Causeries d’après matchs : Fédérales

0

Poule 4
Castanet 19-12 Bagnères-de-Bigorre
Adrien Vergnaud (deuxième ligne Castanet)
C’est une victoire qui nous satisfait face à une belle équipe de Bagnères, très dense. Ce fut un match de costauds. En première mi-temps, on a un peu de déchet et on ne concrétise pas nos offensives. On vire à la pause à égalité notamment grâce à la belle réussite de notre ouvreur Maxime Boyer au pied. Ensuite, on arrive quand même à bien les contrer en touche et même en mêlée puisque c’est sur introduction adverse qu’on leur subtilise le ballon pour inscrire le seul essai du match. Le gros point positif c’est notre défense en fin de match, on a montré de belles vertus malgré deux grosses occasions à 5m de notre ligne. On s’est arc-bouté et nous avons réussi à les repousser et conserver cette victoire précieuse. On reste dans le groupe des 4 pour la qualif’. On a un déplacement difficile à Oloron, deuxième avant la réception de Valence-d’Agen qui constituera à mon sens un tournant puisqu’ils voudront prendre une revanche du match aller qui avait été pour nous le début d’une belle série. Poule 5
Mazamet 25-13 Villefranche-de-Lauragais
Julien Sidobre (co-entraîneur Villefranche-de-Lauragais)
On a fait une bonne première mi-temps après ça s’est avéré un peu plus compliqué. Nous avons appris la suspension de notre capitaine Julien Patey juste avant la rencontre, ce qui nous a un peu déstabilisés. On savait qu’en venant en leader, on serait pris très au sérieux par cette équipe de Mazamet. C’est frustrant car on avait pris la bonne habitude de ramener quelque chose de nos déplacements. Maintenant, cela ne remet rien en cause. On a rivalisé avec ce score de parité à la pause, même si on a pas eu la capacité de revenir en deuxième mi-temps, ce n’est pas un échec.

Poule 7
L’Isle-Jourdain 27-5 Saverdun
Eric Mercadier (entraîneur Saverdun)
Je ne suis pas habitué à montrer du doigt un arbitre, mais là, je ne peux pas faire autrement. L’Isle-Jourdain nous attendait, à l’ancienne. Ils ont bien ciblé les joueurs qui leur avaient fait mal à l’aller, et les ont agressés, avec un nez cassé à la sortie. Il y a trente ans de cela, un tel match, fait d’agressions, de coups bas, d’insultes et de tricheries, serait passé incognito, voire pour un fait de gloire, mais nous sommes en 2014 et cela fait vraiment tâche. Tout cela conduit de main de maître par un arbitre de Côte Basque-Landes, du même comité d’Aramits et Boucau Tarnos, des concurrents directs. A-t-il été incompétent ou malhonnête ? Sûrement les deux. La tâche première d’un arbitre est d’assurer la sécurité des joueurs et non de fermer les yeux. Que dire sur ces trois essais accordés , entachés de fautes énormes ou d’en-avant évident ? De cette pénalité retournée à la dernière seconde alors que nous étions en position de marquer et qui les auraient privé de bonus ? Je ne vous parle même pas de toutes ces fautes non sifflées. On perd 8-5 à un quart d’heure de la fin et on prend ces trois essais en 10 minutes. Maintenant que dire aux joueurs à qui je n’ ai de cesse de demander de faire le moins de fautes possibles, de s’engager, mais surtout de respecter l’adversaire et l’arbitre ? Je suis tellement déçu et écœuré. Le point positif de l’après-midi aura été le courage des joueurs, personne ne s’est sorti et ça c’est énorme. Il faut impérativement gagner nos deux matchs a domicile, à commencer par la réception d’Aramits, et l’on aura besoin de tous nos supporters. Car comme disait un chef de guerre, ce sera vaincre où mourir. A bon entendeur, salut.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here