Du côté des pros : Maxime Lucu (Biarritz Olympique)

0

L’invité de cette semaine est Maxime Lucu, en vacances depuis quelques jours avec le Biarritz Olympique. On revient avec lui sur la saison qui vient de s’écouler, sur les problèmes au BO et sur ses attentes pour la saison prochaine…

Lucu 1
Même s‘il n‘est plus capitaine, Maxime reste leader sur le terrain (crédit : Rugbyrama)

Vous venez de terminer la saison, tu as coupé totalement ou bien tu continues de faire du sport?
J‘ai complètement coupé, c‘était une longue saison et j‘avais besoin de me reposer, j‘ai terminé la saison fatigué. Je me repose complètement, je reprendrai la course quand arrivera le début de la saison.

Longue saison mais tu trouves le moyen de partir en vacances avec tes coéquipiers, c‘est l‘image de ce groupe, une bande de copains?
Oui, on avait besoin de relâcher la pression, de sortir de cette atmosphère loin d‘être sereine à Biarritz. On s‘entend très bien, on a voulu partir ensemble pour s‘éclater et surtout penser à autre chose.

Revenons sur cette saison, je suppose qu‘il doit y avoir des regrets sur ce dernier match…
Oui, il y a énormément de regrets sur ce dernier match, encore plus que la saison dernière. Je pense qu‘on était capables de terminer la saison beaucoup mieux que ça, de passer contre Grenoble. On fait un super match mais il nous manque quelques détails, les mêmes qui nous ont fait défaut toute l‘année. Grenoble est en plus allé s‘imposer à Montauban donc il y a encore plus de regrets. J‘ai mis plus d‘une semaine à me remettre de cette défaite.

Vous faites une bonne saison mais vous vous arrêtez au même stade que l‘année dernière, est ce que tu considères que vous avez progressé ?
Oui, on a progressé, notamment dans le jeu , il suffit de voir nos meilleurs marqueurs d‘essais. Le triangle de derrière a énormément marqué cette année. On a produit beaucoup plus de jeu. Le championnat se développe, le niveau a encore augmenté cette saison, chaque point est important, chaque victoire à l‘extérieur fait avancer. Quand on a vu Perpignan, Montauban, ou même Grenoble allait gagner 6, 7 fois à l‘extérieur, on s‘est dit qu‘il fallait assurer pour aller en phase finale. On a gagné que deux fois à l‘extérieur, on a pêché là dessus, on aurait pu aller se chercher un barrage à domicile, ce qui aurait pu changer la fin de saison.

Tu parles de détails, qu‘est ce qui vous a manqué pour passer un cap supplémentaire ?
C‘est toujours pareil, notamment au niveau de l‘indiscipline. Je pense que, jusqu‘au mois de décembre, on était l‘équipe la plus pénalisée en terme de plaquages hauts, de fautes grossières. On a perdu des points à l’extérieur à cause de ça. Il y avait toujours une pénalité bête et on perdait de 4 ou 5 points, cela nous aurait permis de basculer encore plus haut dans le classement. On a laissé beaucoup de forces en fin de saison en allant essayer de chercher des points à l‘extérieur et en plus, on n‘y est pas arrivé!

On est obligé d‘en parler, tu qualifiais l‘atmosphère de nauséabonde, comment gères tu les problèmes financiers du club et les incertitudes qui en découlent?
Quand on avait appris ça en février, étant donné la bonne forme de l‘équipe, on se disait qu‘il ne fallait pas en parler. Au final, au fur et à mesure des semaines et des articles qui sortent, tu es obligé d‘en parler. C‘est un peu ta vie qui est en jeu. Beaucoup de mecs qui devaient être gardés ne l‘étaient plus. On ne savait pas ce qui allait se passer pour eux la saison prochaine donc, sur le terrain, ça devait se sentir un peu plus. On en a parlé, on a eu un mois et demi deux mois où les résultats n‘étaient pas du tout bons. On arrivait à assurer à domicile mais les copies à l‘extérieur étaient ratées. A 3 semaines de la fin, on a décidé de plus du tout en parler et on a été mieux dans le jeu. Il fallait s‘en détacher même si c‘est très difficile. C‘est aux dirigeants de régler ça, les joueurs doivent rester concentrés sur le sportif même si c‘est pas toujours évident.

Aujourd‘hui, est-ce qu‘on vous tient au courant, est-ce que vous avez des contacts car la situation est toujours délicate? 

Non, pas forcément. On attend des nouvelles par rapport à la situation du club. Là, on a eu des nouvelles par rapport à la DNACG. On a aussi décidé de laisser un peu parce que ce n‘est pas facile non plus pour les dirigeants. On a décidé d‘attendre les bonnes nouvelles, on verra bien la suite en espérant ne pas avoir de mauvaises nouvelles.

