Fédérale 3 – Revel “roi de la montagne” face à Servian-Boujan

0

La situation de la poule 11, à l’orée de la fin des matches aller, peut se résumer ainsi : Saverdun devant et tous les autres derrière. Or, ce dimanche, ceux de « derrière » pouvaient faire un « truc » puisque le match Thuir – Saverdun ne se jouerait pas, reporté au mois d’avril prochain. Revel et Servian, dans une affiche en forme de duel au sommet (le second recevant le troisième) avaient donc gros à gagner mais aussi beaucoup à perdre. Avec une défaite subie lors des six derniers matches, l’entente héraultaise de Servian-Boujan se présentait à Revel sur une jolie dynamique face à des Haut-Garonnais qui, eux, ont transformé leur stade municipal en forteresse jusqu’ici imprenable avec quatre victoires sur quatre matches à domicile dont trois rencontres où l’adversaire n’a pas marqué un seul point ! (*). Malgré des conditions météo très difficiles (pluie soutenue, rafales de vent de travers et temps froid), c’est au pied de la Montagne Noire que les gars de Revel entendaient rester « les rois de la colline » (**)… (résumé et photos par Wildon)

A (98)
Même gêné par Servian-Boujan, le ballon porté en mode cocotte blindée reste l’arme fatale de Revel

Un duel des buteurs

En dépit d’un fort vent de travers, le match entre Revel et Servian-Boujan est d’abord celui d’un duel à distance entre les buteurs des deux camps : Hébrard, côté local, ouvre le feu en premier (1e, 3-0) tandis que Melle, côté visiteur, réplique (4e, 3-3). Exploitant parfaitement les fautes commises dans le jeu de part et d’autres, Hébrard artille victorieusement deux fois de plus (7e et 16e) pendant que Melle s’en mêle sans trembler (19e, 9-6). Sur une pénalité obtenue au terme d’un superbe et long ballon porté, Hébrard et son pied magique passe sans sourciller la quatrième pénalité de la partie (22e, 12-6). Et deux minutes plus tard, Melle s’emmêle les pieds et sa pénalité rate les poteaux et l’occasion de revenir au score (24e). Hébrard porte son équipe à bout de bras et à la pointe de son pied et claque une nouvelle pénalité grâce à un poteau rentrant bien opportuniste (32e, 15-6). Mais c’est bien connu : la chance se provoque aussi.

A (140)
7 sur 7 et 100 pour 100 pour le 9 : les mathématiques sont simples avec Hévrard…

Servian revient au score

Dans ce duel d’artilleurs, qu’en est-il du jeu proprement dit, me direz-vous ? Malgré une pelouse glissante et boueuse et un ballon « savon de Marseille », les deux équipes envoient du beau jeu en dépit du contexte climatique. Mais si Servian apparaît courageux et quelque peu entreprenant, les Héraultais sont très vite pris à la gorge et aux jambes par une défense revéloise particulièrement rapide, haute et agressive, laquelle éteint toutes les attaques serviano-boujanaises. Sur le bord de la touche, l’entraîneur héraultais, Anthony Cortez, ne cesse d’haranguer ses gars, leur demandant de mettre plus de vitesse et plus d’impact face aux attaques lancées adverses. Bien que menés au score, ce sont pourtant bien les hommes du président Max Santa qui vont marquer le premier essai du match, à quelques secondes des oranges, des citrons et du vin chaud, lorsque Flamant voit la vie en rose en prenant tout le monde de vitesse, perçant la défense revéloise pour aller déposer le cuir entre les poteaux. Melle bonifie le tout et voilà Servian-Boujan qui revient au score (39e, 15-13).

A (166)
39e : Flamant en visite dans l’en-but revélois : Servian-Boujan revient au score juste avant la mi-temps…

Cancian crucifie Servian

Les espoirs de Servian-Boujan vont cependant être lentement mais sûrement refroidis et pas seulement par une météo qui devient plus exécrable à mesure que le temps passe. De retour des vestiaires, Hébrard, en serial-scorer parfait, passe une sixième pénalité consécutive et redonne un petit avantage aux siens (42e, 18-13). C’est ensuite le carton jaune récolté par Pastor (55e) qui laisse les siens à quatorze pendant dix minutes. Et c’est dans ce laps de temps que Revel marque un superbe essai dont l’action commence sur la ligne de touche du côté gauche. En trois passes, les hommes de David Bégu font basculer le centre de gravité de l’action vers la droite du terrain et trouvent Cancian tout au bout de la ligne d’attaque, lequel plonge dans l’en-but héraultais pour un essai qui crucifie Servian-Boujan. Hébrard, toujours en veine, passe la transformation sans sourciller (59e, 25-13).

A (253)
59e : Sous l’oeil de Rigal (n°14) et Compagnon (à g), Cancian plonge dans l’en-but héraultais. C’est fini pour Servian…

Les Héraultais ne s’en remettront pas et sortent de leur match. Revel enfonce un peu plus un clou déjà bien enfoncé dans le moral des visiteurs, Hébrard soignant ses statistiques par une nouvelle pénalité (69e, 28-13) et signant surtout un 100% de réussite.

Au coup de sifflet final, Revel signe une victoire tout en maîtrise et en sang froid, réalisant du coup la bonne opération en revenant à deux petits points de Saverdun au général. Loin d’être déméritant, les joueurs de Servian-Boujan ont été étranglés par le jeu rapide et « agressif » (au sens noble et sportif du terme) par des Revélois, tant en défense qu’en attaque. Alors que les Héraultais dévissent à la cinquième place du général, Revel reste donc « roi de la montagne » au pied de la Montagne Noire. Le jeu en valait la chandelle…

A (104)
Pris par la patrouille. Les Héraultais tentent de bousculer son adversaire mais Revel reste bien “roi de la montagne” …

______________________

(*) 20-0 contre Rivesaltes (J5), 25-0 contre Thuir (J7) et 15-0 contre Elne (J9). Seul Vendres-Lespignan a marqué 13 pts à Revel malgré sa défaite 23-13 (J2).

