Fédérale 1 – La défaite en or de Blagnac contre Bourgoin

0

Bourgoin s’est imposé hier soir dans son antre mythique de Pierre Rajon, 13-12, au terme d’un match haletant jusqu’au bout. Oui, mais Blagnac l’avait emporté sur son pré une semaine plus tôt 21 à 16. Sur le cumul des deux rencontres, ce sont bien les Blagnacais qui se qualifient pour les demi-finales du Trophée Jean Prat…

“Une défaite que vaut de l’or”, voilà ce que proclamaient les Caouecs hier soir à la sortie des vestiaires. Car même si les ciel et grenats déploraient quelques absences devant, c’est une superbe performance que viennent de signer les joueurs de Christophe Deylaud.

“Incroyable, je pense que c’est vraiment le mot qui me vient si je dois décrire ce que je ressens en sortant du terrain” s’exclamait Bertrand Banière, guerrier du pack caouec, “Se qualifier en demie, dans un stade mythique, devant un super public de Bourgoin, avec cette bande de potes qui se construit depuis 4 ans dans les victoires et les échecs, c’est incroyable ! 4 semaines encore à se régaler ensemble. Le groupe a toujours faim, donc on ne se fixe pas de limites, même si on est clairement des outsiders, on va tout donner jusqu’à la fin et profiter de cette aventure énorme !”

Après une saison régulière maîtrisée, nombreux étaient ceux qui pensaient que ce quart de finale serait considéré comme du bonus. Mais pas les hommes du président Benoît Trey, qui nous a confié sa satisfaction légitime : “C’est peut-être perçu comme un exploit pour le grand public, mais pas pour nous, car on y croyait. On n’est jamais sûr de rien, mais avec le résultat du match aller, on s’était donné les chances d’y croire. Malgré la pluie, la grêle et 8000 personnes, les joueurs ont fait front, avec leurs qualités. On connaît nos atouts, une équipe intelligente, qui défend bien, disciplinée. Bourgoin de son côté, a joué de malchance avec quelques blessures, alors que notre profondeur de banc a fait la différence, chaque joueur a apporté sa pierre à l’édifice.”

Cette qualification donne encore un peu plus de poids au projet “Cap 2022” ciblant clairement une montée en Pro D2. Aussi, quand on évoque cette possibilité, mais de manière anticipée, Benoît Trey s’explique : “La montée en Pro D2, c’est prématuré d’en parler. On a déjà indiqué que nous n’étions pas dans les clous au niveau financier, donc on n’y pensait pas avant cette rencontre. Mais il est clair que l’on veut se structurer pour, c’est un projet d’envergure, passionnant, il faut encore rassembler autour de nous pour mettre en avant les jeunes, les féminines, la formation. On a des ambitions, on ne s’en cache pas, mais elles ne se concrétiseront et passeront que par des actions concrètes. On a le temps, mais il est clair que notre qualification est un vrai plus, apportera un éclairage supplémentaire sur le club. Je suis très heureux, pour toutes les personnes qui oeuvrent pour ce club. On était la seule équipe qualifiée pour les quarts à avoir des joueurs qui bossent à côté, on est une équipe hybride en quelque sorte, avec des bons mecs, un staff et une équipe de dirigeants formidables.”

Blagnac va attendre le résultat de la rencontre opposant Valence-Romans à Saint-Jean de Luz pour connaître son futur adversaire, même si les joueurs de la Drôme partent favoris de par leur victoire en terre basque au match aller (20-27). Une demi-finale qui, selon toute vraisemblance, être diffusée sur la Chaîne L’équipe le vendredi soir dans quinze jours. Quand on vous parle d’un éclairage nouveau…

59079127_10215791689459711_1657506400118505472_n
Le vestiaire savoure sa performance

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here