Féminines : le boycott des Bayonnaises fait réagir

0

En période internationale, les féminines de l’Elite 1 se sont vues ajouter une nouvelle compétition pour continuer à jouer. Cette Coupe de France présentait donc et avant tout un intérêt sportif pour les non internationales. Les joueuses de l’AS Bayonne, qui devaient rencontrer ce dimanche leurs homologues du Stade Toulousain, en ont profité pour faire grève. Un moyen radical pour dénoncer, entre autre, un manque de moyens, une situation plus que compliquée, et un rugby féminin à double vitesse…

246430766_10159482236533320_6372486586457995039_n
Les « Neskak » solidaires face à l’adversité, sur le terrain et en dehors (©photo Christophe Fabriès pour #RugbyAmateur, lors du déplacement à Blagnac)

Les nombreux départs (Pauline Bourdon, Carla Arbez, Lou Baguette, ou encore Maika Brust), couplés à plusieurs arrêts, ont considérablement affaibli l’effectif des Bayonnaises. Sachant que ces départs et/ou ces arrêts seraient la conséquence d’un manque de moyens pour permettre à l’équipe de poursuivre sa progression.

Dans une lettre ouverte postée hier, l’équipe basque, qui s’appuie sur plusieurs joueuses cadres (Laura Delas, Morgane Rébujent, Manon Rojo, Brandy Cazorla et Mélissa Hanouni) dénonce ouvertement des manquements et des conditions inadmissibles : « Il est impensable de mettre en péril des joueuses de Fédérale 1, voire débutantes, de participer à un match de haut niveau pour pallier au non-recrutement effectué à l’intersaison par les membres du Bureau de l’ASB. […] Il apparaît que les exigences liées à la compétition en Élite 1 ne semblent pas comprises ».

Ce conflit qui oppose les joueuses à leur direction n’est pas nouveau. Dans les faits, l’AS Bayonne traverse une crise interne et sportive particulièrement pénible. Les résultats sportifs s’en ressentent automatiquement : 122 points encaissés en trois rencontres (35-3 à Montpellier, 13-15 contre Lyon et 68-0 à Blagnac) 18 seulement inscrits, et surtout 14 blessées ! 20 joueuses sont présentes aux entraînements actuellement alors que la saison ne fait que commencer. Pas de quoi être optimiste pour la suite de la saison. Mais ce « forfait » pourra peut-être faire réagir le club et les instances quant à une situation compliquée, et un niveau qui suscite bon nombre de questions pour trouver un véritable intérêt et équilibre sportif.

Aucun article à afficher

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here