(**) Aussi connu sous le nom de « roi de la montagne » ou « roi du château », il s’agit d’un jeu d’enfants très connu en Grande-Bretagne, où le « roi » se retrouve sur une éminence ou une petite butte et tente de rester au sommet en repoussant les autres enfants qui veulent prendre sa place. On en trouve une vieille représentation dans le détail d’une peinture de Brueghel l’Ancien (1525-1569) appelée « Jeux d’Enfants » (1560) et conservée à Vienne (Autriche)


Les réactions

A (71)

David Bégu, entraîneur de Revel 

Rugby Amateur : Quelles sont vos premières impressions concernant cette victoire sur un adversaire direct au classement ?

DB : Je suis content de cette victoire parce qu’elle vient récompenser le travail de tous les joueurs depuis le début de la saison. On finit la phase aller avec cinq victoires à la maison. On a vu un match très abouti avec du liant devant et derrière, avec une conquête propre. On a fait deux ou trois petits en-avant en première mi-temps et qui auraient pu faire basculer le match… On a vu beaucoup de jeu et notamment Servian-Boujan, qui est une équipe beaucoup plus solide que nous. On est content parce qu’on s’était préparé à cette grosse confrontation et elle a eu lieu.

RA : On a bien vu aussi que vous avez construit votre succès avec une défense très haute et très rapide sur l’adversaire. Vous avez littéralement « étranglé » Servian à ce jeu-là. C’était une consigne ou la bonne surprise du jour ?

DB : Non, car on travaille beaucoup notre défense pour monter fort sur l’adversaire. On essaie de ne jamais se consumer dans les rucks pour s’économiser et faire avancer la défense. Aujourd’hui, grâce à ce travail, on a récupéré beaucoup de ballons. Que ce soit Hébrard au pied ou la troisième ligne avec Durrieu, c’est toute l’équipe qui est à féliciter aujourd’hui. Mon équipe applique les consignes. Ils jouent ensemble et en bloc. Ce soir, on est second de poule. Sincèrement, on m’aurait dit ça en début de saison, j’aurai signé tout de suite.

Anthony Cortes, entraîneur de Servian-Boujan

A (176)

Rugby Amateur : Avez-vous le sentiment qu’il y avait la place, cet après-midi, pour faire basculer le match en votre faveur ?

AC : C’était un match difficile et Revel mérite sa victoire et sa seconde place ce soir. C’est une équipe très solide et très organisée, avec un gros pack. On avait pourtant beaucoup travaillé à l’entrainement pour les mettre rapidement au sol et éviter qu’ils se structurent. Ils n’ont pas fait beaucoup de portés pénétrants ce qui est normalement leur point fort. On a essayé de monter vite pour ne pas les prendre lancés mais cela a été compliqué. Et sur les packs, on leur rend cent ou cent cinquante kilos et cela nous a été plus dur de lutter contre eux.

RA : En première période, on vous a vu beaucoup haranguer vos joueurs en leur demandant de mettre plus de vitesse et d’impact. N’est-ce pas l’explication de votre défaite ?

AC : Oui et c’est justement le rugby : quand les ballons sortent vite, c’est que devant, ça travaille vite, les ballons sont libérés plus rapidement. On a souffert de ça parce qu’ils ont mis beaucoup de pression par rapport à leurs gabarits. Mais on a aussi joué au rugby avec de grosses valeurs. On a surtout jouer contre le second de la poule et cette équipe de Revel nous a mis à mal. On a lutté avec nos armes. En seconde période, notre carton jaune [Pastor, 55e] nous fait du mal et nous fait sortir du match. Pourtant, je suis satisfait de l’attitude de mes joueurs. On peut sortir de ce stade la tête haute. Aucun de mes gars ne s’est « échappé » (sic) et ils ont vendu chèrement leur peau. Sur ce genre de match, on va pouvoir construire quelque chose. Et pourquoi pas à Rivesaltes dimanche prochain.


LA FEUILLE DE MATCH

A Revel (stade municipal) – Revel – Servian-Boujan 28-13

Mi-temps : 15-13

Pour Revel : 1 essai de Cancian (59), 7 pénalités (1, 7, 16, 22, 32, 42, 69) et 1 transformation (59) d’Hébrard.

Pour Servian-Boujan : 1 essai de Flamant (39), 2 pénalités (4, 19) et 1 transformation (39) de Melle

Arbitre : Mr Hourticot (Béarn)

Carton jaune : Pastor (Servian-Boujan) 55e

Revel : Laporte, Fabre, Mbenoun, Maury, Potente (cap), Durrieu, Péchard, Antequera, Hébrard, Hendricks, Cancian, Cluscart, Amans, Rigal, Compagnon. Remplaçants : Coustez, Hamda, Bousquet, Nerocan, Alberola, Passoni, Faucon.

Servian-Boujan : Marc, Trindade, Ber, Cladière, De Carvalho, Cowman, Pastor, Vandycke, Saumade, Melle, Boularne, Jerez, Cabrol, Palao, Flamant – Remplaçants : Guillon, Montemont, Nury, Martin, Boyer, Langeard, Salièges.

PORT-FOLIO

A (80)

A (84)

A (87)

A (100)

A (112)

A (115)

A (124)

A (174)

A (194)

A (202)

A (235)

A (227)

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here