2ème série (Auvergne) : les champions brûlent leur bouclier

3

Difficile de ne pas relater un tel fait. Le club de Chamalières, auteur d’une magnifique saison, est rentré dans l’histoire du rugby auvergnat hier en remportant le titre de champion d’Auvergne de 2ème Série. Mais il vient aussi d’y rentrer, et de manière bien moins glorieuse, à cause d’un acte assez inimaginable. Certains inconscients, dont les effluves de l’alcool doivent encore leur embrumer le cerveau ce matin, ont cru bon de faire brûler le précieux bout de bois, si chèrement conquis. Les réseaux sociaux ont fait le reste, et le petit monde du rugby en Auvergne, et partout ailleurs, s’est tout de suite indigné d’un tel acte…

13095809_554881924685385_1468840084901258309_nLe co-président Michel Lafarge, a tenu à réagir rapidement sur le site du club via un communiqué officiel :

“La photo de notre trophée de champions d’Auvergne de deuxième série en piètre état circule depuis hier sur les réseaux sociaux, nous attirant les foudres de toute l’Auvergne du rugby. En quelques heures, l’acte de quelques inconscients a plongé tout le club dans un désarroi total, dans un sentiment d’impuissance et d’incrédulité, d’incompréhension et de honte. Rien ne sert aujourd’hui de garder le silence sur ce que tant de monde sait désormais, de tenter de camoufler ou de masquer la vérité.

Depuis deux ans, je travaille d’arrache-pied, chaque jour, avec la quinzaine de bénévoles du Stade Chamalièrois Rugby pour entretenir l’image d’un club formateur, respectueux des autres et des valeurs du rugby. Aujourd’hui, tout ce travail a été balayé en un rien de temps, et notre club fait figure de symbole de l’irrévérence.

Je suis profondément désolé de cette situation et tiens à présenter mes excuses aux amis du rugby chamalièrois qui fête cette année son cinquantenaire, à nos anciens, à nos éducateurs et entraîneurs, à nos dirigeants, à nos licenciés et leurs familles. J’ai commis l’erreur de vouloir laisser aux joueurs le symbole de leur victoire, sans penser que, non contents de l’avoir profané comme tant d’autres clubs l’ont fait (y compris hier parait-il, mais dans l’intimité d’un groupe), ils prendraient plaisir à partager leurs dégradations sur les réseaux sociaux.

Je ne sais ce qui a pu conduire ces garçons, que j’aime profondément, à commettre de tels actes. Il est vrai que leur saison a été polluée d’entrée par la décision des instances régionales de ne pas reconnaître l’existence de l’équipe réserve, laissant ainsi une cinquantaine de joueurs de côté comme s’ils n’existaient pas. Les efforts accomplis pour leur trouver des rencontres amicales par nos propres moyens n’ont pas toujours payé et certains se sont inévitablement sentis frustrés, mais cela n’excuse évidemment en rien ce qui s’est passé.
Le fait que la finale de 2ème série soit la seule à ne pas se jouer sur le terrain d’Honneur a aussi été mal vécu par le groupe, bien que cela ne soit qu’un détail ; le fait que la finale se soit jouée le samedi pour permettre au Comité de faire commerce a prolongé la fête et l’inconscience d’une journée, une journée de trop pour nous bénévoles qui payons désormais le prix et sommes contraints aujourd’hui d’assumer les bêtises des nos licenciés.

Ce bouclier, que nous avions nous même fabriqué en 2013, sera bien évidemment remplacé par un autre, sans que les finances du club ne soient impactées. Mais la symbolique restera, et au moment où nous, bénévoles, pensions pourvoir enfin profiter des fruits de notre travail avec cette réussite sportive, nous allons devoir remettre les mains dans le cambouis, essuyer et encaisser les critiques, les reproches, les propos dégradants et dédaigneux, y compris au sein de notre propre maison, sacrifier une nouvelle fois notre vie personnelle durant l’été prochain pour tenter de continuer à faire vivre le rugby à Chamalières.

Samedi, j’ai connu pour la troisième fois la très grande joie d’un titre régional avec Chamalières, mon club de toujours. Ce matin, ma tristesse est infinie et je ne sais pas quel sera l’avenir du club. Dans le rugby comme dans la vie, les choses basculent vite.”

De son côté, Jean-Yves Dijol, membre du comité directeur du Comité territorial d’Auvergne a aussi réagi sur facebook : “Petit message personnel à nos “amis” de Chamalières …..merci pour cette photo qui circule sur les réseaux sociaux , elle fait vraiment plaisir à tous ceux qui, avant vous ont eu le plaisir et la fierté de toucher le bout de bois , comme on dit ….Ce bout de bois chargé d’une histoire commune à tous les rugbymen de notre région, ce bout de bois qui n’appartient à personne, et surtout pas à ceux qui ne respectent pas notre bien commun et les valeurs dont on parle tant autour du ballon ovale ! Bravo aussi pour la belle image que vont en retenir les parents des enfants de nos écoles de rugby et le très bel effet produit sur les mécènes et les sponsors du rugby amateur qui investissent sur le rugby amateur ce sport exemplaire. Après ces belles finales territoriales ou des centaines de bénévoles se sont défoncé pour vous, pour que le rugby en sorte grandi …. ça fait mal !

3 Commentaires

  1. AZ
    Concernant les actes, tout est dit. Un mot de soutien à tous les bénévoles de ce club et mention particulière au président, lucide, digne et responsable dans ces propos. Je suis sur que la famille rugby saura éviter l’amalgame. On a tous compris que le club ne s’associe pas à ce geste… tous à part peut -être votre comité qui mêle tout le monde dans ces reproches au ton bien culpabilisant. Mr Dijol, relisez à froid vos déclarations et interrogez vous sur l’impact que vos propos vont avoir sur ce club. Des fous imbibés d’alcool ont mis le feu à un bout de bois sacré. Je suis sur que vous n’êtes ni fou ni alcoolisé. Ne mettez pas le feu à tout un club, au travail de tous ces bénévoles car ça aussi c’est sacré.

  2. Pour avoir remporté “le planchot” comme on dit chez nous a plusieurs reprise que ce soit au rugby a XIII ou a XV (niveau départemental et régional ), je trouve débile et vraiment minable le fait de mépriser autant ce trophée .
    Tant de sueur versé par tout les vainqueurs de ce titre, tant de rage, de fierté , d’honneur et de douleur bafoué par des débiles !!!!!…….oui des débiles !!!!
    Et que l’on ne parle pas de terrain d’honneur, d’argent ou quoi que ce soit !!!!!
    Car vous avez bafoué toutes les valeur du rugby
    RESPECT, HONNEUR !!!

  3. Avoir eu la chance et le droit de toucher la “PLANCHE” une fois dans ma vie de joueur de plus vingt ans et sachant les efforts qui a fallu faire pour , je ne comprends pas , mais les valeurs ne doivent plus être les mêmes…..Vous désolez le monde qui vous entoure les gars ; ne parlons d’argent pour le remplacer ; aucune importance!!! Seul ce qu’il représente à de la valeur……Et vous l’a dénigré …..Je vous plains le jour ou dans 10 ;20 ans vous regarderez ce morceau de bois calciné en photo et Là vous comprendrez……Je l’espère pour vous ….§!

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here