Fédérale 1 – Saint-Sulpice « Céret » mis la tête à l’endroit

0

A Gaston Sauret comme partout, la pluie s’est finalement invitée pour compliquer un match qui aura du mal à basculer. Saint Sulpice, 6ème au classement mais avec le regard porté vers plus haut encore, recevait Céret, antépénultième, qui va se battre pour le maintien. Ces deux équipes sont sur des prestations intéressantes lors du dimanche précédent. Saint Sulpice frustré, était passé très près de la victoire à Graulhet. Céret s’était imposé avec la manière dans le match à ne pas perdre contre Castanet, lanterne très rouge de la poule. C’est donc revanchard que St Sulpice accueillait des Céretans venus se tester, voire même venus du Pays Catalan pour faire un coup (résumé et photos par GR Vin)…

Il ya bien eu affrontement
Il y a bien eu affrontement à Gaston Sauret

L’entame est parfaite de la part des locaux qui balayent le terrain sur une belle attaque. Sur le renversement, Soulisse de l’aile opposée, vient faire le plus un. Pit, le long de la touche ne laisse aucune chance à la défense qui revenait, et inscrit son premier essai. Départ canon donc, mais qui a des conséquences inattendues, un relâchement perceptible, comme un sentiment que ce sera un match facile. Mais Céret qui a encaissé le coup, se mobilise, dispute les rucks, porte le ballon et met rapidement l’adversaire sous pression. Et quand on est sous pression on fait des fautes. Doussain se fait remarquer sur une obstruction, Tebaldini écroule un maul et peut s’estimer heureux de la simple sanction de pénalité. Salis gratte au sol le cuir mais il est attrapé par l’arbitre. On ajoute un hors-jeu de ligne et tout cela arme le pied d’Hacini pour trois réalisations sur quatre tentatives. Voilà comment les hommes de Labat et Argentin se retrouvent menés à la pause (5-9). Doussain aurait pu entre temps réduire le score sur pénalité mais le ballon a fui les poteaux.

Caufape a bien animé son équipe
Caufape a bien animé son équipe en première mi-temps

« Saint-Sul » montre un autre visage…

La mi-temps est sifflée, mais ça continue aussi à siffler dans les vestiaires des locaux. Le duo Labat – Argentin remet visiblement les têtes sur les épaules pour que tout rentre dans l’ordre. Comme un électro choc, l’effet dès la reprise est quasi immédiat. Pit de ses 40m épaulé par Jeudy et Kalo, accélère, fait la différence, tape à suivre dans l’embut et devance in extrémis en plongeant, Cristofol dernier défenseur revenu épaule contre épaule. Doussain transforme (12-9). Quelques instants plus tard ce même Doussain sur un bon ballon délivré par des avants conquérants, délivre un subtil coup de pied rasant derrière la défense. Kalo est le plus rapide et le plus prompt en terre promise. Doussain rajoute les deux points faciles et un bon bol d’oxygène dans les tribunes (19-9). Il est dit que quand l’USSS décide de jouer, tout est plus facile, l’occupation du terrain, les sorties de camp le jeu lui-même malgré les conditions, tout s’enchaine parfaitement. Céret dépassé, fait front mais ne peut pas mettre la main sur le ballon. Sa mêlée prend l’eau et le courage ne suffit pas. Les Catalans jouent aussi en infériorité numérique pour ne rien arranger. L’USSS s’en remet au pied mais aussi aux bras de Pit, décidement intenable, qui vient marquer son triplé pour sceller définitivement le sort du match (26-9). Le banc rentre et donne une impulsion supplémentaire. Kalo et Gimeno sur l’aile font le numéro, ce dernier plonge en coin. Roquebert se rappelle aux bons souvenirs de tous en passant la difficile transformation (33-9)

Pit de justesse devant Cristofol
Pit de justesse devant Cristofol
Au tour de Kalo de toucher l'embut
Au tour de Kalo de toucher l’embut
Gimeno parachève le score
Gimeno parachève le score

La messe est dite, mais les Catalans dominés pendant vingt minutes, ne désarment pas. Fidèles à leur réputation, ils repartent à l’abordage et exploitent tous les ballons pour les écarter.  Ils sont logiquement récompensés de leurs louables efforts. C’est d’abord l’excellent Cristofol qui fait la différence entre les centres pour finir dans l’embut, Hacini transforme (33-16). Dans la foulée et dans le désordre, l’ailier Faconnier va marquer un essai non transformé pour réduire encore un peu le score (33-21). Il ne reste que quelques minutes à jouer mais un frisson (pas dû qu’au froid) fait craindre un instant que le bonus offensif chèrement acquis ne soit mis à mal, tant les visiteurs semblent chauds pour aller chercher le défensif. Il n’en sera finalement rien, les protagonistes peuvent se congratuler et rentrer au chaud.

Céret a bien essayé
Céret a bien essayé, jusqu’au bout.