Si tu avais su ces problèmes là avant, est-ce que tu aurais hésité à signer un nouveau contrat?
Je ne sais pas. Peut-être un peu. Quand tu es joueur professionnel, tu ne peux pas vivre dans l‘instabilité. Cela m‘aurait fait réfléchir un peu plus mais j‘ai confiance dans le club, je l‘adore. Je ne vois pas pourquoi ça s‘arrêterait maintenant, aux gens responsables de faire le boulot pour nous permettre de faire une grosse saison l‘année prochaine avec des phases finales, on leur fait confiance.

Vous perdez votre entraîneur des avants qui rejoint l‘Australie, est-ce que Gonzalo Quesada vous a clairement parlé de son avenir car il semble hésitant depuis tous les problèmes au club?
Concernant l’entraîneur des avants, on sait que le club est à la recherche d‘une personne (ndlr : Jacques Cronje serait le favori), on ne sait pas encore qui ce sera mais Gonzalo et le reste du staff recherchent une personne qui va s‘intégrer. Pour le futur de Gonzalo, il nous a clairement dit que si les bonnes nouvelles arrivent et si le projet continue, il sera à fond avec nous et à fond dans son contrat. Il va gérer comme tout le monde, s‘il y a des mauvaises nouvelles, il songera à arrêter. Il est avec nous, il est confiant comme tout le monde en espérant aucune mauvaise surprise.

Quesada
Gonzalo Quesada, un entraîneur qui a joué dans sa prolongation de contrat (crédit : Le Parisien)

Au contraire de Bayonne, le recrutement a été fait en amont, c‘est le point positif pour la saison prochaine…
Oui, exactement. C‘est ce qu‘on se disait, s‘il y a des recrues, c‘est que le club sera là la saison prochaine. Tu ne fais pas des recrues pour ensuite avoir des incertitudes. Il y a plein de petits points comme ça qui nous font dire que ça va bien se passer. Ensuite, il y a deux ou trois cas de fin de contrat qui ne sont pas encore gérés mais sinon, avec les recrues, on peut être encore plus compétitif la saison prochaine.

Un public retrouvé qui vous suit, je suppose que ça aussi, cela fait du bien ?
C‘est un peu le but du projet commencé il y a deux ans après la non fusion. Il fallait retrouver ce public là, des gens qui aiment venir au stade, qui aiment voir du jeu. Au vu des impressions que l‘on a eu en fin de saison, on sent que ce public est content de venir nous voir. On a vu notamment le dernier match contre Montauban, alors qu‘il n‘y avait rien à jouer, le stade était quasiment plein. On est très content et moi, en tant que joueur, on est forcément touché par tout ce monde au stade. J‘espère que, la saison prochaine, on fera un début de saison en boulet de canon pour faire venir encore plus de gens et faire aimer notre jeu.

Personnellement, tu attends quoi de la saison prochaine, en quoi considères-tu que tu dois progresser ?
J‘ai décidé de rester à Biarritz pour plusieurs raisons et notamment parce que Quesada reste. J‘ai énormément progressé avec lui en un an, je pense que j‘ai fait ma meilleure saison depuis que je suis à Biarritz. J‘ai progressé sur beaucoup de points, je veux continuer à apprendre avec lui. Il faut que je m‘améliore dans ma gestion des temps faibles et temps forts , je suis encore un peu fou fou dans mon jeu. Des fois, il faut envoyer moins de jeu, temporiser, et c‘est là dessus que je dois progresser. Un bon 9 devient un grand 9 quand il sait parfaitement faire ça, c‘est mon point faible. Ensuite, il faut que je continue de travailler ma précision au pied, pour pouvoir faire souffler mon équipe. Il y a encore beaucoup de choses où je dois progresser pour espérer un jour jouer en TOP14.

Lucu 2
Toujours Saint Pée dans le cœur, Maxime est souvent présent le dimanche pour voir ses potes d‘enfance (crédit : Sud Ouest)

Petite question sur ton club formateur, Saint Pée sur Nivelle qui arrive à se maintenir en Fédérale 3 pour sa première saison, c‘est une belle performance…
L‘année dernière, on était tous un peu sceptique malgré l‘excellente saison qu‘ils avaient fait, parce qu‘il y a quand même un gros écart entre le championnat Honneur et la Fédérale 3. On a vu que le staff avec Hervé (Durquetty) et Patrice (Lagisquet) a fait du bon boulot. J‘ai notamment trouvé qu‘il y avait beaucoup de jeu derrière, beaucoup de progression dans ce secteur. Vu qu‘ils ont obtenu le maintien pas mal de journées avant la fin, c‘est une saison plus que réussie. Je suis très content pour le club, c‘est le niveau où il doit réussir à rester.

Réagir à cet article

Please enter your comment!
Please enter your name here