Home A la Une [FÉDÉRALE 3] Soissons y était presque à Cergy-Pontoise

[FÉDÉRALE 3] Soissons y était presque à Cergy-Pontoise

0

Quatrième sortie de la saison pour l’AC Soissons et quatrième que le club de l’Aisne repart bredouille. Pourtant, l’exportation a été partiellement réussie.

S’exporter. C’était le maître-mot de Soissons avant ce déplacement dans le Val-d’Oise. « C’est réussi pendant soixante minutes avec une très bonne première mi-temps », commente l’entraîneur Yohan Paqueriaud. En effet, à la pause, les Soissonnais menaient 13-18. « Et on doit même avoir un plus gros avantage. C’est la première fois depuis très longtemps que nous sommes devant après quarante minutes lors d’un match à l’extérieur. Je pense que même nous, les coachs, on ne s’y attendait pas et que notre discours n’a pas du être le bon », assume-t-il.
Au retour des vestiaires, l’ACS a continué de jouer voir même « surjouer » selon le coach qui explique : « On a une pénalité et on décide de jouer l’avantage. Sauf qu’on perd le ballon et on prend un contre de 80 mètres. 20-18, il n’y a pas le feu. Mais quelques minutes après, on prend un essai casquette et on se retrouve à 27-18. » Et les joueurs de l’Aisne perdent le fil du match. « Alors qu’il reste vingt minutes, on s’affole, on sort du cadre, on essaie de sauver l’équipe tout seul et on prend un essai casquette de plus », peste le technicien. Au final, l’Amicale Club Soissons repart une nouvelle fois bredouille de son déplacement.

« Nous sommes à l’extérieur, on mène, ce n’est pas à nous de faire le jeu. »

Avec ce quatrième revers, les hommes du duo Paqueriaud/Vanzwaelmen descendent à la huitième place à deux points du premier relégable. « Il faut continuer à travailler pour tenir un match complet. On perd par manque d’expérience des joueurs mais aussi de nous. Car sur cet avantage joué, je suis le premier à dire qu’il faut le jouer. Alors que nous sommes à l’extérieur, on mène et ce n’est pas à nous de faire le jeu », admet Yohan Paqueriaud. Et contrairement au voyage de Caen, la tournure des événements est, cette fois, encore plus frustrante. « A Caen, on renverse la vapeur sur vingt minutes alors que là, on tient le match. On a l’impression d’être plus performant mais d’un coup plus rien ne fonctionne et les rebonds ne vont pas dans notre sens », poursuit le responsable des trois-quarts.
Maintenant, place à la huitième journée, à domicile contre Roubaix qui a décroché sa deuxième victoire de la saison ce week-end et est revenu à égalité de Soissons au classement.

Cergy-Pontoise 37-25 Amicale Club Soissons (MT, 13-18).

Liens utiles :

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here