LES REACTIONS 

Victor Labat, co-entraineur USSS : Les deux premiers objectifs sont atteints : la victoire et prendre un bonus. Par contre dans le contenu, il y a des réserves. On ne peut pas se permettre de faire une première mi-temps où on est inexistants. Si on veut assumer un certain statut et une fin de saison consistante, on ne peut pas reproduire ce genre de prestation. Il faut que l’on apprenne à jouer ces matchs-là différemment. Ils nous on fait jouer sous pression mais il ne faut pas se satisfaire d’une telle copie. On a été obligé de recadrer les choses à la mi-temps, même si on est là pour ça, c’est pénible. Il y a eu de bonnes choses ensuite, on a été cohérents devant. On ne gagne pas avec le bonus si on ne fait pas les choses comme il faut, mais on s’est fait peur à la fin… »

Jean-Baptiste Custoja capitaine de Céret : On fait une grosse première mi-temps. On gère bien les temps forts et les temps faibles. On a joué comme on avait prévu. A la reprise on loupe deux trois plaquages. On se fait cabosser en mêlée, et ca devient compliqué. Au final on ne lâche rien, on revient même au score sur la fin. Sur le contenu il y a ces vingt minutes qui sont mauvaises. Sans quoi, c’était pas mal. On est une équipe qui ne lâche rien et là on revient à la fin c’est encourageant pour la suite. On voulait faire un bon match et essayer de ramener quelque chose. Ce match nous remet quand même la tête à l’endroit face à une grosse équipe dont on connait les capacités.

Michel Konieck entraîneur Ceret : L’analyse est simple : on vient ici pour faire un bon match de rugby. On a bien commencé, on a respecté les consignes, avec une première mi-temps correcte, mais sans plus. Après ça se complique, ils appuient et on fait deux fautes qui nous coûtent cher.  On a du mal à exister pendant un moment et ils profitent de nos fautes. Ensuite, on relève la tête pour bien finir. C’est dans ce genre de match que l’on apprend. Le groupe est jeune, on essaye de travailler pour l’avenir. Je pense que ça va nous servir, on voit que l’on a progressé. On est dans une poule où il y a beaucoup de différences de niveau, on va batailler avec la deuxième partie de la poule, on le sait. Mais on veut faire de bons matchs et se régaler à jouer, car c’est l’essentiel cette année.

Olivier Argentin,  co-entraîneur USSS : On avait prévenus nos joueurs, Céret venait de mettre 30 pts à Castanet dans le match de la peur, donc on savait qu’ils viendraient pour se tester, voire mieux. Comme nous à Graulhet ça ne l’a pas fait, mais on savait que comme nous, ils voudraient savoir ou ils en étaient. On marque presque trop vite, et trop facilement, et on croit que c’est fait. Après on n’a pas un ballon, on fait des fautes, on est jamais en danger et on fait trois grosses fautes sur ces pénalités. Ça a manqué d’humilité et de respect à un moment donné. Ce qui me plait, c’est la réaction, c’est l’équipe qui s’est manquée en première qui règle la chose à la reprise et qui plie le match sans qu’il y ait eu un changement. On marque des essais, je suis content pour Hugo Pit qui se « pèle » ses essais, car aucun n’était tout fait. Je retiendrai aussi qu’on prend enfin notre premier bonus offensif. On avait déjà gagné de 40 points mais sans jamais le prendre. Au final, c’est un bon match oui.

Bastien Saux, capitaine USSS : Conditions difficiles, jusqu’à maintenant on en avait été préservé, les terrains étaient bons. Là, ca a nivelé les valeurs, on rentre bien dans le match, trop bien peut-être, on pensait que ca allait être facile. Céret ? On sait ce que ce sont des catalans, et ils ne lâchent rien. Ils ont mis un gros engagement, on a été pris dans tous les domaines. En deuxième période, on revient avec de meilleures intentions ce qui nous permet d’obtenir le bonus. On a joué sur courant alternatif et il faudra travailler sur ce point, pour jouer 80mn et pas seulement 20.


Feuille de match

Saint Sulpice – Céret 33-21 (Mi-temps : 5-9)

Spectateurs : 600 environ
Arbitre : Jaouad MARBOH (PACA) Hugues SAMORA (LOR) Régis JOACHIM (LOR)

Vainqueurs : 5 E Pit (6,41,52) Kalo (46) Gimeno (63) 4T Doussain (41, 46, 52) Roquebert (63)
Vaincus : 2 E Cristofol (76) Faconnier (79) 1T Hacini (76)  3P Hacini (13, 22, 40)

Carton jaune : Flores, Hacini

Evolution du score : 5-0, 5-3, 5-6, 5-9 / 12-9, 19-9, 26-9, 33-9, 33-16, 33-21

Saint Sulpce : Jeudy, Soulisse, Cherel, Kalo, Pit (o) Doussain, (m) Tebaldini, Cassard, Bonhoure, Salis, Da Cunha, Saux (cap), Bousquet, Viozelange, Caujolle. Sur le banc : Celaya, Rizzo, Basaia, Meneghel, Roquebert, Arnaud, Gimeno Alvarez Dufour.

Céret :  Cristofol, Faconnier, Enrique, Gedeau, Torres, (o) Hacini, (m) Caufape, Baquer, Flores, Busquets, Gimeno Alvarez, Hubert, Butler, Girones, Custoja (cap) Sur le banc : Haimiche, Magne, Busquets, Dagneaux, Tondut, Noye, Saint Fort.,

Espoirs : Saint Sulpice 10 Céret 12, il s’agit de la première défaite du leader, qui plus est, sur son terrain.

Un mouton à cinq pattes
Un mouton à cinq pattes
Salis ne veut pas de ce ballon devant Cristofol
Salis ne veut pas de ce ballon devant Cristofol
Pit double lamise et Hacini prend un jaune pour ce plaquage haut
Pit double la mise et Hacini prend un jaune pour ce plaquage haut
Les rouges ont aussi défendu ici Cherel avec Kalo et Tebaldini face à Enrique et Gedeau
Les Rouge et Vert ont aussi défendu : ici Cherel avec Kalo et Tebaldini face à Enrique et Gedeau
La jeunesse est bien là...
La relève est assurée
Belle brochette de finisseurs
Belle brochette de finisseurs du côté de l’USSS

Aucun article à afficher

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here