Du côté des pros : Luigi Tarozzi (RACING 92)

0

L’invité de la semaine est Luigi Tarozzi, espoir de Bayonne qui à la surprise générale a signé en faveur du Racing 92. Il nous explique ce choix et sa situation à l’Aviron avant son départ…

patrick olombel
Un joueur qui a énormément progressé depuis son arrivée au club et qui a joué beaucoup de matchs en espoirs (Crédit : Patrick Olombel)

Revenons d‘abord sur la saison qui vient de s‘écouler, es-tu satisfait de l‘année aussi bien collectivement qu‘individuellement?
Oui, carrément, je suis très satisfait. Malheureusement, on perd encore en demi-finale mais, dans l‘ensemble, vu l‘effectif sur le papier où on partait des fois avec seulement un ou deux réservistes, on ne peut être que satisfait. Individuellement, j‘ai beaucoup joué en espoirs, c‘est mon but car je suis encore jeune, 2ème année sur 4 dans cette catégorie. Je suis content car j‘ai pu m’aguerrir encore un peu plus, gagner en expérience. J‘ai joué avec une grosse génération 96 qui arrête, cela m‘a beaucoup appris. Il y avait beaucoup de meneurs avec notamment Peio Muscarditz, David Menage et Arnaud Aletti. Je ne vais pas dire que c‘était facile mais, en tout cas, ils m‘ont beaucoup aidé pour progresser

Vous avez fait deux beaux parcours sur les deux dernières saisons, qu‘est ce qui vous a manqué pour aller toucher le bout de bois?
Je pense qu‘il nous a manqué un peu d‘intelligence de jeu et de fraicheur. On l‘a vu contre l‘USAP la saison dernière ou contre la Section cette année, l‘entame de match ne nous est pas favorable. Physiquement, je pense qu‘on était un peu à la rue, on courrait beaucoup après les mecs et je pense que c‘est notre fraicheur physique qui nous a fait défaut.

Quels souvenirs garderas-tu de tes années bayonnaise ?
La cohésion du groupe, c‘était juste exceptionnel. Je connaissais le club de l‘extérieur, cela a toujours été une équipe «chiante» à jouer. Une fois que tu es impliqué dedans, c‘est du pur bonheur. C‘est ça qui m‘embête le plus, quitter un groupe comme ça, c‘est vraiment dommage. Voir des mecs de la génération 96 pas conservés par le club, je trouve cela dommage aussi. Ils peuvent fédérer des groupes comme ils l‘ont fait avec moi, c‘est du gâchis.

buteur
Il est un buteur de grande qualité (Crédit : Pablo Ordas)

Comment juges-tu la formation bayonnaise?
Je pense qu‘elle est intéressante mais qu‘elle est sous-exploitée. Il y a un énorme vivier, quand tu vois que chaque petit patelin du pays basque a son équipe dont beaucoup évolue en fédérale. Je pense qu‘il y en a trop peu qui finissent professionnels. Des cadets aux juniors, l‘Aviron a des résultats plus que positifs même s‘il n‘y aura pas de Champion de France cette année, le club doit encore plus s‘appuyer là dessus.

Est-ce que tu es quand même déçu de ne pas avoir fait parti de l‘effectif pro cette saison?
Oui, complètement. Le staff m‘a intégré lors du dernière match de l‘année et cela s‘est plutôt très bien passé pour moi. J‘étais déçu de ne pas pouvoir être plus convié aux entraînements pour goutter au monde professionnel et apprendre même si je ne jouais pas avec eux. Quand tu as un mec comme Raph Lagarde ou autre à l’entraînement, cela t‘apporte énormément. J‘aurai pu progresser encore plus vite.

Est-ce que tu as essayé d‘en parler avec le staff surtout qu‘il y a eu une pénurie en fin de saison chez les arrières…
Un petit peu mais ils ne m‘ont jamais apporté la raison pour laquelle ils ne me prenaient pas. Ils m‘ont dit que j‘avais fait un match décevant en amical à Mont de Marsan, j‘étais totalement d‘accord avec eux mais ils ne m‘ont jamais laissé une seconde chance. J‘aurai aimé qu‘ils me disent ce que je devais travailler pour pouvoir avoir accès à l‘effectif professionnel.

