Féminines : Jeanne Bazart, en ordre de marche

1

Licenciée au Castres Olympique, Jeanne Bazart, 18 ans, est venue allonger la liste de ces jeunes demoiselles, passionnées par le rugby, et qui l’assouvissent à travers le poste le plus difficile qui soit sur le terrain : arbitre… 

jeanne bazard
Jeanne tout sourire lors de son premier match officiel 

“J’ai commencé le rugby parce que je n’avais jamais fait de sport collectif auparavant. Mais ça faisait un moment que je voulais essayer. Mon papa était déjà dans le rugby, donc il m’a encouragée. Une amie arbitre m’a dit que c’était génial, donc je me suis lancée.” Piquée par le jeu et son esprit, Jeanne l’est aussi par tout ce qui gravite autour. “J’ai très vite adoré le rugby oui, pour l’ambiance conviviale notamment, qui n’existait dans aucun autre sport que j’avais pratiqué.” Il faut dire que la tarnaise est une joueuse, et qu’elle y a vue une belle occasion de compléter sa panoplie : “Oui, je me suis dit que ce serait intéressant, en tant que joueuse, de devenir arbitre pour avoir une meilleure vision du jeu, et une meilleure connaissance des règles.”

Consciencieuse, elle s’implique totalement dans ses nouvelles fonctions. Puis est venue l’heure du premier match, en janvier dernier. C’était à Saïx (81), pour le match opposant Espalion Nord Aveyron contre Sor Agout en U16. Elle revient pour nous sur ce moment forcément particulier :  “J’appréhendais un peu. L’approche du match est différente, car là, je suis seule, avec des responsabilités. Mais quand on entre sur le terrain, on oublie vite ce petit stress. Au final tout s’est très bien passé.”

Jeanne n’en retire que du positif, sur le plan sportif, et sur le plan humain aussi : “Je pense que l’arbitrage permet de faire des rencontres, de mieux connaître les gens du milieu, de se faire des contacts aussi. C’est toujours intéressant d’échanger.”

Actuellement, ses études lui prennent beaucoup de temps, il n’est donc pas facile de concilier l’ensemble avec le sport et l’arbitrage. Mais elle reste déterminée, et nous a assurés qu’elle ferait son maximum pour continuer à arbitrer. Ce qui, avant qu’elle ne rentre sur le pré avec la tenue officielle, mérite déjà le respect, comme l’ensemble de la corporation.


Sur le même thème : 
Article sur Giulia Bonadéi 

Article sur Léa Shaurli

 

1 COMMENTAIRE

  1. BRAVO JEANNE, nous avons un petit fils qui est en seconde dans une section pôle espoir, il voudrait lui aussi arbitrer. C est déjà ce qu’ il fait à son niveau. Je te souhaite de prendre du plaisir pour ce challenge.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here