seulement, tandis que la catégorie « Rugby Loisir sans plaquage » sera étendue aux joueurs de plus de 14 ans et aux joueuses de plus de 15 ans. L’action de plaquer, qui est d’ailleurs évolutive au fil de la formation du joueur, ne doit pas constituer un frein à la découverte du rugby, tout comme l’âge ne doit pas être un frein à la mixité entre les générations.

En ce qui concerne les activités rattachées aux licences délivrées, prenons un exemple : Julien, licencié « Rugby Compétition », pourra pratiquer, outre les activités dites de « Compétition », l’ensemble des activités dites de « Loisir », à savoir le Rugby à XV adapté, le Rugby à X adapté, le Rugby à 5 et le Beach rugby. Charlotte, licenciée « Rugby Loisir avec plaquages adaptés », pourra quant à elle pratiquer toutes les activités dites de « Loisir ». Enfin, Lucien, licencié « Rugby Loisir sans plaquage », pourra pratiquer les activités de Rugby à 5 et de Beach rugby.

La catégorie des moins 6 ans élargie avec le Baby rugby…

Dans une autre tranche d’âge, et dans la perspective de répondre à une demande grandissante, la FFR élargit la catégorie des « moins de 6 ans » aux enfants âgés de 3 ans révolus, avec pour ambition de proposer une activité d’éveil, ludique et pédagogique appelée Baby Rugby.

Les clubs qui le souhaitent seront accompagnés dans leur démarche grâce à la mise en ligne prochaine du référentiel « Baby Rugby », véritable feuille de route de cette évolution, à laquelle l’ensemble des clubs auront accès, ainsi que d’un guide pédagogique complet à destination des éducateurs. Pour compléter ces outils, la FFR proposera également un Brevet fédéral « Baby Rugby ». La mise en œuvre de ces différents outils permettra de garantir la qualité des contenus, de l’encadrement et de l’environnement, avec pour ambition de préparer les clubs à accueillir ce nouveau public très particulier dans les meilleures conditions.

Les clubs, partenaires essentiels de cette démarche éducative, seront évidemment soutenus par les Cadres techniques en région. Les éducateurs qui seront conseillés pourront proposer des activités et des contenus adaptés aux tout-petits. Grâce à cette clarification des offres de pratiques proposées, la FFR entend bien étendre son accessibilité. Reste alors à simplifier les procédures, afin d’encourager chacun à y participer.

Simplifier et rationaliser les procédures

Dans des temps pas si anciens, les demandes d’affiliation s’effectuaient par le biais de formulaires papier, longs et contraignants. Dans un souci de modernisation, la Fédération a engagé la dématérialisation du processus des affiliations de sorte que toute demande d’affiliation, de ré-affiliation ou de mutation s’effectue dorénavant via l’application informatique Oval-e, et nécessite la validation finale de la FFR ou de la Ligue régionale selon les cas.

Désireuse de ne pas s’arrêter en si bon chemin, la Fédération a décidé, dans le cadre de son « Choc de simplification », que toute demande de ré-affiliation dans un même club, soit d’un joueur amateur de nationalité française, soit d’un dirigeant (DC4) de nationalité française, sera délivrée en son nom directement par le club ! Ainsi, outre une plus grande autonomie qui sera offerte aux clubs, lesquels ne seront plus, dans ces cas précis, dépendants des délais de validation extérieurs et sur lesquels ils ne disposaient finalement jusqu’alors d’aucune marge de manœuvre, cette nouvelle procédure garantira un gain de temps considérable dans la délivrance des licences concernées.

Confiance, responsabilité, rapidité et efficacité, quatre piliers qui constituent le processus de délivrance des licences de demain ! Appréhender ce processus n’est peut-être pas chose facile pour tous, aussi les dirigeants seront accompagnés tout au long du processus afin de les guider dans la marche à suivre.

S’adapter aux évolutions de la société

Consciente de l’évolution des modes de vie et des impératifs universitaires, familiaux et professionnels qui contraignent le licencié d’aujourd’hui, la Fédération souhaite l’accompagner durablement vers une pratique adaptée à sa situation. C’est pourquoi, dès la saison 2020-2021, l’autorisation d’évoluer dans une seconde association verra ses conditions d’attribution largement assouplies.

Désormais, tou(te)s les licencié(e)s, sans limite d’âge, à l’exception des joueurs qualifiés comme joueurs sous contrat, pourront solliciter et se voir attribuer une autorisation leur permettant d’évoluer dans deux associations pouvant avoir le même niveau de compétition. Attention, pour autant, les licenciés concernés ne pourront jamais participer à une même compétition avec les deux associations. Il faudra donc faire un choix, afin de préserver la sincérité des compétitions.

De nombreux joueurs et joueuses exprimaient leur frustration lorsque, pour des raisons universitaires par exemple, ils se voyaient contraints de quitter leur club de cœur et ne pouvaient pas, lorsqu’ils y revenaient le weekend, jouer pour lui. Évidemment, le fait pour un joueur ou une joueuse de pouvoir rendre à un club la confiance et le temps qu’il lui aura consacrés pour le former, est une nécessité qui s’inscrit plus que jamais dans les valeurs véhiculées par notre sport.

Voilà pourquoi la Fédération a décidé que cette autorisation sera également ouverte aux joueurs et joueuses ayant muté et souhaitant évoluer au sein de l’association quittée. Ainsi, Lola, originaire de Biarritz, mais effectuant ses études à La Rochelle, pourra chausser ses crampons en Fédérale 2 féminine en Charente-Maritime, et retourner, quand elle le pourra, dans le Pays basque, en Féminine régionale à X !

Enfin, un ou une licencié(e) pourra renouveler à quatre reprises sa demande de « double licence », et dans les mêmes conditions, alors que jusqu’à présent, elle n’était renouvelable qu’une seule fois ! Est ainsi prise en compte la situation des étudiants qui sont éloignés du domicile familial, celle des enfants de parents divorcés, ou encore celle d’adultes dont la situation professionnelle nécessite une certaine mobilité.

Toutes ces nouvelles dispositions doivent lever les contraintes liées à la pratique et ainsi permettre de choisir son propre rugby selon ses capacités, sa géographie ou son âge…

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here