Venons en au futur, pourquoi ce choix du Racing92?
Il me restait encore un an de contrat à Bayonne. J‘avais le choix d‘être numéro 3 ou 4 au Racing et numéro 3 ou 4 à Bayonne, j‘ai préféré aller dans ce club où je sais que je peux progresser avec des hommes d‘expérience à mon poste. Sans faire injure au staff de Bayonne, celui du Racing est très compétent. Il y a aussi les infrastructures : a Bayonne, on est entouré d‘algecos! Quand tu fais une visite au Racing, tu es obligé de craquer. Si tu as de l‘ambition et du mental, tu auras peut être la chance d‘être professionnel dans ce club. Je sais très bien que cela sera très compliqué de jouer en première au Racing même si je souhaite avoir ma chance. Quitte à être dans la même position là bas ou ici à Bayonne, j‘ai préféré aller au Racing.

3ème buteur
Annoncé comme 3ème demi d‘ouverture en début de saison, il n‘aura jamais eu sa chance

Si j‘ai bien compris, il te restait un an de contrat, explique nous comment s‘est passé ton départ ?
Le club m‘a proposé de me libérer de ma dernière année de contrat si je trouvais un club. En contrepartie ce dernier ne paierait aucune indemnité. J‘avais au départ plusieurs pistes avant le Racing mais qui n‘ont pas abouti. Je me suis donc mis dans la tête que j‘allais tout donner pour ma dernière année de contrat à Bayonne pour essayer d‘accrocher un nouveau contrat ou un nouveau club. Puis le Racing m‘a contacté, je l‘ai pris avec prudence au début, puis le projet et le discours des coach m‘ont intéressé et du coup ça s‘est fait rapidement. Il faut savoir que je vais être moins payé au Racing, le gens pensent le contraire mais c‘est le cas. Je ne vais pas dire que je me moque de l‘argent mais à mon âge le premier objectif c‘est de jouer et de progresser surtout !

Quand Bayonne te dit qu‘il peut te libérer, tu prends ça comment ? Comme une claque ?
Pas une claque, mais cela m‘a bien confirmé ce que pensait le staff de moi. Quand Lagarde et Du Plessis sont blessés, on n‘a pas fait appel à moi, le staff a préféré faire glisser un demi de mêlée. J‘ai vite compris que je n‘entrais pas dans les plans et du coup, en me libérant, ils économisent un salaire…

Toi qui connaît bien ce groupe, quels sont les joueurs qui pourront intégrer l‘équipe première ?
Peïo Muscarditz a déjà fait ses preuves je pense. Je trouve dommage de ne pas avoir conserver David Ménage qui à mon sens avait le niveau. Jon Zabala a eu quelques pépins physique cette saison mais il est pour moi l‘avant le plus technique du club et je pense qu‘ils vont l‘utiliser énormément dès cette saison. Les piliers gauches Mathis Dumain et Hugo Boniface vont finir par avoir du temps de jeu quand le club va se rendre compte de leur niveau, ils sont exceptionnels. Etienne Loiret en seconde ligne peutêtre i intégré dès la saison prochaine.

A un poste où les gros clubs comme le Racing mettent beaucoup d‘argent pour faire venir des étrangers, est-ce que tu es conscient que tu te mets en danger?
Bien sur que oui. Ce qui m‘a également poussé, c‘est quand je vois des Franck Pourteau qui était au Racing, qui vient d‘Arudy, il n‘a pas beaucoup joué en pro mais il a progressé en espoirs et aujourd‘hui il est titulaire et a fait monter Grenoble en TOP14. C‘est tout bête mais moi, par exemple, je rêve que le club recrute un joueur comme Beauden Barrett parce qu‘avec des joueurs comme ça, tu es sur de progresser. Je sais qu‘ils peuvent mettre beaucoup d‘argent sur des gros joueurs mais ça ne me dérange pas d‘être en concurrence avec des joueurs phénoménaux. C‘est dommage mais cela aurait été un rêve de m’entraîner avec Dan Carter. Je suis conscient aussi que, s‘il y a un blessé, le club fera sans doute appel à un joker, mais ça ne me dérange pas tant que je progresse.

Est-ce que tu te mets quand même des objectifs dès la saison prochaine ?
Je pense, par rapport à ce qu‘ils m‘ont dit, que je vais être attendu pour les matchs amicaux. Je vais être jugé là dessus pour voir si je peux dépanner en professionnel ou s‘il faut que je fasse la saison entière en espoirs. Au vu de l‘effectif qu‘il y aura dans cet effectif, il y a aussi une très belle saison à faire. Ils sont déjà 3 fois champions de France, pourquoi pas viser quelque-chose. Dès la saison prochaine, j‘espère avoir ma chance et l‘opportunité de jouer avec les pros, c‘est mon objectif.

Réagir à cet article

Please enter your comment!
Please enter your name here