« Le rugby ne nous permettra pas de vivre, il faut privilégier les études »

0
51
Marine et Romane Ménager
Marine et Romane Ménager (un genou au sol et au fonds du terrain).

Actuellement en compétition avec l’équipe de France pour le tournoi des Six Nations, Romane Ménager s’était confiée à Acturugbyflandres avant le premier match en Angleterre. Rencontre.

Marine Ménager lors de LMRCV - Montpellier (18.12.16) par Eric Morelle.
Marine Ménager lors de LMRCV – Montpellier (18.12.16) par Eric Morelle.

A quel âge avez-vous commencé le rugby et où ?
« Avec Marine, nous avons commencé le rugby à 7 ans au LMRC Villeneuve d’Ascq. »

Pourquoi avez-vous choisi le rugby ? 
« On a choisi le rugby tout simplement parce qu’on a voulu suivre notre grande sœur (Caroline) qui avait commencer le rugby un peu avant nous. Apres, on a beaucoup apprécié le côté esprit d’équipe et le contact était une façon de se défouler. »

Avez-vous pratiqué d’autres sports ou vous êtes vous totalement tournés vers le rugby ?
« Marine a fait un an de multi-sport pendant que moi je pratiquais le judo. Mais ça n’a duré qu’un an. »

Vous avez joué dans les catégories jeune du LMRCV qui était mixte, quels souvenirs avez-vous ?
« Je n’ai pas de mauvais souvenir avec les garçons, ça a était très bénéfique pour nous et quand on est passé avec des filles, ça nous a paru un peu plus simple. En U15, les garçons commençait à devenir des hommes, c’était plus difficile mais c’était très bénéfique pour nous. »

Vous êtes jumelles, pourtant vous jouez troisième ligne centre et Marine ailier. Deux postes totalement différents que ce soit dans l’approche, dans la technique, dans la conception, etc. Pouvez-vous l’expliquer ? Marine court-elle plus vite que Romane ?
(rire) « Marine ne court pas plus vite que moi, je pense que cette différence s’explique simplement par le côté plus réfléchi de Marine et moi, un peu plus fonceuse. Cette différence se voit, aussi, par le fait que Marine a une meilleure technique de passe et est un peu plus dans l’évitement que moi. »

LMRC Villeneuve d'Ascq - Caen (30.10.16) par Eric Morelle
LMRC Villeneuve d’Ascq – Caen (30.10.16) par Eric Morelle

Quels ont été vos parcours scolaires et professionnels ?
« On a fait toute notre scolarité ensemble jusqu’à l’obtention de notre bac S. Puis Marine a voulu ce diriger vers Staps (Sciences et techniques des activités physiques et sportives) Kiné. Malheureusement, elle n’a pas trop accroché et a donc changé en cours d’année pour passer son BTS MUC (Management des unités commerciales), qu’elle a validé l’année dernière. Elle est, désormais, en Licence pro management des organisations sportives à la fac de Lille 2 tandis que moi, je continue ma licence Staps en 2ème année. »

Romane Ménager lors de LMRCV - Montpellier (18.12.16) par Eric Morelle.
Romane Ménager lors de LMRCV – Montpellier (18.12.16) par Eric Morelle.

Réalisez-vous votre ascension depuis un an, un an et demi (titulaire avec le LMRCV, championne de France, équipe de France, bientôt le Tournoi peut-être la coupe du monde). Qu’est-ce que cela vous inspire-t-il ?
« Le fait d’avancer aussi vite peu parfois faire un peu peur. On a un peu de mal à se faire à cette image médiatique. Mais, tout cela nous aide à progresser et essayer de toujours évoluer. »

En parallèle, vous avez toujours un statut d’amateur. Comment gérez-vous votre vie personnelle/professionnelle avec les exigences d’une vie de sportive professionnelle ?
« Notre statut d’étudiante nous donne la possibilité de se libérer facilement. On a vite intégré le fait qu’il fallait bien s’organiser pour gérer au mieux notre vie privée et sportive même si parfois le rugby prend énormément de place. Le fait de faire partie du pôle espoir nous a permis d’assimiler et de comprendre les difficultés du sport de haut niveau amateur. Mais il fait savoir faire des choix, on ne peut pas vivre comme toute les étudiantes de 20 ans, les cours et les sorties avec les amies. Nous c’est plus les cours et le rugby. Après, lorsqu’on a pas d’échéance importante, on peut relâcher un peu mais c’est très rare. »

N’ayant pas un statut professionnel, comment cela se passe-t-il professionnellement ? Orientez-vous votre métier en fonction de votre carrière sportive ?
« Sachant que le sport ne nous permettra pas de vivre, il faut privilégier les études. Donc, s’il fallait faire un choix, les études seront le plus important. Après, on a la chance de s’épanouir dans des filières qui nous permettent de vivre amplement de notre passion. »

Après deux journées de Tournoi des Six Nations, Romane Ménager a été titulaire au poste de troisième ligne aile en Angleterre, contre l’Ecosse et en Irlande. Lors du premier match, elle a été remplacée à la 56ème minute, a disputé l’intégralité de la deuxième rencontre et a été remplacé en Irlande à la 71ème minute. Marine Ménager n’a pas participé au voyage en Angleterre mais était remplaçante contre l’Ecosse et l’Irlande. Elle est rentrée deux fois à l’aile à la 50ème et 52ème minute.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here