Home A la Une Au revoir Monsieur Juanchich

Au revoir Monsieur Juanchich

3

A l’âge de 78 ans, Jean-Pierre Juanchich nous a quitté il y a une semaine. Prenant le temps de consulter ici et là, Rugby amateur Hauts-de-France lui dédit ce papier.

Un passionné serait trop simple pour définir Jean-Pierre Juanchich. Car, après tout, on est tous passionné de quelque chose. Lui, il était amoureux. Et son amour, c’était pour ce drôle de ballon ovale qui va dans tous les sens. Né à Amélie-les-Bains (Pyrénées-Orientales) en 1939, cet instituteur était un pur catalan et bien qu’il est débarqué en 1959 dans la région, son accent ne le quitta jamais. Et quel accent ! Je l’entends encore et tous ceux qui l’ont connu ne peuvent l’oublier. Car, derrière le gabarit modeste de l’homme, il y avait une énergie, une vie, une tonalité dans sa voix, un charisme et un accent à rendre jaloux Daniel Herrero. « C’était un personnage qui défrayait la chronique », se souvient Jean-Louis Lamy, président de la Ligue des Hauts-de-France de rugby. « Il y a eu deux Jean-Pierre. Le premier était un talonneur et je me rappelle que c’était un sacré magouilleur. Puis, il y a eu l’arbitre ». L’homme joua au Gallia Club de Perpignan puis à l’Iris (Ndlr. Lille Rugby Club aujourd’hui) et enfin le club de Leforest dont il fut le fondateur. Il revêtira même le maillot du comité des Flandres en étant le capitaine de la sélection.

Un arbitre national et international

Son goût pour le sifflet arriva en 1960. Lors d’une rencontre, il ne faisait que contester les décisions de l’arbitre. L’homme en noir étant fatigué de son comportement lui proposa de prendre le sifflet. Jean-Pierre Juanchich assuma et endossa sa nouvelle tunique. C’était le rugby d’autrefois… Cette carrière l’emmena dans les hautes sphères du rugby puisqu’il officia jusqu’en première division avec notamment un 8ème de finale entre Mérignac et Brive ou encore un quarts de finale du challenge Yves-du-Manoir entre Dax et La Rochelle. « Il avait également fait la Une de l’Equipe car lors d’un match du PUC, il a voulu séparer deux joueurs qui se chamaillaient mais il reçut un coup de poing en plein visage et le photographe a capturé ce moment », en rigole encore le président.

Cet amour emmena Jean-Pierre Juanchich au loin de nos terres françaises jusqu’au Chili. « Sa deuxième maison » comme le dit Felipe Bassaletti, troisième ligne international chilien du Rugby Club Arras. Sur le continent sud-américain, le Catalan s’employa corps et âmes pour développer ce sport. « Il est l’une des personnes les plus importantes du rugby au Chili. Son aide a été énorme. Il a travaillé avec l’équipe nationale, différents clubs, apportant son soutien aux quatre coins du pays », poursuit Felipe. Son aura l’amena même à arbitrer des rencontres nationales et internationales en Amérique du Sud.

27583937_910908325734012_396964284_n
Jean-Pierre Juanchich (deuxième homme en partant de la droite), lors d’une intervention au Chili. Photo Felipe Bassaletti

Sur les bords du terrain à superviser les arbitres jusqu’à la fin de sa vie, l’instituteur de Leforest créa également l’association Fraternité rugby pour aider les pays où le rugby n’est pas développé. Désormais, Jean-Pierre Juanchich, tu es retourné en terre catalane te reposer éternellement mais sache, de là-haut, que les Ch’tis ne t’oublieront jamais. Merci.

Digest :
En tant que joueur :
– Juniors au Gallia Club de Perpignan (2ème division) de 1957 à 1959.
– Joueur à l’Iris Club de Lambersart de 1959 à 1962.
– Capitaine de la sélection des Flandres en 1962 et 1963.
– Créateur du club de Leforest, où il joue de 1962 à 1966 et de la première école de rugby au Nord de Paris.
En tant que cadre technique :
– Conseiller technique régional de Picardie en 1970, détaché au Chili en 1972, il entraîne le Stade Français de Santiago (champion de 1ère division en 1974).
– Entraîneur des Old Christians de Montévidéo (champion d’Uruguay en 1977), à la demande du président Giscard d’Estaing, dont la fille connaissait des survivants de l’accident de la Cordillière des Andes).
– 1980, champion d’Amérique du Sud avec les juniors du Chili.
– de 1990 à 1995, entraîneur du Paraguay, champion du monde juniors du groupe B à Madrid puis à Lille.
– Superviseur depuis une dizaine d’années.

3 COMMENTS

  1. Étudiant gallois de 22 ans et travaillant comme assistant d’Anglais à l’Ecole Normale de Lille 1966-67, j’ai fait la connaissance de Jean-Pierre à Pâques 1967, lors d’un tournoi triangulaire à Bruxelles où il était un des arbitres. Quelques jours plus tard il m’a récupéré à la gare de Douai pour aller au Touquet, où il était juge de touche pour le match Lycéens (moins de 19 ans) France v Lycêen Pays de Galles. Parmi les joueurs figuraient JPR Williams (ancien camarade de classe) et Claude Spanghero. Match nul (11-11) mais on s’est bien marré ce soir-là avec les joueurs des deux équipes! Vraiment choqué et désolé d’apprendre que mon ancien copain est décédé.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here